In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

27 April 2018
27. April 2018 Company

Airbus publie ses résultats pour le premier trimestre (T1) 2018 et confirme ses prévisions

(La version française de ce communiqué de presse vous est communiquée uniquement à titre d’information. Seule la version anglaise est officielle)

        

  • Le carnet de commandes et la dynamique commerciale soutiennent la montée en cadence
  • Les chiffres du premier trimestre reflètent le rééchelonnement des livraisons de moteurs et d’avions
  • Chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros ; EBIT ajusté à 14 millions d’euros
  • EBIT (reporté) à 199 millions d’euros ; BPA (reporté) de 0,37 euro
  • Confirmation des prévisions 2018

 

Amsterdam, le 27 avril 2018 - Airbus SE (symbole boursier : AIR) a publié ses résultats consolidés pour le premier trimestre 2018 et confirme ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

« La performance du premier trimestre reflète le manque de disponibilité des moteurs pour l’A320neo et l’accélération en fin d’année des livraisons d’avions, comme nous l’avions indiqué lors de la publication des résultats annuels. Les résultats financiers le montrent clairement», a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus. « Cette situation est délicate pour tout le monde, mais la confiance exprimée par les motoristes et leur aptitude à honorer leurs engagements nous permettent de confirmer nos prévisions pour l’exercice complet. L’objectif de livrer environ 800 avions commerciaux augure tout de même d’un plan de charge particulièrement intense cette année. »

Airbus a enregistré 45 commandes nettes d’avions commerciaux (T1 2017 : six avions) et 68 commandes brutes, dont 20 A380 pour Emirates Airline. Le carnet de commandes atteint 7 189 avions commerciaux au 31 mars 2018. Les  commandes nettes d’hélicoptères ont augmenté à 104 appareils (T1 2017 : 60 commandes nettes), dont 10 H160 et 51 Lakota UH-72A supplémentaires pour l’US Army, portant le nombre total de commandes de ce programme à plus de 450 exemplaires. Les prises de commandes d’Airbus Defence and Space comprennent un A330 MRTT supplémentaire faisant suite à la décision de la Belgique de rejoindre la flotte multinationale européenne de ravitailleurs de l’OTAN.

Le chiffre d’affaires consolidé s’élève à 10,1 milliards d’euros (T1 2017 : 11,4 milliards d’euros(1)), reflétant essentiellement la faiblesse des livraisons d’avions commerciaux et d’hélicoptères. Airbus a livré au total 121 avions commerciaux (T1 2017 : 136 avions), comprenant 95 exemplaires de la Famille A320, 8 A330, 17 A350 XWB et un A380. Airbus Helicopters a livré 52 appareils (T1 2017 : 78 unités) et son chiffre d’affaires illustre également la déconsolidation fin 2017 de la société de services Vector Aerospace. Le chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space est en légère baisse, conséquence du changement de périmètre consécutif à la cession de Defence Electronics en février 2017.

L’EBIT ajusté consolidé - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé révélant la marge commerciale sous-jacente en excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes, la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités - s’élève à 14 millions d’euros (T1 2017 : -19 millions d’euros(1)).

L’EBIT ajusté d’Airbus de -41 millions d’euros (T1 2017 : -103 millions d’euros(1)) reflète en grande partie l’accélération des livraisons d’avions en fin d’année, compensée par l’amélioration du prix et coût unitaire de l’A350.

S’agissant du programme A320neo, Airbus commence à recevoir de Pratt & Whitney de nouveaux moteurs GTF spécialement modifiés pour renforcer les joints d’étanchéité du moyeu arrière, et les livraisons d’avions équipés de ces moteurs ont pu reprendre. De même, Airbus travaille étroitement avec l’autre motoriste de l’A320neo, CFM International, qui s’emploie à rattraper les retards de production auxquels il a été confronté. Compte tenu de la forte demande de l’A320neo et de son important carnet de commandes, Airbus a lancé une étude de faisabilité auprès de la chaîne d’approvisionnement pour accélérer les cadences de production. Airbus et ses motoristes se sont engagés à livrer environ 800 avions commerciaux, conformément à l’objectif annuel, ce qui augure d’un plan de charge particulièrement intense au second semestre 2018. En ce qui concerne le programme A330, la transition vers la version NEO se poursuit à bon rythme, la première livraison étant prévue cet été. Compte tenu de l’évaluation actuelle du programme, Airbus a décidé de réduire les livraisons d’A330 à 50 par an environ en 2019. Le programme A350 continue de s’accélérer et devrait atteindre la cible des 10 livraisons mensuelles d’ici la fin de l’année. L’accent reste placé sur la convergence des coûts récurrents. Le premier A350-1000 a été livré au cours du premier trimestre et la version A350-900 ULR (Ultra Long Range) a réalisé son vol inaugural avec succès au mois d’avril.

L’EBIT ajusté d’Airbus Helicopters est resté stable à -3 millions d’euros (T1 2017 : -6 millions d’euros(1)) ; les efforts de transformation de la Division ayant compensé l’atonie du marché.

L’EBIT ajusté d’Airbus Defence and Space est resté globalement stable à 112 millions d’euros (T1 2017 : 118 millions d’euros(1)).

Quatre A400M ont été livrés au premier trimestre. Le rééchelonnement des livraisons du programme des clients de lancement est actuellement revu à huit exemplaires par an à partir de 2020. L’Entreprise s’emploie à sécuriser des commandes à l’export, à fournir les capacités militaires, à respecter le nouveau calendrier de livraison et à remettre à niveau les avions en service conformément aux souhaits des nations partenaires. Dans la continuité de la Déclaration d’intention convenue avec les clients en février 2018, la finalisation de l’avenant contractuel et le respect des livrables sont les priorités clés de cette année.

 

Les dépenses de R&D autofinancées consolidées s’élèvent à 616 millions d’euros (T1 2017 : 548 millions d’euros).

L’EBIT (reporté) consolidé de 199 millions d’euros (T1 2017 : 575 millions d’euros(1)) inclut des ajustements totalisant 185 millions d’euros nets, comprenant :

  • Une plus-value nette de 159 millions d’euros générée par la cession de Plant Holdings, Inc., qui détenait l’activité Airbus DS Communications Inc. ;
  • Un impact positif de 46 millions d’euros lié à l’écart de comptabilisation des paiements avant livraison en dollars US et aux réévaluations bilancielles ;
  • Des coûts divers de 20 millions d’euros, notamment liés à la compliance et aux fusions et acquisitions.
  •  

Le résultat net(2) consolidé s’est élevé à 283 millions d’euros (T1 2017 : 409 millions d’euros(1)), soit un bénéfice par action (BPA) de 0,37 euro (T1 2017 : 0,53 euro(1)), résultant d’un impact positif induit en grande partie par la réévaluation de certains investissements de capitaux. Le résultat financier est de 39 millions d’euros (Q1 2017 : -206 millions d’euros).

Le flux de trésorerie disponible consolidé avant fusions et acquisitions et financements-clients s’établit à -3 839 millions d’euros (T1 2017 : -1 269 millions d’euros), illustrant la concentration des livraisons en fin d’exercice et l’accélération des cadences de production. Le flux de trésorerie disponible consolidé à -3 656 millions d’euros (T1 2017 : -1 116 millions d’euros) comprend le produit net de 191 millions d’euros de la cession d’Airbus DS Communications Inc.

Le flux de trésorerie pour le financement d’avions a été très limité au cours du trimestre à -7 millions d’euros. La couverture des Agences de crédit à l’export a repris au premier trimestre et Airbus prévoit une couverture pour un nombre limité de transactions en 2018, tandis que la demande de financement commercial demeure élevée.

La trésorerie nette consolidée au 31 mars 2018 s’établissait à 9,8 milliards d’euros (fin 2017 : 13,4 milliards d’euros(1)) et la trésorerie brute à 20,9 milliards d’euros (fin 2017 : 24,6 milliards d’euros).

 

Perspectives

Pour établir ses perspectives en 2018, l’Entreprise table sur des taux de croissance de l’économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l’absence de perturbation majeure.

Les prévisions de bénéfice et de flux de trésorerie disponible pour 2018 s’entendent à périmètre constant, avant fusions et acquisitions.

  • Airbus prévoit de livrer environ 800 avions commerciaux, sous réserve que les motoristes respectent leurs engagements.

Sur la base d’environ 800 livraisons :

  • Par rapport à l’EBIT ajusté 2017 de 4,25 milliards d’euros, tel que reporté avant l’adoption de la norme IFRS 15, l’Entreprise prévoit, avant fusions et acquisitions :

                    - Une hausse de l’EBIT ajusté d’environ 20 %.

                    - Une hausse supplémentaire d’environ 0,1 milliard d’euros de l’EBIT ajusté sous l’effet de la norme IFRS 15.

                    - Par conséquent, l’Entreprise table sur un EBIT ajusté d’environ 5,2 milliards d’euros, tel que calculé selon la norme IFRS 15 adoptée en 2018.

  • Avant fusions et acquisitions et financements-clients, Airbus prévoit cette année un flux de trésorerie disponible stable par rapport à 2017 (2 949 millions d’euros).

 

À propos d’Airbus

Airbus est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace et des services associés. En 2017, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 59 milliards d’euros sous IFRS 15 avec un effectif d’environ 129 000 personnes. Airbus propose la famille d’avions de ligne la plus complète qui soit, de 100 à plus de 600 sièges. Airbus est, en outre, le leader européen dans le domaine des avions de mission, de ravitaillement en vol, de combat, et de transport. Par ailleurs, l’Entreprise est également un leader de l’industrie spatiale. Enfin, dans le domaine des hélicoptères, Airbus propose les solutions civiles et militaires les plus performantes au monde.

 

Point presse : Retransmission en direct sur Internet de la téléconférence avec les analystes

À 08h00 CEST aujourd’hui, vous pouvez écouter la téléconférence sur les Résultats du premier trimestre 2018 avec les analystes donnée par Harald Wilhelm, Directeur financier (CFO), sur le site internet d'Airbus : www.airbus.com. La présentation de la téléconférence avec les analystes peut être consultée sur le site internet de l’entreprise. Une version enregistrée sera mise à disposition prochainement. Pour une réconciliation des indicateurs clés de performance (KPI) d’Airbus avec les normes « IFRS reportées », consultez la présentation de la téléconférence avec les analystes.

 

Airbus Consolidé - Résultats du premier trimestre 2018

(en euros)

 

Airbus Consolidé

T1 2018

T1 2017

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

10 119

11 442(1)

-12 %

dont activités de défense, en millions

1 771

1 963(1)

-10 %

EBIT ajusté, en millions

14

-19(1)

-

EBIT (reporté), en millions

199

575(1)

-65 %

Dépenses de recherche et développement, en millions

616

548

+12 %

Résultat net(2), en millions

283

409(1)

-31 %

Bénéfice par action (BPA)

 0,37

0,53(1)

-30 %

Flux de trésorerie disponible, en millions

-3 656

-1 116

-

Flux de trésorerie disponible avant fusions acquisitions, en millions

-3 846

-1 599

-

Flux de trésorerie disponible avant fusions acquisitions et financements-clients, en millions

-3 839

-1 269

-

       
       

Airbus Consolidé

31 mars
2018

31 déc.
2017

Variation

Trésorerie nette, en millions

9 769

13 390(1)

-27 %

Effectif

129 208

129 442

0 %

 

Merci de vous reporter en page 10 pour les notes de bas de page.

 

Par activité

Chiffre d’affaires

EBIT (reporté)

(en millions d’euros)

T1
2018

T1
2017(1)

Variation

T1
2018

T1
2017(1)

Variation

Airbus

7 222

8 166

-12 %

 -2

-48

-

Airbus Helicopters

961

1 176

-18 %

-10

-6

-

Airbus Defence and Space

2 217

2 340

-5 %

265

657

-60 %

Transversal et Éliminations

-281

-240

-

-54

-28

-

Total

10 119

11 442

-12 %

199

575

-65 %

             

 

Par activité

EBIT ajusté

(en millions d’euros)

T1
2018

T1

2017(1)

Variation

Airbus

-41

-103

-

Airbus Helicopters

-3

-6

-

Airbus Defence and Space

112

118

-5%

Transversal et Éliminations

-54

-28

-

Total

14

-19

 -

 

             

Par activité

Prises de commandes (nettes)

Carnet de commandes

 

 

T1
2018

T1
2017

Variation

31 mars
2018

31 mars
2017

Variation

 

Airbus, en unités

45

6

+650 %

7 189

6 744

+7 %

 

Airbus Helicopters, en unités

104

60

+73 %

744

748

-1 %

 

Airbus Helicopters, en millions d’euros

1 288

1 417

-9 %

13 176

12 921(1)

+2 %

 

Airbus Defence and Space, en millions d’euros

1 581

1 521

+4 %

37 303

39 159(1)

-5 %

 

                     

Merci de vous reporter en page 10 pour les notes de bas de page.

 

Réconciliation EBIT (reporté) / EBIT ajusté

Le tableau ci-dessous réconcilie l’EBIT (reporté) et l’EBIT ajusté.

 

Airbus Consolidé

T1 2018

EBIT (reporté), en millions d’euros

    199

Dont :

 

Plus-value nette d’Airbus DS Communications Inc., en millions d’euros

     159

Écart de paiement avant livraison en dollars et réévaluation bilancielle, en millions d’euros

     46

Autres coûts, dont les coûts de compliance et fusions et acquisitions, en millions d’euros

     -20

EBIT ajusté, en millions d’euros

     14

 

 

Glossaire

 

KPI

DÉFINITION

EBIT

L’Entreprise continue d’employer le terme EBIT (Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d’acquisition et éléments exceptionnels). Il est identique au Bénéfice avant charges financières et impôts, tel que défini par les Normes IFRS.

Ajustements

Ajustements - une mesure alternative de la performance - est un terme employé par l’Entreprise qui inclut les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

EBIT ajusté

EBIT ajusté - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé reflétant la marge opérationnelle sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

BPA ajusté

Le BPA ajusté est une mesure alternative de la performance du bénéfice de base par action tel que reporté, où le résultat net, en tant que numérateur, inclut des Ajustements. Pour le rapprochement, voir la page 19 de la présentation des Analystes.

Trésorerie brute

L’entreprise définit sa trésorerie brute consolidée comme la somme de (i) sa trésorerie et équivalents de trésorerie et (ii) de ses titres (le tout comptabilisé dans le bilan consolidé de la position financière).

Trésorerie nette

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (trésorerie nette), voir le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.3.

Flux de trésorerie disponible

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (flux de trésorerie disponible), voir le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.3. Il s’agit d’un indicateur clé permettant à l’Entreprise de mesurer le montant du flux de trésorerie généré par les opérations, déduction faite des liquidités engagées dans les activités d’investissement.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions

Le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions désigne le flux de trésorerie disponible tel que défini dans le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.3, ajusté des produits nets issus des cessions et acquisitions d’activités. Cette mesure alternative de la performance est un important indicateur pour mesurer le flux de trésorerie disponible en excluant les flux issus des cessions et acquisitions d’activités.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients

Le Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients s’entend comme le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions, ajusté des flux de trésorerie liés aux activités de financement d’achat d’avions. Il est une mesure alternative de la performance et un indicateur pouvant parfois être employé par l’Entreprise dans ses prévisions financières, notamment en cas de forte incertitude concernant les activités de financements-clients, par exemple lorsque les Agences de crédit à l’export suspendent leur soutien.

 

Notes de bas de page :

1)      Dans les cas applicables, les chiffres de 2017 ont été recalculés pour refléter l’adoption de la norme comptable IFRS 15 et la nouvelle information sectorielle au 1er janvier 2018. Cette nouvelle information sectorielle résulte de la fusion des Sièges dans Airbus. Selon les cas applicables, ‘Airbus’ désigne la division Commercial Aircraft et les fonctions intégrées, alors que ‘Airbus Consolidé’ ou « l’Entreprise » se réfère à Airbus SE.

2)      Airbus SE continue d’employer le terme « résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.

 

Mentions de préservation :

Le présent communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles. Les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions. Ces déclarations prévisionnelles peuvent porter, par exemple, sur la stratégie, les programmes de montée en cadence de production et de livraison, l’introduction de nouveaux produits et services, et les attentes des marchés, ainsi que sur les performances et perspectives futures.

Par leur nature, les déclarations prévisionnelles peuvent comporter des risques et des incertitudes en raison du fait qu’elles couvrent des événements et circonstances futurs qui, en fonction de nombreux facteurs, sont susceptibles d’induire des résultats et développements effectifs sensiblement différents de ceux exprimés ou induits par ces déclarations.

Ces facteurs incluent, sans toutefois s’y limiter :

  • Des changements de conditions économiques, politiques ou commerciales générales, y compris le caractère cyclique de certaines activités d’Airbus ;
  • D’importantes perturbations du transport aérien (notamment sous l’effet d’attaques terroristes) ;
  • Des fluctuations des taux de change monétaires, en particulier entre l’euro et le dollar américain ;
  • L’exécution fructueuse des programmes de performance internes, y compris les initiatives de productivité et de réduction des coûts ;
  • Les risques de performances des produits, ainsi que les risques liés au développement et à la gestion des programmes ;
  • Les négociations opératoires et contractuelles avec les clients, fournisseurs et sous-traitants, notamment sur les questions financières ;
  • La concurrence et la consolidation de l’industrie aérospatiale et de défense ;
  • D’importants conflits du travail ;
  • L’issue des processus politiques et juridiques, dont la disponibilité du financement gouvernemental de certains programmes et la taille des budgets d’achat en défense et spatial ;
  • Les coûts de recherche et développement relatifs aux nouveaux produits ;
  • Les risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ;
  • Les instructions et procédures juridiques, et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.

En conséquence, les résultats effectifs d’Airbus SE peuvent varier sensiblement par rapport aux prévisions, cibles et attentes énoncées dans ces déclarations prévisionnelles.

Pour une discussion des facteurs susceptibles de faire varier sensiblement les résultats futurs par rapport à ces déclarations prévisionnelles, veuillez consulter le « Document d’Enregistrement » d’Airbus SE daté du 28 mars 2018, notamment la section relative aux Facteurs de risque.

Toute déclaration prévisionnelle contenue dans le présent communiqué de presse est valable à sa date de publication. Airbus SE n’est nullement tenu de réviser ou d’actualiser publiquement l’une quelconque de ces déclarations prévisionnelles à la lumière de nouvelles informations, circonstances et autres événements futurs.

Arrondis

Compte tenu des règles d’arrondi, les chiffres présentés peuvent ne pas équivaloir précisément aux totaux fournis, et les pourcentages peuvent ne pas refléter précisément les valeurs absolues.

IFRS 15

L’entreprise a adopté la norme comptable IFRS 15 au 1er janvier 2018. Les chiffres de 2017 s’entendent pro forma, amendés selon la norme IFRS 15 et la nouvelle information sectorielle.

Your Contact

Rod Stone

Corporate Media Relations Finance

Guilhem Boltz

Media Relations Space Systems, France

Airbus drives OPTIMA photonics payload technology to next level

en fr de es

Airbus acquires Seattle-area’s MTM Robotics

en

Air Canada’s first A220-300 takes to the skies

en fr
Back to top