In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

10 March 2008
Company

Résultats 2007 d’EADS – Le Groupe enregistre des performances commerciales soutenues mais doit faire face à des défis majeurs

Amsterdam

  • Doublement des prises de commandes : 136,8 milliards d’euros
  • EBIT* 2007 : 52 millions d’euros
  • Forte génération de trésorerie disponible avant financement client : 3,4 milliards d’euros, grâce à la solide performance opérationnelle – 7 milliards d’euros de trésorerie nette.
  • Stabilité du chiffre d’affaires, en dépit d’une évolution défavorable du dollar américain
  • Redressement attendu en 2008, avec une perspective d’EBIT* d’ 1,8 milliard d’euros


Relations Investisseurs : Présentations des Résultats 2007Relations Investisseurs : Comptes annuels 2007 Selection d'images sur EADS

EADS (symbole boursier : EAD) a enregistré une solide activité en 2007 malgré les importants défis auxquels il doit faire face. Les prises de commandes sont à un niveau record, et doublent par rapport à 2006. L’EBIT* est à l’équilibre, conformément aux dernières perspectives de résultat annoncées. En 2008, le Groupe vise un EBIT de 1,8 milliard d’euros.

« 2007 a été une année difficile, marquée par de nombreux défis. EADS a démontré sa solidité et de sa volonté de résoudre ses difficultés. Nous avons réalisé d’importants progrès, même s’il nous reste encore beaucoup à faire pour reconquérir l’entière confiance de nos investisseurs et de nos clients. Nous nous sommes dotés d’une gouvernance simplifiée et nous avons continué à investir de manière très importante dans la Recherche & Technologie. Notre priorité reste l’efficacité opérationnelle et la mise en œuvre des changements prévus par le plan Power8. Ces impératifs sont la condition de la poursuite des investissements dans l’avenir d’EADS, » a déclaré Louis Gallois, Président exécutif d’EADS. «C’est un EADS remis en ordre de marche qui a adopté des mesures résolues pour atteindre ses objectifs ambitieux de Vision 2020. Nous avons déjà surmonté plusieurs obstacles et notre trésorerie nous offre une certaine marge de manœuvre, dans un contexte économique mondial dégradé. Tout en faisant preuve de notre prudence habituelle, j’ai le sentiment qu’EADS a établi de bonnes bases pour le futur.

Airbus a maîtrisé une nouvelle montée en cadence pour ses livraisons d’avions, notamment pour la famille A320, tout en enregistrant les premiers résultats du programme Power 8. Deux A380 sont déjà en service chez Singapore Airlines. Eurocopter continue à augmenter sa production d’hélicoptères de série et développe ses activités de service. EADS Astrium a augmenté les cadences de production d’Ariane 5. Cette division bénéficie de la croissance des services Paradigm et a enregistré un succès technologique avec l’arrimage du laboratoire spatial Columbus à la station spatiale internationale. Les progrès opérationnels de la Division Défense & Sécurité proviennent autant des Systèmes Aériens Militaires que des Systèmes de Communications.

Le chiffre d’affaires s’est établi à 39,1 milliards d’euros (2006 : 39,4 milliards d’euros), porté par la hausse des livraisons d’Airbus (453 avions contre 434 l’année dernière), et l’augmentation des volumes chez Eurocopter et EADS Astrium. Le chiffre d’affaires du Groupe est resté globalement stable par rapport à l'exercice précédent, malgré la baisse du dollar américain et le recul du chiffre d’affaires lié au programme A400M. EADS réalise 55 % de son chiffre d’affaires hors d’Europe : Amérique du Nord (20 %), Asie-Pacifique (23 %) et reste du monde (12 %).

L’EBIT* 2007 d’EADS (avant écarts d’acquisition et éléments exceptionnels) recule à 52 millions d’euros contre 399 millions d’euros en 2006, fortement pénalisé par une charge liée à l’A400M (en raison du retard de 6 à 12 mois du programme) et celles liées au plan de redressement Power8 et celles de l’A350 XWB. L’EBIT* a souffert de l’impact de la dépréciation du dollar. L’arrivée à échéance de couvertures de change moins favorables qu’en 2006 a été plus que compensée par l’ajustement de passif aux taux de clôture. Cependant, l’impact du dollar sur les provisions a pesé sur l’EBIT* du Groupe. En revanche, la contribution des programmes historiques d’EADS a continué à s’améliorer. La montée en puissance des livraisons d’Airbus et la vigueur des activités hélicoptères, défense et espace ont notamment contribué à la performance.

EADS a enregistré une perte nette de 446 millions d’euros (résultat net 2006 : 99 millions d’euros), soit une perte par action de 0,56 € (contre un bénéfice par action de 0,12 € en 2006). Les frais de Recherche & Développement auto-financés ont augmenté en 2007 pour atteindre 2 608 millions d’euros (2006 : 2 458 millions d’euros) et réflètent l’effort de développement d’Airbus, notamment pour l’A350 XWB.

Le flux de trésorerie disponible avant financement client a progressé à 3 426 millions d’euros (2006 : 869 millions d’euros). Cette performance s’explique par l’amélioration du flux de trésorerie des opérations et par une baisse des investissements industriels après adoption de critères d’investissement plus rigoureux. L’amélioration du flux de trésorerie des opérations reflète dans une large mesure une augmentation du flux d’avances client (dont le refinancement de Paradigm à hauteur de 1,1 milliard d’euros), obéré partiellement par l’augmentation des stocks.

Les flux de trésorerie disponible après financement client se sont améliorés pour atteindre 3 487 millions d’euros (2006 : 2 029 millions d’euros), grâce aux impacts positifs décrits ci-dessus et malgré une baisse de la contribution nette provenant de la rétrocession d’actifs de financement client. En 2007, la trésorerie nette a augmenté pour s’établir à 7 milliards d’euros (fin 2006 : 4,2 milliards d’euros).

Le Groupe souligne sa performance commerciale, sa solidité financière et la performance opérationnelle encourageante, pour le versement d’un dividende. Le Conseil d’administration propose donc à l’Assemblée générale annuelle des actionnaires le paiement d’un dividende de 0,12 € par action (dividende par action 2006 : 0,12 €).

« Le versement d’un dividende malgré l’enregistrement d’une perte nette est plus qu’un geste de reconnaissance envers la fidélité de nos actionnaires. C’est clairement l’expression de la confiance en nos perspectives à venir en dépit des défis que nous devons surmonter » a commenté Hans Peter Ring, Directeur financier d’EADS.

Malgré le fléchissement du dollar américain, EADS a doublé ses prises de commandes en 2007 qui ont atteint le chiffre record de 136,8 milliards d’euros (2006 : 69,0 milliards d’euros). Cette performance s’explique par le succès spectaculaire d’Airbus (+ 120 %) et la remarquable croissance des prises de commandes de la Division Défense & Sécurité (+ 45 %) et d’Eurocopter (+ 35 %). Dans un contexte économique porteur, le Groupe a bénéficié de la vigueur de la demande et de la compétitivité de ses produits.

A fin 2007, le carnet de commandes d’EADS atteint un record historique, à 339,5 milliards d’euros (fin 2006 : 262,8 milliards d’euros), en hausse de 29 % malgré un ajustement de – 19,9 milliards d’euros dû à la dépréciation du dollar. (Les commandes d’avions commerciaux sont présentées sur la base des prix catalogue). Le Groupe a par ailleurs étoffé son carnet de commandes dans la défense avec la signature de nouveaux contrats par Eurocopter, EADS Astrium et la Division Défense & Sécurité ; il représente 54,5 milliards d’euros à fin 2007 (fin 2006 : 52,9 milliards d’euros). EADS employait 116 493 salariés à fin décembre (fin 2006 : 116 805).

« Les améliorations constatées dans les différentes divisions, ainsi que notre récente percée sur le marché de la défense américain annoncent un démarrage prometteur pour 2008. EADS prend de la vitesse et de l’altitude. A court terme, nous donnons la priorité à une nouvelle amélioration de la gestion de nos programmes et à la maîtrise de l’augmentation de la production, » déclare Louis Gallois, Président exécutif d’EADS. « Outre les aspects opérationnels et les efforts commerciaux visant à équilibrer le portefeuille du Groupe, nous mettons l’environnement au cœur de notre stratégie à long terme. Relever le défi de l’environnement n’est pas seulement une question de responsabilité, c’est aussi un impératif commercial. »

Plusieurs sites d’EADS – dont toutes les usines d’Airbus – ont été certifiés selon la norme ISO 14001 de gestion de l’environnement. Airbus a récemment effectué le premier vol d’essai d’un appareil fonctionnant avec un carburant de substitution. Airbus et Eurocopter sont également tous deux partenaires du programme européen de recherche Clean Sky, destiné à promouvoir le développement durable du transport aérien grâce à des produits ayant un moindre impact sur l’environnement.

Perspectives

Les perspectives du Groupe se fondent sur un taux de change de 1 € = 1,45 USD.

Dans l’hypothèse d’une poursuite de la croissance économique et compte tenu d’un solide carnet de commandes, le Groupe estime malgré la volatilité des marchés que l’activité du secteur de l’aviation commerciale va rester soutenue et attend un pic de livraison pour Airbus à l’horizon 2011/2012.

EADS prévoit des commandes d’Airbus aux environs de 700 appareils.

Le chiffre d’affaires d’EADS devrait être supérieur à 40 milliards d’euros en 2008, avec environ 470 livraisons d’appareils prévues sur l’ensemble de l’année.

L’EBIT* devrait atteindre 1,8 milliard d’euros, reflétant la plus grande confiance du Groupe dans sa capacité d’amélioration de sa rentabilité, tout en tenant compte des perspectives économiques et du défi de la gestion de ses coûts. Ce chiffre prend en compte des montants visant à couvrir des risques estimés. Il ne prend cependant pas en compte l’impact d’éventuelles fluctuations de change à court terme sur la réévaluation des provisions actuelles, ni les conséquences de la cession éventuelle de certains sites industriels.

Tout risque n’étant pas exclu, le Groupe ne prévoit à ce jour pas de nouvelle dégradation significative de ses programmes phares de développement.

EADS table, pour l’heure, sur un flux de trésorerie avant impact du financement client positif pour 2008 de 0,5 milliard d’euros (il s’agit du poste le plus difficile à estimer).

Divisions : Solidité des activités sous-jacentes et grands succès commerciaux

Le chiffre d’affaires de la Division Airbus est resté stable à 25 216 millions d’euros (2006 : 25 190 millions d’euros), soutenu par un effet de volume lié principalement à l’augmentation de la production d’avions monocouloir. L’impact négatif du cours du dollar américain et la baisse du chiffre d’affaire comptabilisé au titre du programme A400M (-323 millions d’euros au titre de la part de travail interne d’Airbus) a toutefois pesé sur la croissance, à hauteur de -1,080 million d’euros. Airbus a livré 453 avions en 2007 (2006 : 434 appareils). L’EBIT* s’inscrit en baisse à - 881 millions d’euros (2006 : -572 millions d’euros), en raison de l’impact important des provisions liées à la révision du calendrier de livraison de l’A400M, au plan de redressement Power8, et des charges liées à l’A350 XWB. La dégradation du prix des appareils livrés par rapport à l’année dernière a été largement compensée par une solide amélioration de la performance opérationnelle et les économies initiales dégagées par Power8.

Les premiers résultats obtenus dans le cadre du programme de redressement Power8 attestent de la détermination d’EADS à relever les défis de la compétitivité afin d’assurer sa rentabilité à long terme. La mise en place du programme est en bonne voie à tous les niveaux ; d’importantes étapes ont été franchies avec, notamment, une nouvelle organisation intégrée transnationale et les accords conclus avec les partenaires sociaux sur les réductions des coûts. Des négociations avec des repreneurs sélectionnés (Latécoère en France, GKN au Royaume-Uni et MT Aerospace en Allemagne) sont en cours en vue de la cession éventuelle de certains sites du Groupe. Aucun accord contractuel engageant n’a encore été conclu à ce jour.

Depuis sa mise en service au mois d’octobre 2007, l’A380 s’est révélé exceptionnellement fiable en exploitation par Singapore Airlines. 2007 aura été une année remarquable pour Airbus et pour l’aviation commerciale dans son ensemble. La demande sur le marché mondial, tirée notamment par la forte croissance des compagnies aériennes en Asie et au Moyen-Orient, a atteint un niveau record se traduisant par des commandes historiques chez Airbus, qui a enregistré 1 341 commandes nettes (1458 commandes brutes). La famille A320 reste le plus grand succès commercial d’Airbus (913 appareils). 405 long-courrier ont été vendus ; l’A330 notamment reste un succès inégalé dans sa catégorie. L’A350 XWB a reçu 290 commandes fermes en 2007 de douze clients. Son carnet de commandes s’élève à fin 2007 à 292 avions. L’A380 a reçu une nouvelle marque de confiance de ses clients qui ont passé 33 nouvelles commandes (en données brutes). A fin décembre, le carnet de commandes de l’A380 comptabilisait 188 commandes fermes. Outre le dynamisme commercial de l’A380 et de l’A350 XWB, l’avion cargo A330-200, nouvellement lancé, a fait l’objet d’un premier accueil encourageant sur le marché, avec 66 commandes enregistrées en 2007. Le carnet de commandes d’Airbus s’élève à 283,8 milliards d’euros à fin décembre 2007 (210,1 milliards d’euros à fin 2006) sur la base des prix catalogue. Le carnet de commandes a encore augmenté en termes d’unités, pour atteindre un total de 3 421 avions (fin 2006 : 2 533 appareils).

Le chiffre d’affaires de la division Avions de Transport Militaire a reculé à 1140 millions d’euros (2006 : 2 200 millions d’euros). Ce repli est principalement imputable au report sur 2008 de l’étape »PowerOn » du programme A400M. Le chiffre d’affaires de 2006 incluait le franchissement d’une étape initialement prévue en 2005. L’EBIT* de la Division a reculé pour afficher une perte de - 155 millions d’euros (contre 75 millions d’euros en 2006), principalement en raison des ajustements de marge du programme A400M. Le résultat opérationnel de la Division a par ailleurs été pénalisé par des dépréciations des stocks à faible rotation destinés aux avions de mission.

La sélection récente par l’armée de l’air américaine du KC-45A, dérivé de l’A330 MRTT, comme nouveau ravitailleur, a permis à EADS de réaliser une percée majeure à la fois sur le marché mondial des avions ravitailleurs et sur le marché américain de la défense. Ce succès est un gage pour la croissance future. EADS fournira 179 ravitailleurs en vol aux forces armées américaines, sur une période de plusieurs années. Les capacités remarquables de cet appareil ne sont plus à démontrer : les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite ont déjà choisi en 2007 l’A330 MRTT comme nouvel avion ravitailleur en vol. Ces succès, qui s’ajoutent à la commande passée par l’Australie et au choix effectué par le Royaume-Uni, confirment la position de l’A330 MRTT comme l’avion ravitailleur le plus avancé et le plus performant du marché. Les essais en vol de l’avion se poursuivent. Tous les tests aérodynamiques ont été réalisés avec succès. Le nouveau système de perche de ravitaillement en vol a opéré son premier ravitaillement en vol d’un avion de combat.

La première cellule d’A400M est sortie des chaînes de montage ; les sous-ensembles sont arrivés sur les chaînes d’assemblage final. Un moteur a été monté sur un banc d’essai de C-130 en vue des prochains essais en vol. Dans la gamme des avions transports moyens - légers, les forces armées de Pologne et Colombie ont commandé 11 nouveaux C-295. En Espagne, le ministère de l’Intérieur a acheté 2 CN-235 pour des missions de surveillance des frontières et les garde-côtes américains ont commandé 5 nouveaux CN-235 pour le programme Deepwater. Le Brésil a passé une nouvelle commande pour la modernisation d’un P-3. Le carnet de commandes de la Division Avions de Transport Militaire s’élève à 19,9 milliards d’euros à fin 2007 (fin 2006 : 20,3 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a de nouveau progressé pour atteindre 4172 millions d’euros en 2007 (2006 : 3 803 millions d’euros), reflétant ainsi la poursuite de la montée en cadence des livraisons d’hélicoptères de série et la croissance des activités de service client. 488 hélicoptères ont été livrés en 2007, soit 28 % de plus que l’an dernier. L’EBIT* de la Division s’est élevé à 211 millions d’euros (2006 : 257 millions d’euros), pénalisé par une correction de marge et des provisions dans le programme NH90. Eurocopter a toutefois nettement amélioré sa rentabilité, grâce à une augmentation de ses volumes et un mix produits favorable. La montée en puissance des livraisons de NH90 se poursuit et de nouvelles chaînes d’assemblage sont entrées en service. En 2007, 8 NH90 ont été livrés, dont les deux premiers NH90 destinés aux forces armées australiennes. Eurocopter a déjà livré 18 UH-72A à l’armée américaine dans le cadre du programme d’hélicoptères légers « Light Utility Helicopter », en avance sur le calendrier prévu et dans le respect des spécifications.

La Division a encore renforcé sa présence industrielle à l’international et a augmenté la part de son activité à l’export. Ces succès reflètent la priorité accordée aux marchés émergents ou en forte croissance, et l’effort constant et déterminé d'optimisation du réseau de service à travers le monde. Le dynamisme du marché a de nouveau permis d’enregistrer des commandes record, en progression de 35 % en valeur par rapport à 2006. Eurocopter a reçu de nouvelles commandes pour 802 hélicoptères (2006 : 615 unités), ce qui porte le carnet à 1 388 appareils (fin 2006 : 1 074), soit 13,5 milliards d’euros en valeur (fin 2006 : 11,0 milliards d’euros).

EADS Astrium a continué de développer son chiffre d’affaires, qui atteint 3 550 millions d’euros (2006 : 3 212 millions d’euros). Cette progression a été principalement alimentée par la montée en puissance des services Paradigm, par l’accélération des cadences de production d’Ariane 5 et par l’augmentation des ventes de missiles balistiques. L’EBIT* s’inscrit en hausse de 34 %, à 174 millions d’euros (2006 : 130 millions d’euros), grâce à une hausse de la contribution des activités de transport spatial et de services.

EADS Astrium a augmenté la cadence de production du lanceur de satellites Ariane 5 en 2007, avec désormais six lancements par an. Astrium a également reçu une commande préliminaire pour 35 Ariane 5, qui confirme la fiabilité de ce lanceur. Les livraisons doivent intervenir à compter de 2010. Des étapes importantes ont d’ores et déjà été franchies en 2008 dans le cadre de deux grands programmes européens concernant la Station Spatiale Internationale : le laboratoire spatial Columbus a été mis en service et le cargo spatial ATV (véhicule de ravitaillement automatique) a été lancé avec succès. La Division a remporté 8 commandes de satellites de télécommunications en 2007, portant son carnet de commandes à 18 unités. Dans le cadre de la mission européenne Mercury, EADS Astrium se prépare à lancer la fabrication de la sonde BepiColombo dont le contrat a été récemment signé avec l’Agence spatiale européenne (ESA). Le carnet de commandes de la Division s’établit à 12,9 milliards d’euros à fin 2007 (fin 2006 : 12,3 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires de la division Défense & Sécurité s’est élevé à 5 465 millions d’euros contre 5 864 millions d’euros en 2006. A périmètre comparable après prise en compte du changement de consolidation de MBDA (37,5 % en 2007, contre 50 % en 2006), le chiffre d’affaires est demeuré stable (chiffre d’affaires 2006 : 5446 millions d’euros). La progression du chiffre d’affaires d’Eurofighter et des activités de sécurité a été obéré par le recul du chiffre d’affaires enregistré par l’activité missiles. A périmètre comparable, l’EBIT* de la Division, à 340 millions d’euros est supérieur à celui de l’année dernière (2006 : 348 millions d’euros ; EBIT* 2006 à base comparable : 318 millions d’euros), après ajustements des effets non récurrents, grâce à l’amélioration des performances opérationnelles et à la diminution des coûts de structure.

Les prises de commandes de la Division ont bénéficié en 2007 des activités de défense et de sécurité, notamment la part d’EADS dans le contrat Eurofighter Typhon avec l’Arabie Saoudite, du contrat d’amélioration pour l’Eurofighter, EuroHawk, et les activités d’avionique et de sécurité. La Division a remporté de nouveaux contrats dans les réseaux sécurisés, ainsi que des succès commerciaux dans le domaine de la sécurité, tels que FiReControl au Royaume-Uni et le système National Security Shield (bouclier de sécurité nationale) pour le Qatar. Par ailleurs, la Division Défense & Sécurité d’EADS a franchi une nouvelle étape dans le domaine des drones (UAV), grâce à sa sélection par les gouvernements français, allemand et espagnol pour une étude conjointe sur la réduction des risques. Le carnet de commandes de la Division a progressé de 2 milliards d’euros à 17,9 milliards d’euros à fin décembre à périmètre comparable, en tenant compte de la différence de consolidation de MBDA (fin 2006 : 17,6 milliards d’euros : fin 2006 à périmètre comparable : 15,9 milliards d’euros).

Sièges et Autres Activités (n’étant rattachées à aucune Division)

Le chiffre d’affaires des Autres Activités (ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma) s’établit à 1 269 millions d’euros en 2007 (2006 : 1 257 millions d’euros). Ce résultat reflète la solidité du chiffre d’affaires réalisé par ATR, EADS EFW et EADS Socata, qui a plus que compensé la cession des activités de maintenance d’EADS Sogerma au Groupe TAT en 2006. Le redressement d’EADS Sogerma a tiré l’EBIT* « Autres Activités » qui a atteint 94 millions d’euros en 2007 (-288 millions d’euros en 2006). Toutes les entités « Autres Activités » ont enregistré un EBIT* positif.

L’EBIT* Consolidation/Siège inclut des ajustements au niveau du Groupe au titre de la situation de l’A400M (2007 : -169 millions d’euros ; 2006 : 286 millions d’euros).

Le constructeur d’avions de transport régional ATR a continué de bénéficier de la reprise du marché des avions à turbo propulseur. Le nombre des livraisons a doublé par rapport à l’année dernière (44 contre 22) et une nouvelle montée en cadence est envisagée. En 2007, ATR a vendu 123 avions, portant le total du carnet de commandes à 195 appareils en fin d’année. EADS EFW a livré 18 avions convertis en appareils de fret et augmenté sa production d’aérostructures pour répondre aux besoins d’Airbus. L’installation de centres de conversion d’A320 en avions cargo en Russie et en Allemagne est bien engagée. EADS Socata a livré 47 avions et a enregistré 71 nouvelles commandes pour le TBM 850, son monoréacteur à turbo propulsion très rapide, soit une augmentation de 25 % par rapport aux prises de commandes de l’année dernière. Le carnet de commandes du TBM 850 s'élève à 65 appareils. Le carnet de commandes des Autres Activités s’élève à 2,4 milliards d’euros au 31 décembre 2007 (fin 2006 :2,3 milliards d’euros).

EADS est un leader mondial de l’aérospatiale, de la défense et des services associés. En 2007, EADS a généré un chiffre d’affaires de 39,1 milliards d’euros et employait environ 116 000 personnes. Le Groupe comprend l’avionneur Airbus, Eurocopter, premier constructeur d’hélicoptères au monde, et le leader européen des programmes spatiaux d’Ariane à Galileo, EADS Astrium. EADS est également le principal partenaire du consortium Eurofighter et l’architecte de l'avion de transport militaire A400M. Enfin, le Groupe détient une partie du capital de la joint venture MBDA, leader mondial des systèmes de missiles.

EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne des postes tels que les charges d’amortissement des réévaluations d’actifs liées à la fusion d’EADS, au regroupement d’Airbus et à la constitution de MBDA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles de ces écarts d’acquisition.

Communication EADS :

Pierre Bayle Tel.: +33 1 42 24 20 63
Markus Wölfle Tel.: +49 89 60734287
José María Palomino Tel.: +34 91 585 77 89

EADS – Résultats de l’exercice 2007

(euros)

(euros)

EADS – Résultats du quatrième trimestre 2007 (T4 2007)

(euros)

L’EBIT* du T4 2007 a été pénalisé par de nouvelles charges au titre de l’A350 et par une dégradation des prix des appareils livrés par Airbus Par ailleurs, après comparaison avec le T4 2006, on constate une diminution des charges enregistrées au titre de l’A380 et d’EADS Sogerma. En outre, l’EBIT* a souffert de taux de change moins favorables (1 € = 1,20 USD au T4 2007 contre 1 € = 1,13 USD au T4 2006). L’écart chez Eurocopter est imputable à la hausse des frais de R&D et des coûts de structure, ainsi que d’une réduction de marge suite à l’ajustement des coûts à terminaison du programme NH90.

  1. MBDA a été consolidé à hauteur de 37,5 % en 2007, contre 50 % en 2006. Les chiffres de 2006 n’ont pas été retraités. Pour parvenir à une base comparable, il convient d’intégrer les impacts suivants liés au changement de périmètre de consolidation sur les données de 2006 : -418 millions d’euros sur le chiffre d’affaires 2006, -30 millions d’euros sur l’EBIT* 2006, - 249 millions d’euros sur la trésorerie nette de 2006, -329 millions d’euros sur les prises de commandes de 2006, -1 691 millions d’euros sur le carnet de commandes de 2006, -168 millions d’euros sur le chiffre d’affaires du T4 2006, -19 millions d’euros sur l’EBIT* du T4 2006.
  2. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  3. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  4. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS.
  5. Résolution soumise à l’assemblée générale des actionnaires.
  6. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent prix catalogue.
  7. L’EBIT* du Siège/Éliminations inclut la plus-value de cession réalisée lors de la vente de la participation d’EADS dans Embraer, la vente des immeubles situés à Vélizy, des sites de Neuaubing et Nabern ainsi que la contribution de Dassault. Il comprend par ailleurs les ajustements au niveau Groupe au titre de la situation de l’A400M (-169 millions d’euros en 2007 ; 286 millions d’euros en 2006).
  8. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres Activités », qui ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

Avertissement :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits mais à des prévisions ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document. Ces points de vue et ces hypothèses sont sujets à des risques et incertitudes, connus ou inconnus. Les résultats réels, les performances ou les événements futurs sont donc susceptibles de varier de manière très significative par rapport à ceux présentés, de façon expresse ou implicite, dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses, concernant notamment, mais pas exclusivement : la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Les déclarations prévisionnelles sont sujettes à des incertitudes. Les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative par rapport à ces prévisions, en fonction de nombreux facteurs y compris, à titre non limitatif, les facteurs suivants : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.
Le « Document d’Enregistrement » de la société daté du 25 avril 2007 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs.

Airbus and Williams Advanced Engineering team to explore technology collaboration

en

Airbus delivers 50th A320 Family aircraft assembled in the U.S.

en

Azores Airlines takes delivery of its first A321neo

en
Back to top