In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

26 July 2018

Airbus publie ses résultats pour le premier semestre 2018

·         L’environnement des avions commerciaux est robuste et le carnet de commandes soutient la montée en cadence

·         Les chiffres du premier semestre reflètent essentiellement les performances de l’A350 XWB et le rééchelonnement des livraisons

·         Chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros ; EBIT ajusté à 1,2 milliard d’euros

·         EBIT (reporté) à 1,1 milliard d’euros : BPA (reporté) à 0,64 euro

·         perspectives 2018 confirmées

 

Airbus SE (symbole boursier : AIR) a publié ses résultats consolidés pour le premier semestre 2018 et confirme ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

« Les chiffres du premier semestre reflètent l’accélération en fin d’année des livraisons en raison du manque de disponibilité des moteurs de l’A320neo, tandis que le programme A350 enregistre une nette amélioration », a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus. « Les livraisons d’A320neo sont reparties à la hausse au cours du deuxième trimestre, mais atteindre notre objectif annuel reste un défi. La demande du marché reste forte pour l’ensemble du portefeuille d’Airbus, qui comprend désormais l’A220, le plus petit modèle de la Famille Airbus. Récemment, le salon aéronautique de Farnborough a confirmé cette tendance, avec l’annonce de plus de 400 commandes de mono- et bi-couloirs. Notre priorité opérationnelle pour l’activité Avions commerciaux consiste clairement à continuer de sécuriser la montée en cadence de la production. S’agissant de notre plus important programme militaire, l’A400M, nous enregistrons des progrès sur le plan opérationnel et capacitaire, ainsi que dans les négociations avec les gouvernements dans le cadre de l’amendement contractuel nécessaire. »

Airbus a enregistré 206 commandes nettes d’avions commerciaux (S1 2017 : 203 avions) et 261 commandes brutes, dont 50 A350 XWB et 14 A330. Le carnet de commandes atteignait 7 168 avions commerciaux au 30 juin 2018. Au cours du Salon aéronautique de Farnborough, Airbus a annoncé des commandes et engagements d’achat pour un total de 431 avions, qui ne sont pas encore comptabilisés dans le carnet de commandes. Les commandes nettes d’hélicoptères s’élèvent à 143 unités (S1 2017 : 151 unités). Airbus Defence and Space a enregistré une bonne dynamique des commandes, particulièrement Space Systems, ainsi que des perspectives encourageantes pour les programmes de coopération militaire européenne au sein des entités Military Aircraft et Unmanned Aerial Systems.

Le chiffre d’affaires consolidé est stable à 25,0 milliards d’euros (S1 2017 : 25,2 milliards d’euros(1)), reflétant le mix de livraisons d’avions commerciaux, les changements de périmètre et la baisse du dollar US. Airbus a livré au total 303 avions commerciaux (S1 2017 : 306 avions), dont 239 exemplaires de la Famille A320, 18 A330, 40 A350 XWB et six A380. Airbus Helicopters a livré 141 unités (S1 2017 : 190 unités) et son chiffre d’affaires illustre essentiellement la déconsolidation, fin 2017, de la société de services Vector Aerospace. Le chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space reflète la stabilité des principales activités et la solide exécution des programmes, ainsi que le changement de périmètre résultant essentiellement de la cession de Defence Electronics en février 2017 et d’Airbus DS Communications, Inc. en mars 2018.

L’EBIT ajusté consolidé - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé reflétant la marge commerciale sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes, la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités - s’est élevé à 1 162 millions d’euros (S1 2017 : 553 millions d’euros(1)).

L’EBIT ajusté d’Airbus de 867 millions d’euros (S1 2017 : 257 millions d’euros(1)) reflète principalement la nette amélioration du programme A350, ainsi que la transition et l’accélération des cadences de l’A320neo.

Un total de 110 A320neo ont été livrés (S1 2017 : 59 exemplaires) au deuxième trimestre, avec une majorité de versions remotorisées NEO (new engine option) par rapport aux versions classiques CEO (current engine option). La montée en cadence se poursuit. Les motoristes s’emploient activement à honorer leurs engagements, et les ressources et capacités internes sont mobilisées. Un plan de rétablissement est en place et le nombre d’avions stockés a commencé à diminuer depuis le pic de fin mai, mais des risques demeurent quant à la possibilité d’atteindre la cible annuelle des 800 livraisons d’avions, qui est ambitieuse. S’agissant du programme A350, les premiers A350-1000 ont été livrés à Qatar Airways et Cathay Pacific au premier semestre. Des progrès notables ont été réalisés sur la courbe des coûts récurrents par rapport à l’année dernière, tandis que le programme accélère vers l’objectif de produire 10 exemplaires par mois d’ici la fin de l’année. Le système industriel de l’A350 est désormais mature et les efforts continuent de porter sur la convergence des coûts récurrents. L’A330neo a terminé sa campagne d’essai de vols commerciaux (« route proving »), avec plus d’un millier d’heures de vol cumulées par la flotte d’avions d’essais. La livraison du premier exemplaire est prévue à la fin de cet été. En juillet, l’avion-cargo géant BelugaXL a réalisé son vol inaugural.

L’EBIT ajusté d’Airbus Helicopters a progressé à 135 millions d’euros (S1 2017 : 80 millions d’euros(1)), traduisant la solide exécution sous-jacente des programmes, qui a compensé la faiblesse des livraisons.

L’EBIT ajusté d’Airbus Defence and Space s’établit à 309 millions d’euros (S1 2017 : 298 millions d’euros(1)), reflétant la stabilité des principales activités et la solide exécution des programmes. Sur une base comparable, l’EBIT ajusté de la Division est stable.

S’agissant du programme A400M, huit avions au total ont été livrés au premier semestre, soit le même nombre que l’année dernière sur la même période. Une révision de provision de 98 millions d’euros au premier semestre 2018 reflète en partie l’évolution des prix. Le développement des capacités militaires a enregistré des progrès tangibles. Airbus continue de travailler avec les Nations partenaires pour finaliser un avenant contractuel d’ici la fin de l’année.

Les dépenses de R&D autofinancées consolidées s’élèvent à 1 403 millions d’euros (S1 2017 : 1 288 millions d’euros).

L’EBIT (reporté) consolidé est stable à 1 120 millions d’euros (S1 2017 : 1 211 millions d’euros(1)) et inclut des ajustements totalisant -42 millions d’euros, comprenant :

·         La révision de provision à la hausse de 98 millions d’euros concernant l’A400M due à l’évolution anticipée des prix ;

·         Un impact négatif de 21 millions d’euros lié aux premiers hélicoptères H160 ;

·         Un impact négatif de 40 millions d’euros lié à l’écart de comptabilisation des paiements avant livraison en dollars US et aux réévaluations bilancielles ;

·         Des coûts divers de 40 millions d’euros, notamment liés à la compliance et aux fusions et acquisitions ;

·         Une plus-value nette de 157 millions d’euros générée par la cession de diverses activités d’Airbus Defence and Space.

 

Le résultat net(2) consolidé de 496 millions d’euros (S1 2017 : 1 091 millions d’euros(1)) et le bénéfice par action (BPA) de 0,64 euro (S1 2017 : 1,41 euro(1)) tiennent compte d’un impact négatif induit par l’ajustement de valeur de certains instruments financiers en raison des effets de change, partiellement compensé par la réévaluation positive de certains investissements de capitaux. Le résultat financier est de -303 millions d’euros (S1 2017 : +72 millions d’euros(1)). Le résultat net reflète également un taux d’imposition effectif plus important induit par la réévaluation des actifs et passifs d’impôt.

Le flux de trésorerie disponible consolidé avant fusions et acquisitions et financements-clients s’établit à -3 968 millions d’euros (S1 2017 : -2 093 millions d’euros), en raison de l’accélération continue des cadences de production alors que les livraisons sont impactées par la situation vis-à-vis des moteurs. Le flux de trésorerie disponible consolidé à -3 797 millions d’euros (S1 2017 : -1 956 millions d’euros) comprend le produit net de 0,3 milliard d’euros généré par la cession de diverses activités au sein d’Airbus Defence and Space. Le flux de trésorerie pour le financement d’avions a été limité au cours du premier semestre 2018.

La trésorerie nette consolidée au 30 juin 2018 s’établissait à 8,1 milliards d’euros (fin 2017 : 13,4 milliards d’euros) et la trésorerie brute à 17,8 milliards d’euros (fin 2017 : 24,6 milliards d’euros).

 

Perspectives

Pour établir ses perspectives en 2018, l’Entreprise table sur des taux de croissance de l’économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l’absence de perturbation majeure.

Les bénéfices et perspectives 2018 sont calculés conformément à la norme IFRS 15.

Les prévisions de bénéfice et de flux de trésorerie disponible pour 2018 s’entendent avant fusions et acquisitions. Elles incluent désormais l’intégration de l’A220(3).

·         Airbus prévoit de livrer environ 800 avions commerciaux, exclusion faite de la Famille A220.

·         Airbus prévoit en plus de livrer environ 18 A220 au second semestre.

·         Avant fusions et acquisitions, Airbus prévoit un EBIT ajusté d’environ 5,2 milliards d’euros en 2018 :

Ø  L’intégration de l’A220(3) devrait réduire l’EBIT ajusté d’environ -0,2 milliard d’euros.

Ø  Par conséquent, en incluant l’A220(3), Airbus table sur un EBIT ajusté d’environ 5,0 milliards d’euros.

·         Avant fusions et acquisitions et financements-clients, Airbus prévoit cette année, avant intégration de l’A220, un flux de trésorerie disponible stable par rapport à 2017 (2,95 milliards d’euros).

Ø  L’intégration de l’A220(3) devrait réduire le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients d’environ -0,3 milliard d’euros(3).

Ø  En 2018, l’Entreprise prévoit que l’impact net de l’intégration de l’A220 sur la trésorerie sera largement couvert par les modalités de financement définies dans le cadre du « C Series Aircraft Limited Partnership », autrement dit une dilution de trésorerie limitée.

Point presse : Retransmission en direct sur Internet de la téléconférence avec les analystes

À 08h30 CEST aujourd’hui, vous pouvez écouter la téléconférence sur les Résultats du premier semestre 2018 avec les analystes donnée par Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus, et Harald Wilhelm, Directeur financier (CFO), sur        www.airbus.com. La présentation de la téléconférence avec les analystes peut être consultée sur le site internet de l’entreprise. Une version enregistrée sera mise à disposition prochainement. Pour une réconciliation des indicateurs clés de performance (KPI) d’Airbus avec les normes « IFRS reportées », consultez la présentation de la téléconférence avec les analystes

Airbus Consolidé - Résultats du premier semestre (S1) 2018

(en euros)

Airbus Consolidé

S1 2018

S1 2017

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

24 970

25 175(1)

-1 %

dont activités de défense, en millions

4 041

4 619(1)

-13 %

EBIT ajusté, en millions

1 162

553(1)

+110 %

EBIT (reporté), en millions

1 120

1 211(1)

-8 %

Dépenses de recherche et développement, en millions

1 403

1 288

+9 %

Résultat net(2), en millions

496

1 091(1)

-55 %

Bénéfice par action (BPA)

 0,64

1,41(1)

-55 %

Flux de trésorerie disponible, en millions

-3 797

-1 956

-

Flux de trésorerie disponible, avant fusions et acquisitions, en millions

-4 069

-2 547

-

Flux de trésorerie disponible
avant financements-clients
, en millions

-3 968

-2 093

-

       
       

Airbus Consolidé

30 juin
2018

31 déc
2017

Variation

Trésorerie nette, en millions

8 068

13 390(1)

-40 %

Effectif

129 450

129 442

0 %

 

Par activité

Chiffre d’affaires

EBIT (reporté)

(en millions d’euros)

S1
2018

S1
2017(1)

Variation

S1
2018

S1
2017(1)

Variation

Airbus

18 546

18 182

+2 %

773

381

+103 %

Airbus Helicopters

2 388

2 716

-12 %

114

80

+43 %

Airbus Defence and Space

4 652

4 900

-5 %

382

832

-54 %

Transversal et Éliminations

-616

-623

-

-149

-82

-

Total

24 970

25 175

-1 %

1 120

1 211

-8 %

             

 

Par activité

EBIT ajusté

(en millions d’euros)

S1
2018

S1

2017(1)

Variation

Airbus

867

257

+237 %

Airbus Helicopters

135

80

+69 %

Airbus Defence and Space

309

298

+4 %

Transversal et Éliminations

-149

-82

-

Total

1 162

553

+110 %

 

             

Par activité

Prises de commandes (nettes)

Carnet de commandes

 

 

S1
2018

S1
2017

Variation

30 juin
2018

30 juin
2017

Variation

 

Airbus, en unités

206

203

+1 %

7 168

6 771

+6 %

 

Airbus Helicopters, en unités

143

151

-5 %

694

727

-5 %

 

Airbus Helicopters, en millions d’euros

2 068

3 630

-43 %

12 537

11 996

+5 %

 

Airbus Defence and Space, en millions d’euros

3 184

3 616

-12 %

36 462

38 708

-6 %

 

                     

Airbus Consolidé - Résultats du deuxième trimestre (T2) 2018

(en euro)

Airbus Consolidé

T2 2018

T2 2017(1)

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

14 851

13 733

+8 %

EBIT ajusté, en millions

1 148

572

+101 %

EBIT (reporté), en millions

921

636

+45 %

Résultat net (2), en millions

213

682

-69 %

Bénéfice par action (BPA)

0,27

0,88

-69 %

             

Par activité

Chiffre d’affaires

EBIT (reporté)

(en millions d'euros)

T2
2018

T2
2017(1)

Variation

T2
2018

T2
2017(1)

Variation

Airbus

11 324

10 016

+13 %

775

429

+81 %

Airbus Helicopters

1 427

1 540

-7 %

124

86

+44 %

Airbus Defence and Space

2 435

2 560

-5 %

117

175

-33 %

Transversal et Éliminations

-335

-383

-

-95

-54

-

Total

14 851

13 733

+8 %

921

636

+45 %

 

Par activité

EBIT ajusté

(en millions d'euros)

T2
2018

T2
2017(1)

Variation

Airbus

908

360

+152 %

Airbus Helicopters

138

86

+60 %

Airbus Defence and Space

197

180

+9 %

Transversal et Éliminations

-95

-54

-

Total

1 148

572

+101 %


Le chiffre d’affaires du T2 2018
a progressé de 8 % sous l’effet des livraisons de Commercial Aircraft, partiellement compensé par des changements de périmètre au sein d’Airbus Helicopters et d’Airbus Defence and Space.

L’EBIT ajusté du T2 2018 a progressé de 101 %, reflétant la nette amélioration du programme A350 XWB, la transition et l’accélération des cadences de production de l’A320neo, et la solide exécution des programmes au sein d’Airbus Helicopters et d’Airbus Defence and Space.

L’EBIT (reporté) du T2 2018 a progressé de 45 % à 921 millions d’euros. Il reflète des ajustements nets négatifs de -227 millions d’euros enregistrés au cours du trimestre. Les ajustements réalisés au T2 2017 s’élevaient à +64 millions d’euros nets.

Le résultat net du T2 2018 a diminué de 69 %, essentiellement en raison d’effets de change défavorables et d’un taux d’imposition effectif supérieur.

 

Réconciliation EBIT (reporté) / EBIT ajusté

Le tableau ci-dessous réconcilie l’EBIT (reporté) et l’EBIT ajusté.

 

Airbus Consolidé

S1 2018

EBIT (reporté), en millions d’euros

1 120

Dont :

 

Provision révisée pour l’A400M, en millions d’euros

-98

Premiers H160, en millions d’euros

-21

Écart de paiement avant livraison en dollars et réévaluation bilancielle, en millions d’euros

-40

Autres coûts, dont les coûts de compliance, en millions d’euros

-40

Changement de périmètre d’Airbus Defence and Space, en millions d’euros

157

EBIT ajusté, en millions d’euros

1 162

           

Glossaire

 

KPI

DÉFINITION

EBIT

L’Entreprise continue d’employer le terme EBIT (Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d’acquisition et éléments exceptionnels). Il est identique au Bénéfice avant charges financières et impôts, tel que défini par les Normes IFRS.

Ajustements

Ajustements - une mesure alternative de la performance - est un terme employé par l’Entreprise qui inclut les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

EBIT ajusté

EBIT ajusté - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé reflétant la marge opérationnelle sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

BPA ajusté

Le BPA ajusté est une mesure alternative de la performance du bénéfice de base par action tel que reporté, où le résultat net, en tant que numérateur, inclut des Ajustements. Pour le rapprochement, voir la page 19 de la présentation des Analystes.

Trésorerie brute

L’entreprise définit sa trésorerie brute consolidée comme la somme de (i) sa trésorerie et équivalents de trésorerie et (ii) de ses titres (le tout comptabilisé dans le bilan consolidé de la position financière).

Trésorerie nette

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (trésorerie nette), voir le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.3.

Flux de trésorerie disponible

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (flux de trésorerie disponible), voir le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.3. Il s’agit d’un indicateur clé permettant à l’Entreprise de mesurer le montant du flux de trésorerie généré par les opérations, déduction faite des liquidités engagées dans les activités d’investissement.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions

Le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions désigne le flux de trésorerie disponible tel que défini dans le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.3, ajusté des produits nets issus des cessions et acquisitions d’activités. Cette mesure alternative de la performance est un important indicateur pour mesurer le flux de trésorerie disponible en excluant les flux issus des cessions et acquisitions d’activités.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients

Le Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients s’entend comme le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions, ajusté des flux de trésorerie liés aux activités de financement d’achat d’avions. Il est une mesure alternative de la performance et un indicateur pouvant parfois être employé par l’Entreprise dans ses prévisions financières, notamment en cas de forte incertitude concernant les activités de financements-clients, par exemple lorsque les Agences de crédit à l’export suspendent leur soutien.

Notes de bas de page :

1)            Dans les cas applicables, les chiffres de 2017 ont été recalculés pour refléter l’adoption de la norme comptable IFRS 15 et la nouvelle information sectorielle au 1er janvier 2018. Cette nouvelle information sectorielle résulte de la fusion des Sièges dans Airbus. Selon les cas applicables, ‘Airbus’ désigne la division Commercial Aircraft et les fonctions intégrées, alors que ‘Airbus Consolidé’ ou « l’Entreprise » se réfère à Airbus SE.

2)            Airbus SE continue d’employer le terme « résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.

3)            Sur la base des données préliminaires.

 

Mentions de préservation :

Le présent communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles. Les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions. Ces déclarations prévisionnelles peuvent porter, par exemple, sur la stratégie, les programmes de montée en cadence de production et de livraison, l’introduction de nouveaux produits et services, et les attentes des marchés, ainsi que sur les performances et perspectives futures.

Par leur nature, les déclarations prévisionnelles peuvent comporter des risques et des incertitudes en raison du fait qu’elles couvrent des événements et circonstances futurs qui, en fonction de nombreux facteurs, sont susceptibles d’induire des résultats et développements effectifs sensiblement différents de ceux exprimés ou induits par ces déclarations.

Ces facteurs incluent, sans toutefois s’y limiter :

§  Des changements de conditions économiques, politiques ou commerciales générales, y compris le caractère cyclique de certaines activités d’Airbus ;

§  D’importantes perturbations du transport aérien (notamment sous l’effet d’attaques terroristes) ;

§  Des fluctuations des taux de change monétaires, en particulier entre l’euro et le dollar américain ;

§  L’exécution fructueuse des programmes de performance internes, y compris les initiatives de productivité et de réduction des coûts ;

§  Les risques de performances des produits, ainsi que les risques liés au développement et à la gestion des programmes ;

§  Les négociations opératoires et contractuelles avec les clients, fournisseurs et sous-traitants, notamment sur les questions financières ;

§  La concurrence et la consolidation de l’industrie aérospatiale et de défense ;

§  D’importants conflits du travail ;

§  L’issue des processus politiques et juridiques, dont la disponibilité du financement gouvernemental de certains programmes et la taille des budgets d’achat en défense et spatial ;

§  Les coûts de recherche et développement relatifs aux nouveaux produits ;

§  Les risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ;

§  Les instructions et procédures juridiques, et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.

En conséquence, les résultats effectifs d’Airbus SE peuvent varier sensiblement par rapport aux prévisions, cibles et attentes énoncées dans ces déclarations prévisionnelles.

Pour une discussion des facteurs susceptibles de faire varier sensiblement les résultats futurs par rapport à ces déclarations prévisionnelles, veuillez consulter le « Document d’Enregistrement » d’Airbus SE daté du 28 mars 2018, notamment la section relative aux Facteurs de risque.

Toute déclaration prévisionnelle contenue dans le présent communiqué de presse est valable à sa date de publication. Airbus SE n’est nullement tenu de réviser ou d’actualiser publiquement l’une quelconque de ces déclarations prévisionnelles à la lumière de nouvelles informations, circonstances et autres événements futurs.

Arrondis

Compte tenu des règles d’arrondi, les chiffres présentés peuvent ne pas équivaloir précisément aux totaux fournis, et les pourcentages peuvent ne pas refléter précisément les valeurs absolues.

IFRS 15

L’entreprise a adopté la norme comptable IFRS 15 au 1er janvier 2018. Les chiffres de 2017 s’entendent pro forma, amendés selon la norme IFRS 15 et la nouvelle information sectorielle.

Your Contact

Rod Stone

Media Relations Manager - Finance

Matthieu Duvelleroy

Media Relations Manager Middle East, France, Environment

Airbus built ExoMars rover gets its eyes

en

AirAsia receives its first A330neo

en

Successful launch of the second SpaceDataHighway satellite on Ariane 5

en fr de es
Back to top