In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

07 February 2018
07. February 2018 Space

Airbus et le vol spatial habité: de Spacelab à Orion

Astronaut works on Columbus
Astronaut works on Columbus    

Colombus et l’ATV: un laboratoire spatial, cinq vaisseaux spatiaux et dix ans de succès, célébrés par Airbus en tant que maitre d’œuvre pour l’ESA

Nordwijk/Pays-Bas, 7 février 2018 - Il y a trente-quatre ans, Spacelab est placé en orbite, ouvrant la voie au programme de vols spatiaux habités européens. C’est le point de départ d'un héritage de technologies d'avant-garde, comprenant les ATV, Columbus et le module de service européen Orion.

Le lancement de Spacelab le 28 novembre 1983 est la première des 22 missions de Spacelab impliquant des expériences scientifiques de pointe dans des domaines tels que les nouveaux matériaux, le traitement de produits pharmaceutiques et l'observation astronomique. Un consortium industriel mené par MBB-Erno, l'un des prédécesseurs d'Airbus, a construit ce premier laboratoire spatial européen.

Le début d'une grande amitié

« Au-delà de ce lancement, efforçons-nous de continuer à travailler ensemble dans le même esprit de coopération et de soutien mutuel qui nous a réunis aujourd'hui. »

Ces paroles, prononcées par James M. Beggs, administrateur de la NASA, lors de la cérémonie de bienvenue aux États-Unis suite à l'arrivée de Spacelab d'Europe en 1982, se sont révélées plus tard prophétiques.

Bien que Spacelab ait été retiré du service en 1998, il a servi de modèle à Columbus, le laboratoire construit par Airbus Defence and Space et qui constitue aujourd'hui la pièce maîtresse de la contribution de l'Europe à la Station Spatiale Internationale (ISS).

Colombus - un lieu pour la recherche de pointe

Columbus est depuis dix ans le premier centre de recherche européen permanent dans l'espace. Depuis que Columbus a été amarré à la station en 2008, il a été utilisé pour réaliser des centaines d'expériences. Un des défis majeurs fut par exemple la modification de la position de la station spatiale en 2012 pour enregistrer une rotation complète du soleil avec les instruments SOLAR. C'était la première fois que l'ISS était repositionnée pour accomplir une expérience scientifique.

L’ATV -  un Cargo spatial sophistiqué

Les cinq véhicules de transfert automatisés (ATV) utilisés pour transporter plus de 31,5 tonnes de fournitures à l'ISS jusqu'en 2015 furent également un grand succès d’Airbus.

Les ATV ont démontré la capacité d’amarrage automatique à l'ISS, ce qui représente une technologie vitale pour de futurs projets d'exploration spatiale. Airbus a réussi en Europe, sans soutien majeur de la NASA ou de la Russie. Grâce aux ATV, le groupe est devenu un partenaire à part entière de la NASA pour les grands programmes spatiaux.

L'homme dans l'espace

« Spacelab, Columbus et les ATV nous ont apporté la capacité de développer un système extrêmement fiable et de haute qualité qui sera crucial pour le succès des missions d'exploration de la NASA : le module de service européen du véhicule spatial habité polyvalent Orion », explique Nicolas Chamussy, Directeur général de Space Systems au sein d’Airbus.

Le vaisseau Orion de la NASA est conçu pour emmener l'homme sur la Lune et au-delà, dans l’optique d'atteindre un astéroïde et éventuellement Mars dans les années 2030. Airbus est le maître d'œuvre du module de service européen (ESM). Situé sous le module de l'équipage, il fournira l'énergie, la propulsion, le contrôle thermique, l'eau et l'air pour les futures missions spatiales habitées extra-orbitales.

Au-delà de l'épaule d'Orion

L'ESM est de forme cylindrique avec un diamètre et une hauteur d'environ quatre mètres. Il se caractérise par son panneau solaire à quatre ailes (19 mètres d'envergure lorsqu'il est déployé) typique des ATV. Les panneaux solaires fonctionnent sur des missions de longue durée, ce qui signifie qu'il n'est pas nécessaire de se préoccuper de recharger les systèmes de piles à combustible au cours des voyages spatiaux.

Les 8,6 tonnes de propergol de l'ESM alimenteront un moteur principal et 32 plus petits propulseurs utilisés pour effectuer des manœuvres orbitales et contrôler l'altitude. Cette fois encore, l'ESA s'appuiera sur l'expérience acquise avec les ATV, qui ont utilisé avec succès leurs propulseurs pour permettre à l'ISS d'esquiver des débris spatiaux.

« Les exigences pour une mission vers la Lune sont totalement différentes de celles pour un voyage vers l'ISS en orbite terrestre basse. Nous avons donc dû modifier la conception de l'ATV en intégrant, par exemple, un gros moteur principal fournissant assez de puissance pour aller et revenir de la Lune. Pour commencer, nous utiliserons le moteur de manœuvre orbitale remis à neuf du programme de la navette », détaille Nicolas Chamussy.

Vers la Lune et au-delà

En 2019/2020, la capsule Orion effectuera une mission non habitée connue sous le nom d'Exploration Mission-1, dans le but de parcourir 64 000 kilomètres au-delà de la Lune pour démontrer les performances du vaisseau spatial. La première mission spatiale habitée, Exploration Mission-2, devrait lancer quatre astronautes à bord d'Orion en 2022/2023.

Le moment venu, il représentera l'aboutissement des efforts conjoints proclamés par l'administrateur de la NASA, James M. Beggs, quatre décennies plus tôt.

***

A propos d’Airbus

Airbus est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace et des services associés. En 2016, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 67 milliards d’euros avec un effectif d’environ 134 000 personnes. Airbus propose la famille d’avions de ligne de 100 à plus de 600 sièges et de jets d’affaires  la plus complète qui soit. Airbus est également le leader européen dans le domaine des avions de mission, de ravitaillement en vol, de combat, et de transport. Par ailleurs, l’entreprise est également un leader de l’industrie spatiale. Enfin, dans le domaine des hélicoptères, Airbus propose les solutions civiles et militaires les plus performantes au monde.

Your Contact

Guilhem Boltz

Media Relations Space Systems, France

Gulf Air becomes the first national carrier to fly the A320neo in the region

en

First ACJ320neo is assembled

en

Airbus-built Aeolus satellite ready to take on the wind

en fr de es
Back to top