Les compagnies aériennes d’Amérique Latine auront besoin de plus de 2 300 avions neufs ces 20 prochaines années

Le développement de lignes intra-régionales représente un énorme potentiel de croissance pour la région

15 November 2013 Press Release

Selon les dernières prévisions globales de marché (GMF - Global Market Forecast) d’Airbus, les compagnies aériennes d’Amérique Latine auront besoin de 2 307 appareils neufs entre 2013 et 2032, dont 1 794 monocouloirs, 475 bicouloirs et 38 appareils de très grande capacité (VLA), d’une valeur estimée à 292 milliards de dollars. A l’échelle mondiale, quelque 29 230 avions passagers et cargo neufs, d’une valeur estimée à près de 4 400 milliards de dollars, seront nécessaires d’ici 2032 afin de répondre à la forte demande du marché. 

Alors que le PNB dépasse actuellement la moyenne mondiale (3,6 pour cent par an sur les deux dernières années par rapport à 2,6 pour cent au niveau mondial), certains indicateurs socio-économiques tendent à démontrer une hausse des classes moyennes en Amérique Latine, qui devraient représenter plus de la moitié de la population d’ici 2032. Entre 2012 et 2020, il est prévu que la croissance économique de l’Amérique Latine sera supérieure à la moyenne mondiale, résultant essentiellement des dépenses de consommation des populations mexicaine et brésilienne. Ainsi, la croissance du trafic en Amérique Latine au cours des 20 prochaines années devrait dépasser la moyenne mondiale (4,7 pour cent), avec un taux de croissance annuel de 5,2 pour cent. 

Au cours des dix dernières années, le développement des classes moyennes et la hausse des dépenses de consommation ont rendu le transport aérien plus accessible dans toute l’Amérique Latine, où le nombre total de villes desservies a augmenté de 14 pour cent. Cependant, si la quasi-totalité des 20 villes majeures d’Amérique du Nord et d’Europe assurent la connectivité des passagers avec au moins un vol par jour, ce n’est le cas que pour seulement 40 pour cent des 20 villes principales d’Amérique Latine. Ainsi, au cours des 20 prochaines années, il est prévu que le trafic intra-régional et domestique connaîtra une croissance impressionnante, de l’ordre de 6,3 pour cent, et deviendra le marché le plus important pour les transporteurs d’Amérique Latine. 

Ce potentiel intra-régional, encore inexploité, est l’une des raisons pour lesquelles Airbus prévoit qu’au cours des 20 prochaines années les deux tiers de la population des marchés émergents prendront l’avion une fois par an, permettant ainsi aux compagnies d’Amérique Latine de se placer au deuxième rang mondial en termes de taux de croissance du trafic, après les compagnies aériennes du Moyen-Orient. 

Alors que, d’ici 2032, l’Amérique Latine comptera 10 des 92 mégapoles mondiales pour le trafic aérien, accueillant plus de 10 000 passagers internationaux par jour, il existe également d’autres opportunités sur lesquelles les compagnies aériennes de la région peuvent capitaliser. Actuellement, les six principales compagnies d’Amérique Latine se partagent 19 pour cent du marché long-courrier de la région, alors que ce chiffre s’élève à 40 pour cent pour des régions comme l’Amérique du Nord et l’Europe. 

“Des avions de très grande capacité, comme l’A380, permettent non seulement de réduire l’encombrement des aéroports les plus fréquentés, mais ils peuvent également contribuer à une hausse de la compétitivité des compagnies d’Amérique Latine face à leurs concurrents étrangers”, a déclaré Rafael Alonso, Executive Vice President d’Airbus Latin America & the Caribbean. “L’A380 répond en outre aux besoins du trafic aérien international, notamment pour les vols long-courriers vers l’Europe.” 

Une autre tendance dominante en Amérique Latine est l’augmentation du nombre de compagnies low-cost qui représentent près de 40 pour cent de la totalité du trafic aérien de la région, par rapport à seulement 12 pour cent en 2003, le Mexique et le Brésil représentant la quasi-totalité de cette part de marché. Un marché low cost hautement concurrentiel a poussé les compagnies aériennes à se tourner vers les appareils les plus rentables actuellement disponibles ; ainsi, la flotte en service en Amérique Latine affiche un âge moyen de 9,5 ans, soit une baisse de 42 pour cent par rapport à 2 000, comparé aux 10,7 ans d’âge moyen pour la flotte mondiale.  

Alors qu’un grand nombre de compagnies aériennes d’Amérique Latine se sont efforcées de maintenir une flotte jeune et hautement rentable, l’âge moyen des appareils de la région pourrait encore diminuer lorsque les transporteurs des Caraïbes entameront le processus de renouvellement de leur flotte. 

“Les appareils exploités aux Caraïbes affichent un âge moyen de 17 ans, soit quelque 7 ans de plus que la moyenne latino-américaine et mondiale”, a expliqué Rafael Alonso. “On a constaté que certaines compagnies des Caraïbes commencent à tirer parti des opportunités de marché actuelles et réalisent des bénéfices d’exploitation plus élevés en utilisant des appareils de nouvelle génération. Cette tendance se poursuivant, l’âge moyen des appareils de la région continuera à baisser.” 

Airbus a vendu plus de 800 appareils en Amérique Latine et aux Caraïbes où plus de 500 exemplaires sont en service, et compte près de 400 appareils sur son carnet de commandes pour cette région. Au cours des 10 dernières années, dans la région, Airbus a triplé le nombre de ses appareils en service et livré plus de 60 pour cent des appareils en exploitation. 

Les prévisions de marché (GMF) d’Airbus sont disponibles en application sur les dispositifs Android et Apple. Ce rapport est également accessible sur www.airbus.com 

Note aux rédacteurs :

Les prévisions globales de marché (GMF) d’Airbus donnent une analyse détaillée des développements du transport aérien mondial, couvrant 208 flux de trafic passagers et 130 flux de trafic cargo, ainsi qu’une évolution de la flotte des utilisateurs dans le monde d’année en année, basée sur l’analyse des flottes de près de 800 compagnies aériennes (transport passagers) et 200 transporteurs de fret au cours des 20 prochaines années. Ainsi, les prévisions couvrent la demande en appareils du marché régional à l’avion de plus grande capacité disponible aujourd’hui, l’A380.