In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

30 October 2019
30. October 2019 Company

Airbus publie ses résultats pour les neuf premiers mois de 2019, actualise ses prévisions de livraisons et de flux de trésorerie disponible, et maintient ses prévisions d’EBIT ajusté

Airbus Flag landscape
  • Un environnement solide pour les avions commerciaux
  • Les chiffres des neuf premiers mois de 2019 reflètent principalement la montée en cadence de l’A320neo et les progrès du programme A350
  • Chiffre d’affaires de 46,2 milliards d’euros, +14 % sur un an ; EBIT ajusté à 4,1 milliards d’euros, +51 % sur un an
  • EBIT (reporté) à 3,4 milliards d’euros ; BPA (reporté) de 2,81 euros
  • Les prévisions 2019 sont actualisées pour tenir compte des perspectives de livraisons autour de 860 avions commerciaux : le flux de trésorerie disponible avant fusions-acquisitions et financements-clients est désormais d’environ 3 milliards d’euros, les prévisions d’EBIT ajusté sont maintenues

 

Amsterdam, 30 octobre 2019 - Airbus SE (symbole boursier : AIR) a publié ses résultats consolidés pour les neuf premiers mois de 2019 et fourni ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

 

 « Nos résultats sur les neuf premiers mois de l’année reflètent essentiellement les performances des avions commerciaux, notamment la montée en cadence de l’A320neo et les progrès du programme A350 », a déclaré Guillaume Faury, Président exécutif (CEO) d’Airbus. « Nous concentrons nos efforts sur la montée en cadence de l’A320neo et l’amélioration du flux industriel, tout en gérant en particulier la complexité de l’A321 ACF. Le volume de livraisons à neuf mois et les nouvelles prévisions de livraisons pour l’ensemble de l’exercice reflètent les actions de fondsentreprises pour sécuriser un flux de livraisons plus efficient au cours des prochaines années, alors que nous visons une cadence mensuelle de 63 exemplaires de la Famille A320 en 2021. Les prévisions de flux de trésorerie disponible pour l’année complète ont été ajustées pour refléter les nouvelles perspectives de livraisons, tandis que l’objectif d’EBIT ajusté est maintenu. Nous nous employons à honorer nos engagements clients et à préparer notre système de production pour l’avenir. »

 

Airbus a enregistré 303 commandes brutes d’avions commerciaux (9m 2018 : 311 avions), dont 20 A330neo et 22 A350 XWB au cours du seul troisième trimestre, et 127 commandes nettes (9m 2018 : 256 avions). Le carnet de commandes atteignait 7 133 avions commerciaux au 30 septembre 2019. Les commandes nettes d’hélicoptères s’élèvent à 173 unités (9m 2018 : 230 unités), dont 12 H135 au troisième trimestre. Les prises de commandes d’Airbus Defence and Space représentent une valeur totale de 6,1 milliards d’euros. Celles du troisième trimestre ont été soutenues par plusieurs contrats clés remportés par Space Systems.

 

Le chiffre d’affaires consolidé représente 46,2 milliards d’euros (9m 2018 : 40,4 milliards d’euros), reflétant essentiellement la hausse des livraisons, un mix favorable et l’évolution des taux de change. Airbus a livré un total de 571 avions commerciaux (9m 2018 : 503 avions), dont 33 A220, 422 avions de la Famille A320, 34 A330, 77 A350 et 5 A380. Airbus Helicopters a livré 209 unités (9m 2018 : 218 unités) et enregistré un chiffre d’affaires stable, la croissance du volume d’activité de services ayant compensé l’échelonnement des programmes. En septembre, Airbus Helicopters a livré le 1000ème Super Puma. La hausse du chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space a été essentiellement soutenue par les activités de Military Aircraft.

L’EBIT ajusté consolidé - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé révélant la marge commerciale sous-jacente en excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes, la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités - a augmenté à 4 133 millions d’euros (9m 2018 : 2 738 millions d’euros), principalement grâce aux performances de la branche Avions commerciaux d’Airbus.

 

L’EBIT ajusté d’Airbus progresse fortement à 3 833 millions d’euros (9m 2018 : 2 340 millions d’euros), en partie grâce à la montée en cadence et à l’effet prix  du NEO, ainsi qu’à l’amélioration continue des performances financières de l’A350 et à l’évolution favorable des taux de change qui s’étaient déjà matérialisées au premier semestre 2019.

 

S’agissant du programme A320, la version NEO a représenté 338 des 422 livraisons totales. La montée en cadence de l’A321 ACF (Airbus Cabin Flex) s’est poursuivie et demeure ambitieuse. Le programme ACF continuera de s’accélérer au T4 2019 et les efforts se poursuivront tout au long de l’année 2020 pour améliorer sa maturité industrielle. De même, Airbus continue d’étudier différentes options pour augmenter la part de l’A321 dans la capacité de production actuelle de la Famille A320. Le programme A330neo poursuitsa montée en cadence et a représenté 26 des 34 avions de la Famille A330 livrés au cours des neuf premiers mois de l’année. Des progrès notables ont continué d’être réalisés sur la convergence des coûts récurrents de l’A350, et le programme est en passe d’atteindre son seuil de rentabilité sur l’année.

 

L’EBIT ajusté d’Airbus Helicopters est stable à 205 millions d’euros (9m 2018 : 202 millions d’euros), traduisant une contribution en hausse des services, mais un mix de livraisons moins favorable.

 

L’EBIT ajusté d’Airbus Defence and Space de 355 millions d’euros (9m 2018 : 409 millions d’euros) reflète essentiellement les efforts pour soutenir les campagnes en cours et à venir. La Division s’emploie actuellement à améliorer les performances de toutes ses activités.

 

Dix A400M ont été livrés depuis le début de l’année, portant à 84 le nombre d’appareils en service au 30 septembre 2019. Au cours du troisième trimestre, plusieurs jalons clés ont été franchis vers la pleine capacité opérationnelle de l’avion, dont le largage de 58 parachutistes par une seule porte latérale et 80 simultanément par les deux portes latérales, ainsi que des contacts de ravitaillement en vol avec un hélicoptère H225M. Si les dépenses de trésorerie liées à l’A400M sont en baisse, elles ne diminuent pas au rythme visé. Airbus poursuivra les activités de développement conformément à la feuille de route capacitaire révisée. Les activités de rétrofit progressent selon le calendrier agréé avec les clients. Des défis demeurent, notamment à l’exportation.

 

Les dépenses de R&D autofinancées consolidées s’élèvent à 2 150 millions d’euros (9m 2018 : 2 103 millions d’euros).

L’EBIT (reporté) consolidé progresse à 3 431 millions d’euros (9m 2018 : 2 683 millions d’euros), et inclut des ajustements totalisant -702 millions d’euros nets. Ces ajustements comprennent :

  • Un impact négatif de -253 millions d’euros lié à l’écart de comptabilisation des paiements avant livraison en dollars US et aux réévaluations bilancielles ;
  • Un impact négatif de -221 millions d’euros induit par la suspension de licences d’exportation de matériels de défense à l’Arabie saoudite par le gouvernement allemand, aujourd’hui prolongée jusqu’en mars 2020, dont -13 millions d’euros ont été inscrits au T3 2019 ;
  • Un impact négatif de -158 millions d’euros induit par le coût du programme A380, dont -22 millions d’euros ont été inscrits au T3 2019, au titre de l’évaluation continue de la recouvrabilité des actifs du programme et de la revue trimestrielle des hypothèses liées à la provision pour contrat onéreux ;
  • Des coûts divers de 70 millions d’euros au total.

 

 

Le bénéfice par action (BPA) consolidé (reporté) de 2,81 euros (9m 2018 : 1,88 euro) tient compte d’un impact négatif lié au résultat financier, notamment en raison des pertes induites par la couverture du risque de change résultant de la suspension de licences d’exportation de matériels de défense, déjà inscrites au T2 2019. Le résultat financier est de -233 millions d’euros (9m 2018 : -413 millions d’euros). Le taux d’imposition effectif inclut également l’impact des charges liées à la suspension de licences d’exportation de matériels de défense, ainsi que la réévaluation des actifs et passifs d’impôts différés. Le résultat net(1) consolidé s’établit à 2 186 millions d’euros (9m 2018 : 1 453 millions d’euros).

 

Le flux de trésorerie disponible consolidé avant fusions et acquisitions et financements- clients de -4 937 millions d’euros (9m 2018 : -4 169 millions d’euros) reflète essentiellement l’augmentation du besoin en fonds de roulement pour soutenir les livraisons futures, y compris des avions se trouvant à un stade avancé et proches de leur date de livraison. Le flux de trésorerie disponible consolidé s’établit à -5 127 millions d’euros (9m 2018 : -3 928 millions d’euros).

 

La trésorerie nette consolidée au 30 septembre 2019 s’établit à 5,6 milliards d’euros (fin 2018 : 13,3 milliards d’euros) après le versement du dividende 2018 de 1,3 milliard d’euros au deuxième trimestre. La trésorerie brute au 30 septembre 2019 s’élève à 17,8 milliards d’euros (fin 2018 : 22,2 milliards d’euros).

 

En réponse à l’évolution du différend porté devant les instances de l’OMC, le représentant du Commerce des États-Unis (USTR) a décidé d’imposer des droits de douane sur les avions commerciaux d’Airbus importés de l’UE aux États-Unis à partir du 18 octobre 2019. Ces droits, tels qu’annoncés, n’incluent pas les composants livrés à Mobile, Alabama, depuis l’Europe. Airbus travaille actuellement avec ses clients américains pour gérer les conséquences de ces droits. La décision potentielle de l’UE d’imposer des droits de douane sur les produits en provenance des États-Unis devrait intervenir à un stade ultérieur. Airbus continue de soutenir le règlement de ce différend au travers d’une solution négociée (2).

 

Perspectives

Pour établir ses perspectives en 2019, Airbus table sur des taux de croissance de l’économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l’absence de perturbation majeure.

Les prévisions de bénéfice et de flux de trésorerie disponible pour 2019 s’entendent avant fusions et acquisitions.

  • Airbus prévoit désormais de livrer autour de 860 avions commerciaux en 2019, comme le reflète le nouveau plan de livraisons.
  • Sur cette base :

Airbus maintient sa prévision d’augmentation de l’EBIT ajusté d’environ +15 % par rapport à 2018.

Airbus prévoit désormais un flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients d’environ 3 milliards d’euros.

 

Point presse : Retransmission en direct sur Internet de la téléconférence avec les analystes

À 08h15 CET le 30 octobre, vous pouvez écouter la téléconférence sur les Résultats des neuf premiers mois de 2019 avec les analystes donnée par Guillaume Faury, Président exécutif (CEO) d’Airbus, et Dominik Asam, Directeur financier (CFO), sur le site internet d'Airbus. La présentation de la téléconférence avec les analystes peut être consultée sur le site internet de l’entreprise. Une version enregistrée sera mise à disposition prochainement. Pour une réconciliation des indicateurs clés de performance (KPI) d’Airbus avec les normes « IFRS reportées », consultez la présentation de la téléconférence avec les analystes.

 

Airbus Consolidé - Résultats des neuf premiers mois 2019

(en euros)

Airbus Consolidé

9M 2019

9M 2018

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

46 168

40 421

+14 %

dont activités de défense, en millions

6 231

6 141

+1 %

EBIT ajusté, en millions

4 133

2 738

+51 %

EBIT (reporté), en millions

3 431

2 683

+28 %

Dépenses de recherche et

développement,
en millions

2 150

2 103

+2 %

Résultat net(1), en millions

2 186

1 453

+50 %

Bénéfice par action (BPA)

2,81 

1,88

+49 %

Flux de trésorerie disponible, en millions

-5 127

-3 928

-

Flux de trésorerie disponible, avant

fusions et acquisitions, en millions

-4 902

-4 342

-

Flux de trésorerie disponible

avant financements-clients, en millions

-4 937

-4 169

-

Airbus Consolidé

30 sept
2019

31 déc
2018

Variation

Trésorerie nette, en millions

5 576

13 281

-58 %

Effectif

135 978

133 671

+2 %

Par activité

Chiffre d’affaires

EBIT (reporté)

(en millions d’euros)

9M
2019

9M
2018

Variation

9M
2019

9M
2018

Variation

Airbus

     35 572

30 478

+17 %

3 405

2 238

+52 %

Airbus Helicopters

      3 712

3 755

-1 %

203

179

+13 %

Airbus Defence and Space

      7 706

7 051

+9 %

83

479

      -83 %

Transversal et Éliminations

-822

-863

-

-260

-213

-

Total

46 168

40 421

+14 %

3 431

2 683

+28 %

Par activité

EBIT ajusté

(en millions d’euros)

9M
2019

9M

 2018

Variation

Airbus

3 833

2 340

+64 %

Airbus Helicopters

205

202

+1 %

Airbus Defence and Space

355

409

-13 %

Transversal et Éliminations

-260

-213

-

Total

4 133

2 738

+51 %

Par activité

Prises de commandes (nettes)

Carnet de commandes

 

9M
2019

9M
2018

Variation

30 sept
2019

30 sept
2018

Variation

Airbus, en unités

127

256

-50 %

7 133

7 383

-3 %

Airbus Helicopters, en unités

173

230

-25 %

681

704

-3 %

Airbus Defence and Space, en millions d’euros

6 064

4 988

    +22 %

N/A

      N/A

N/A

Airbus Consolidé - Résultats du troisième trimestre (T3) 2019

(en euro) 

Airbus Consolidé

T3 2019

T3 2018

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

15 302

15 451

-1 %

EBIT ajusté, en millions

1 604

1 576

+2 %

EBIT (reporté), en millions

1 338

1 563

-14 %

Résultat net(1), en millions

989

957

+3 %

Bénéfice par action (BPA)

1,27

1,23

+3 %

Par activité

Chiffre d’affaires

EBIT (reporté)

(en millions d’euros)

T3
2019

T3
2018

Variation

T3
2019

T3
2018

Variation

Airbus

11 529

11 932

-3 %

1 254

1 465

-14 %

Airbus Helicopters

1 341

1 367

-2 %

79

65

+22 %

Airbus Defence and Space

2 691

2 399

+12 %

98

97

   +1 %

Transversal et Éliminations

-259

-247

-

-93

-64

      -

Total

15 302

15 451

-1 %

1 338

1 563

  -14 %

Par activité

EBIT ajusté

(en millions d’euros)

T3
2019

T3
2018

Variation

Airbus

1 495

1 473

+1 %

Airbus Helicopters

80

67

+19 %

Airbus Defence and Space

122

100

+22 %

Transversal et Éliminations

-93

-64

-

Total

1 604

1 576

+2 %

Le chiffre d’affaires du T3 2019 est stable, du fait que la baisse des livraisons d’avions commerciaux a été compensée par des taux de change favorables et la hausse du chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space.

L’EBIT ajusté du T3 2019 est stable, du fait que la baisse des livraisons d’avions commerciaux a été compensée par la transition NEO et les progrès du programme A350 XWB.

L’EBIT (reporté) du T3 2019 a diminué de 14 %. Il reflète des ajustements nets de -266 millions d’euros enregistrés au cours du trimestre, alors que les ajustements réalisés au T3 2018 s’élevaient à -13 millions d’euros nets.

Le résultat net du T3 2019 est stable, du fait que la baisse de l’EBIT (reporté) a été compensée par un résultat financier en hausse et un taux d’imposition effectif inférieur.

 

Rapprochement EBIT (reporté) / EBIT ajusté

Le tableau ci-dessous rapproche l’EBIT (reporté) et l’EBIT ajusté.

Airbus Consolidé

(en millions d’euros)

9M 2019

EBIT (reporté)

3 431

Dont :

 

Écart de paiement avant livraison

en dollars et réévaluation bilancielle

-253

Interdiction d’exportation de matériels de défense

-221

Coût du programme A380

-158

Autres

-70

EBIT ajusté

 4 133

Glossaire

KPI

DÉFINITION

EBIT

L’Entreprise continue d’employer le terme EBIT (Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d’acquisition et éléments exceptionnels). Il est identique au Bénéfice avant résultat financier et impôts, tel que défini par les Normes IFRS.

Ajustements

Ajustements - une mesure alternative de la performance - est un terme employé par l’Entreprise qui inclut les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

EBIT ajusté

L’entreprise utilise une mesure alternative de la performance - l’EBIT ajusté - en tant qu’indicateur clé reflétant la marge opérationnelle sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

BPA ajusté

Le BPA ajusté est une mesure alternative de la performance du bénéfice de base par action tel que reporté, où le résultat net, en tant que numérateur, inclut des Ajustements. Pour la réconciliation, voir la présentation des Analystes.

Trésorerie brute

L’entreprise définit sa trésorerie brute consolidée comme la somme de (i) sa trésorerie et équivalents de trésorerie et (ii) de ses titres (le tout comptabilisé dans le bilan consolidé de la position financière).

Trésorerie nette

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (trésorerie nette), voir le Document d’enregistrement, MD&A section 2.1.6.

Flux de trésorerie disponible

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (flux de trésorerie disponible), voir le Document d’enregistrement, MD&A section 2.1.6.1. Il s’agit d’un indicateur clé permettant à l’Entreprise de mesurer le montant du flux de trésorerie généré par les opérations, déduction faite des liquidités engagées dans les activités d’investissement.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions

Le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions désigne le flux de trésorerie disponible tel que défini dans le Document d’enregistrement, MD&A section 2.1.6.1., ajusté des produits nets issus des cessions et acquisitions d’activités. Cette mesure alternative de la performance est un indicateur clé pour mesurer le flux de trésorerie disponible en excluant les flux issus des cessions et acquisitions d’activités.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements- clients

Le Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients s’entend comme le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions, ajusté des flux de trésorerie liés aux activités de financement d’achat d’avions. Il est une mesure alternative de la performance et un indicateur pouvant parfois être employé par l’Entreprise dans ses prévisions financières, notamment en cas de forte incertitude concernant les activités de financements-clients.

Notes de bas de page :

1)         Airbus SE continue d’employer le terme « résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.

2)         Pour de plus amples détails sur le différend porté devant les instances de l’OMC, veuillez vous référer aux états financiers, en particulier à la note 23 « Litiges et Réclamations » des Informations financières intermédiaires condensées non auditées d’Airbus SE pour la période des neuf premiers mois, au 30 septembre 2019, disponibles sur le site internet d’Airbus (www.airbus.com).

 

Mentions de préservation :

Le présent communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles. Les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions. Ces déclarations prévisionnelles peuvent porter, par exemple, sur la stratégie, les programmes de montée en cadence de production et de livraison, l’introduction de nouveaux produits et services, et les attentes des marchés, ainsi que sur les performances et perspectives futures.

Par leur nature, les déclarations prévisionnelles peuvent comporter des risques et des incertitudes en raison du fait qu’elles couvrent des événements et circonstances futurs qui, en fonction de nombreux facteurs, sont susceptibles d’induire des résultats et développements effectifs sensiblement différents de ceux exprimés ou induits par ces déclarations.

Ces facteurs incluent, sans toutefois s’y limiter :

  • Des changements de conditions économiques, politiques ou commerciales générales, y compris le caractère cyclique de certaines activités d’Airbus ;
  • D’importantes perturbations du transport aérien (notamment sous l’effet d’attaques terroristes) ;
  • Des fluctuations des taux de change monétaires, en particulier entre l’euro et le dollar américain ;
  • L’exécution fructueuse des programmes de performance internes, y compris les initiatives de productivité et de réduction des coûts ;
  • Les risques de performances des produits, ainsi que les risques liés au développement et à la gestion des programmes ;
  • Les négociations opératoires et contractuelles avec les clients, fournisseurs et sous-traitants, notamment sur les questions financières ;
  • La concurrence et la consolidation de l’industrie aérospatiale et de défense ;
  • D’importants conflits du travail ;
  • L’issue des processus politiques et juridiques, dont la disponibilité du financement gouvernemental de certains programmes et la taille des budgets d’achat en défense et spatial ;
  • Les coûts de recherche et développement relatifs aux nouveaux produits ;
  • Les risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ;
  • Les instructions et procédures juridiques, et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.

En conséquence, les résultats effectifs d’Airbus SE peuvent varier sensiblement par rapport aux prévisions, objectifs et attentes énoncées dans ces déclarations prévisionnelles.

Pour une discussion des facteurs susceptibles de faire varier sensiblement les résultats futurs par rapport à ces déclarations prévisionnelles, veuillez consulter le « Document d’enregistrement » 2018 d’Airbus SE daté du 29 juillet 2019, notamment la section relative aux Facteurs de risque.

Toute déclaration prévisionnelle contenue dans le présent communiqué de presse est valable à sa date de publication. Airbus SE n’est nullement tenu de réviser ou d’actualiser publiquement l’une ou l’autre de ces déclarations prévisionnelles à la lumière de nouvelles informations, circonstances et autres événements futurs.

 

Arrondis

Compte tenu des règles d’arrondi, les chiffres présentés peuvent ne pas équivaloir précisément aux totaux fournis, et les pourcentages peuvent ne pas refléter précisément les valeurs absolues.

Your Contact

Matthieu Duvelleroy

Head of Content

Rod Stone

Corporate Media Relations Finance

Swiss International Air Lines takes delivery of its first A320neo

en

Airbus Defence and Space enters consultation process with employee representatives on restructuring

en

Airbus statement on USTR decision regarding tariffs - 15 February 2020

en
Back to top