In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

Search
Newsroom
Airbus et Bombardier annoncent un partenariat dans le cadre du programme C Series
16 October 2017 Company

Airbus et Bombardier annoncent un partenariat dans le cadre du programme C Series

toggle button (15)
Bombardier CS300      
Airbus And Bombardier Announce C Series Partnership 007      
Airbus And Bombardier Announce C Series Partnership      
Airbus A320neo      
Partnering Airbus Bombardier 1      
Airbus and Bombardier announce C Series Partnership        
Letter from Airbus CEO Tom Enders: Welcome Canada to Airbus’ world of partnership      
Lettre du CEO d'Airbus Tom Enders : Bienvenue au Canada parmi les partenaires d’Airbus      

37/177

·         Airbus acquiert une part majoritaire de la Société en commandite Avions C Series (SCACS)

·         Ce partenariat réunit deux gammes complémentaires d’avions sur le segment du marché des 100 à 150 sièges, qui devrait représenter plus de 6000 avions sur les 20 prochaines années

·         La présence et la dimension mondiale d’Airbus, alliée à la toute dernière famille d’avions de Bombardier, créera de la valeur pour les clients, fournisseurs, employés et actionnaires

·         Réduction importante anticipée des coûts de production de la gamme C Series en tirant profit de l’expertise d’Airbus en matière d’approvisionnement

·         Engagement envers le Québec : le siège et la chaîne d’assemblage principale de la gamme C Series resteront au Québec, avec le soutien des fournisseurs des deux entreprises dans le monde

·         La présence industrielle mondiale d’Airbus s’étendra désormais au Canada avec la chaîne d’assemblage final de la famille C Series, créant une dynamique positive pour les opérations au Québec et à travers tout le pays

·         La croissance du marché des avions C Series justifie la création d’une deuxième chaîne d’assemblage final à Mobile, Alabama, afin de servir les clients américains

Amsterdam / Montréal, 16 octobre 2017 - Airbus SE (EPA : AIR) et Bombardier Inc. (TSX : BBD.B) vont devenir partenaires du programme aéronautique C Series, en vertu d’un accord signé ce jour. Celui-ci conjugue la présence et la dimension mondiale d’Airbus avec la famille d’avions de ligne de toute dernière génération de Bombardier, afin de permettre aux deux partenaires de valoriser pleinement la plateforme C Series et d’apporter plus de valeur aux clients, fournisseurs, employés et actionnaires.

Aux termes de cet accord, Airbus fournira son expertise en matière d’achats, de ventes, de marketing et de soutien à la clientèle à la Société en commandite Avions C Series (SCACS), l’entité de Bombardier chargée de fabriquer et commercialiser les avions de la famille C Series. Dans un premier temps, Airbus acquerra une part de 50,01 % dans SCACS. Bombardier et Investissement Québec (IQ) détiendront, approximativement et respectivement, 31 % et 19 %.

Le siège, la chaîne d’assemblage principale et les fonctions associées de SCACS resteront au Québec, en bénéficiant du réseau international d’Airbus. La présence industrielle mondiale d’Airbus s’étendra au Canada avec la chaîne d’assemblage final de la gamme C Series, ainsi qu’aux États-Unis avec une ligne de production supplémentaire dans son site d’assemblage de Mobile, dans l’Alabama. Le renforcement de ce programme et la coopération globale auront des effets bénéfiques sur les opérations québécoises et canadiennes.

Le marché des monocouloirs est un levier de croissance clé, qui représente 70 % de la future demande mondiale d’avions commerciaux. Conçue pour couvrir le segment des 100 à 150 sièges, la famille C Series vient en parfait complément de l’actuelle famille de monocouloirs d’Airbus, qui peut accueillir entre 150 et 240 passagers. Les réseaux de ventes, marketing et support d’Airbus de classe mondiale permettront de renforcer et d’accélérer la dynamique commerciale du programme d’avions C Series. De plus, l’expertise d’Airbus en matière de chaine d’approvisionnement devrait contribuer à réduire sensiblement les coûts de production des avions de la famille C Series.

Airbus est fermement engagé envers le Canada et son secteur aérospatial, dont les fournisseurs verront leur accès renforcé à la chaine d’approvisionnement  mondiale d’Airbus. Ce nouveau partenariat en faveur de la gamme C Series contribuera à sécuriser les emplois au Canada au cours des nombreuses années à venir.

« C’est un partenariat gagnant-gagnant pour tout le monde ! De par leur conception ultramoderne et leurs performances économiques, les avions de la gamme C Series complètent parfaitement ceux de notre famille actuelle de monocouloirs et étofferont rapidement notre offre sur un marché ultra dynamique. Je suis convaincu que notre partenariat avec Bombardier stimulera les ventes et valorisera considérablement ce programme », a déclaré Tom Enders, Airbus CEO. « Non seulement ce partenariat sécurisera le programme C Series et ses opérations industrielles au Canada, au Royaume-Uni et en Chine, mais il créera également de nouveaux emplois aux États-Unis. De son côté, Airbus verra son portefeuille de produits renforcé sur le marché porteur des monocouloirs, offrant ainsi une plus grande valeur à nos clients à travers le monde. »

« Nous sommes ravis d’accueillir Airbus dans le programme C Series », a déclaré pour sa part Alain Bellemare, Président et chef de la direction de Bombardier Inc. «Airbus est le partenaire idéal pour nous, le Québec et le Canada. Sa dimension internationale, ses relations client et son expertise opérationnelle sont autant de facteurs clés qui augmenteront notre capacité de créer de la valeur pour la gamme C Series. Ce partenariat devrait plus que doubler la valeur du programme et permettre à nos avions innovants d’atteindre leur plein potentiel. »

« L’arrivée d’Airbus comme partenaire stratégique aujourd’hui assurera la pérennité et la croissance pour le programme de la gamme C Series, en plus de consolider l’ensemble de la grappe aéronautique du Québec. Dans le contexte actuel, le partenariat avec Airbus constitue pour nous la meilleure solution pour assurer le maintien et la création d’emplois dans ce secteur stratégique de l’économie du Québec », a déclaré la vice-première ministre, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique du Québec, Mme Dominique Anglade.

Structure de l’actionnariat et points clés de l’accord

Le programme C Series est exploité par SCACS, dont le capital est détenu par Bombardier et IQ à hauteur d’environ 62 % et 38 % respectivement. L’accord d’investissement prévoit l’acquisition par Airbus d’une participation de 50,01 % dans SCACS. Airbus engagera des accords commerciaux concernant (i) les efforts de ventes et marketing de la gamme C Series, (ii) la gestion des achats, qui impliquera la conduite de négociations visant à améliorer les accords en place avec les fournisseurs directs de SCACS, et (iii) le support client. A la clôture, il n’y aura pas d’apport en numéraire de la part d’aucun des partenaires, et SCACS n’assumera pas non plus la dette financière. L’accord prévoit également que Bombardier maintiendra le plan de financement actuel de SCACS et assurera le financement, le cas échéant, des besoins en trésorerie de SCACS au cours de la première année suivant la clôture de l’opération jusqu’à concurrence de 350 millions de dollars US et, au cours de la deuxième année et de la troisième année suivant la clôture de l’opération, à concurrence d’un montant global de 350 millions de dollars US sur les deux ans, en contrepartie des actions sans droit de vote de SCACS, avec un dividende annuel cumulé de 2 %, tout besoin en trésorerie supplémentaire pendant cette période devant être couvert à égalité par les actionnaires porteurs d’actions de catégorie A à concurrence de leur participation respective.

Airbus bénéficiera de droits de vente à la valeur de marché sur la totalité de la participation de Bombardier dans SCACS, le montant des titres de participation sans droit de vote utilisés par Bombardier étant limité au montant investi augmenté des dividendes accumulés et non versés, y compris une option exerçable au plus tôt 7,5 ans après la clôture de l’opération, sauf si certains changements intervenaient dans la structure de contrôle de Bombardier, auquel cas ce droit pourrait être exercé par anticipation. Bombardier bénéficiera d’un droit de vente correspondant lui permettant d’imposer à Airbus d’acquérir sa participation à la valeur de marché à l’issue de la même période. La participation d’IQ est remboursable par SCACS à la valeur de marché, sous certaines conditions, à partir de 2023. IQ bénéficiera également d’un droit de sortie conjointe en cas de cession par Bombardier de sa participation dans le partenariat.

Le Conseil d’administration de SCACS comprendra initialement sept administrateurs, dont quatre seront proposés par Airbus, deux par Bombardier, et un par IQ. Airbus aura la possibilité de désigner le Président du Conseil d’administration de SCACS.

Sous réserve de l’obtention des approbations nécessaires de la Bourse de Toronto, l’opération prévoit également l’émission au bénéfice d’Airbus, à la clôture, de bons de souscription exerçables pour acquérir jusqu’à 100 000 000 actions de catégorie B (avec droit de vote subordonné) de Bombardier (ce qui représente environ 5 % du nombre total émis et en circulation d’actions de catégorie A (à droit de vote multiple) et d’actions de catégorie B Bombardier sur une base pleinement diluée, et environ 5 % du nombre total émis et en circulation d’actions de catégorie A et d’actions de catégorie B sur une base non diluée), à un prix d’exercice par action égal à l’équivalent en dollars US de 2,29 dollars canadiens, ce qui représente le cours moyen pondéré en fonction du volume des actions de catégorie B sur cinq jours ouvrés jusqu’au vendredi 13 octobre 2017. Les bons de souscription seront assortis d’une échéance de cinq ans à partir de la date d’émission. Ils ne seront pas cotés et seront assortis des dispositions habituelles du marché en matière d’ajustement, notamment celles qui s’appliquent en cas de changements touchant l’entreprise, de division du nominal, dividendes non payés en numéraire, de distributions de droits, d’options ou de bons de souscription à la totalité ou à la quasi-totalité des actionnaires ou de regroupements.

L’émission des bons de souscription et leurs conditions ont fait l’objet d’une négociation entre Bombardier et Airbus aux conditions normales du marché et elles n’auront pas d’incidence sur le contrôle de Bombardier. L’approbation des détenteurs de titres devra être obtenue aux termes des règlements de la Bourse de Toronto dans la mesure où les bons de souscription seront émis plus de 45 jours après la date de fixation du prix d’exercice. Cette approbation doit être obtenue par accord écrit des actionnaires détenant plus de 50 % des droits de vote attachés à l’ensemble des titres émis et en circulation de Bombardier.

L’opération a été approuvée par les Conseils d’administration d’Airbus et de Bombardier, ainsi que par cabinet du gouvernement du Québec. L’opération reste assujettie à l’approbation des organismes de réglementation, ainsi qu’aux autres conditions habituelles dans ce type d’opération. Aucune garantie ne permet d’affirmer que l’opération sera menée à bien et que les conditions auxquelles elle est soumise seront remplies. La clôture de l’opération est actuellement prévue au second semestre 2018.

Contacts pour les médias :

Airbus :

·         Stefan Schaffrath                  +33 616 09 55 92                stefan.schaffrath@airbus.com

·         Rod Stone                             +33 630 52 19 93                rod.stone@airbus.com

·         Clay McConnell                   +1 571 278 0612                 clay.mcconnell@airbus.com

Bombardier :

·         Simon Letendre                   +1 514 861 9481                 simon.letendre@bombardier.com

·         Nathalie Siphengphet         +1 438 995 4189                  nathalie.siphengphet@aero.bombardier.com

 

A propos d’Airbus :

Airbus est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace et des services associés. En 2016, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 67 milliards d’euros avec un effectif d’environ 134 000 personnes. Airbus propose la famille d’avions de ligne de 100 à plus de 600 sièges et de jets d’affaires la plus complète qui soit. Airbus est également le leader européen dans le domaine des avions de mission, de ravitaillement en vol, de combat, et de transport. Par ailleurs, l’entreprise est également un leader de l’industrie spatiale. Enfin, dans le domaine des hélicoptères, Airbus propose les solutions civiles et militaires les plus performantes.au monde.

A propos de Bombardier :

Bombardier est le leader mondial de la fabrication d’avions et de trains. Regardant vers l’avenir tout en repoussant les limites du présent, Bombardier fait évoluer la mobilité en répondant à la demande mondiale en moyens de transport plus efficaces, plus durables et plus agréables. Notre leadership résulte d’un vaste éventail de véhicules, de services et, surtout, de nos employés.

Le siège social de Bombardier est situé à Montréal, au Canada. Nos actions (BBD) se négocient à la Bourse de Toronto. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2016, nos revenus ont été de 16,3 milliards $. Vous trouverez nouvelles et information à www.bombardier.com ou en nous suivant sur Twitter @Bombardier.

Notes to editors:

Airbus will host an analyst conference call at 07:00 a.m. CEST on 17 October, 2017 with Chief Executive Officer Tom Enders and Chief Financial Officer Harald Wilhelm. A live webcast and presentation will be available at www.airbus.com.

Bombardier will hold an analyst conference call on 16 October, 2017 at 19:45 p.m. ET (01:45 a.m. CEST 17 October, 2017) with a live webcast and detailed presentation available via www.bombardier.com Present on the call will be Alain Bellemare, President and Chief Executive Officer and John Di Bert, Senior Vice President and Chief Financial Officer.

 

Forward-looking statements

Airbus

This press release includes forward-looking statements, including in respect of the transaction pursuant to which Airbus would acquire a majority interest in the C Series aircraft programme and benefits expected to result from such transaction. Words such as “anticipates”, “believes”, “estimates”, “expects”, “intends”, “plans”, “projects”, “may” and similar expressions are used to identify these forward-looking statements. Examples of forward-looking statements include statements made about strategy, ramp-up and delivery schedules, introduction of new products and services and market expectations, as well as statements regarding future performance and outlook. By their nature, forward-looking statements involve risk and uncertainty because they relate to future events and circumstances and there are many factors that could cause actual results and developments to differ materially from those expressed or implied by these forward-looking statements. These factors include but are not limited to:

·         Changes in general economic, political or market conditions, including the cyclical nature of some of Airbus’ businesses;

·         Significant disruptions in air travel (including as a result of terrorist attacks);

·         Ability and timing to obtain regulatory and other approvals for the C Series aircraft programme transaction;

·         Ability to successfully integrate the C Series aircraft programme in collaboration with programme partners;

·         Ability to realize the expected benefits of the C Series aircraft programme transaction;

·         Currency exchange rate fluctuations, in particular between the Euro and the U.S. dollar;

·         The successful execution of internal performance plans, including cost reduction and productivity efforts;

·         Product performance risks, as well as programme development and management risks;

·         Customer, supplier and subcontractor performance or contract negotiations, including financing issues;

·         Competition and consolidation in the aerospace and defence industry;

·         Significant collective bargaining labour disputes;

·         The outcome of political and legal processes including the availability of government financing for certain programmes and the size of defence and space procurement budgets;

·         Research and development costs in connection with new products;

·         Legal, financial and governmental risks related to international transactions; and

·         Legal and investigatory proceedings and other economic, political and technological risks and uncertainties.

As a result, Airbus’ actual results may differ materially from the plans, goals and expectations set forth in such forward-looking statements. For a discussion of factors that could cause future results to differ from such forward-looking statements, see the Airbus “Registration Document” dated 4 April 2017, including the Risk Factors section. Any forward-looking statement contained in this press release speaks as of the date of this press release. Except as required by law, Airbus undertakes no obligation to publicly revise or update any forward-looking statements in light of new information, future events or otherwise.

Bombardier

This press release includes forward-looking statements, which may involve, but are not limited to: statements with respect to Bombardier’s objectives, guidance, targets, goals, priorities, market and strategies, financial position, beliefs, prospects, plans, expectations, anticipations, estimates and intentions; general economic and business outlook, prospects and trends of an industry; expected growth in demand for products and services; product development, including projected design, characteristics, capacity or performance; expected or scheduled entry-into-service of products and services, orders, deliveries, testing, lead times, certifications and project execution in general; competitive position;  the completion, anticipated timing and use of the transactions described in this press release; the impact and expected benefits of the transaction on operations, infrastructure, opportunities, financial condition, access to capital and overall strategy;  and the receipt of regulatory and other approvals required with respect to this transaction and the anticipated timing thereof.

Forward-looking statements can generally be identified by the use of forward-looking terminology such as “may”, “will”, “shall”, “can”, “expect”, “estimate”, “intend”, “anticipate”, “plan”, “foresee”, “believe”, “continue”, “maintain” or “align”, the negative of these terms, variations of them or similar terminology, as they relate to Bombardier and CSALP. Forward-looking statements are presented for the purpose of assisting investors and others in understanding certain key elements of Bombardier’s current objectives, strategic priorities, expectations and plans, and in obtaining a better understanding of Bombardier’s business and anticipated operating environment. Readers are cautioned that such information may not be appropriate for other purposes.

By their nature, forward-looking statements require Bombardier’s management to make assumptions and are subject to important known and unknown risks and uncertainties, which may cause Bombardier’s and CSALP’s actual results in future periods to differ materially from forecast results set forth in forward-looking statements. While Bombardier’s management consider these assumptions to be reasonable and appropriate based on information currently available, there is risk that they may not be accurate.

With respect to the transactions discussed herein specifically, certain factors that could cause actual results to differ materially from those anticipated in the forward-looking statements with respect to Bombardier include, but are not limited to, risks associated with the failure to receive or delay in receiving regulatory (including antitrust) or other approvals or otherwise satisfy the conditions to the completion of the transaction or delay in completing the transaction and uncertainty regarding the length of time required to complete the transaction; changes in the terms of the transaction; the failure by either party to satisfy its obligations pursuant to the transaction agreement;  the impact of the announcement of the transaction on Bombardier’s relationships with third parties, including commercial counterparties, employees and competitors, strategic relationships, operating results and businesses generally; the failure to realize, in the timeframe anticipated or at all, the anticipated benefits and synergies of the transaction.  Certain other factors that could cause actual results to differ materially from those anticipated in the forward-looking statements with respect to Bombardier include, but are not limited to, risks associated with general economic conditions, risks associated with our business environment (such as risks associated with “Brexit”, the financial condition of the airline industry, business aircraft customers, trade policy; increased competition; political instability and force majeure events or natural disasters), operational risks (such as risks related to developing new products and services; development of new business; the certification and homologation of products and services; fixed-price and fixed-term commitments and production and project execution; pressures on cash flows and capital expenditures based on project-cycle fluctuations and seasonality; our ability to successfully implement and execute our strategy and transformation plan; doing business with partners; product performance warranty and casualty claim losses; regulatory and legal proceedings; environmental, health and safety risks; dependence on certain customers and suppliers; human resources; reliance on information systems; reliance on and protection of intellectual property rights; and adequacy of insurance coverage), financing risks (such as risks related to liquidity and access to capital markets; retirement benefit plan risk; exposure to credit risk; substantial existing debt and interest payment requirements; certain restrictive debt covenants and minimum cash levels; financing support provided for the benefit of certain customers; and reliance on government support), market risks (such as risks related to foreign currency fluctuations; changing interest rates; decreases in residual values; increases in commodity prices; and inflation rate fluctuations). For more details, see the Risks and uncertainties section in Other in the Management’s Discussion and Analysis (MD&A) of Bombardier’s financial report for the fiscal year ended December 31, 2016.

The assumptions underlying the forward-looking statements made in this press release in relation to the transaction include the following material assumptions: the satisfaction of all conditions of closing and the successful completion of the transaction within the anticipated timeframe, including receipt of regulatory (including antitrust) and other approvals and the accuracy of Bombardier’s assessment of anticipated growth divers and sector trends.  For additional information relating to Bombardier with respect to the assumptions underlying the forward-looking statements made in this press release, refer to the Strategic Priorities and Guidance and forward-looking statements sections in the MD&A of Bombardier’s financial report for the fiscal year ended December 31, 2016.

Readers are cautioned that the foregoing list of factors that may affect future growth, results and performance is not exhaustive and undue reliance should not be placed on forward-looking statements. Other risks and uncertainties not presently known to Bombardier or that Bombardier presently believe are not material could also cause actual results or events to differ materially from those expressed in its forward-looking statements. Accordingly, there can be no assurance that the proposed transaction will occur or that the anticipated strategic benefits and operational, competitive and cost synergies will be realized in their entirety, in part or at all. The forward-looking statements set forth herein reflect Bombardier’s management’s expectations as at the date of this press release and are subject to change after such date. Unless otherwise required by applicable securities laws, Bombardier expressly disclaim any intention, and assume no obligation to update or revise any forward-looking statements, whether as a result of new information, future events or otherwise. The forward-looking statements contained in this press release are expressly qualified by this cautionary statement.

Airbus selects Shenzhen for its China Innovation Centre

en

Hawaiian Airlines becomes new operator of the A321neo

en

Airbus Foundation launches The Little Engineers programme in India to inspire young minds

en
Back to top