In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

Search
Newsroom
Search
Newsroom
09 November 2011
Company

Amélioration de la performance : EADS publie ses résultats pour les neuf premiers mois de 2011

Leyde

AIRBUS RGB

• Perspectives revues à la hausse pour les commandes, le chiffre d’affaires, l’EBIT* avant éléments non-récurrents et le flux de trésorerie disponible sur l’ensemble de l’exercice
• Prises de commandes en hausse de 63 %, à 93,9 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de 2011. Le carnet de commandes atteint le niveau record de 503 milliards d’euros
• Chiffre d’affaires en progression de 4 %, à 32,7 milliards d’euros
• EBIT* avant éléments non-récurrents en progression de 29 %, à 1,1 milliard d’euros
• Flux de trésorerie disponible avant l'acquisition de Vector Aerospace robuste à environ 600 millions d'euros, légèrement inférieur à celui de l’exercice précédent
• Résultat net avant éléments non-récurrents en progression de 86 %, à 565 millions d’euros.
• Charge de 200 millions d’euros liée à la mise en service de l’A350 XWB, désormais prévue au premier semestre 2014

EADS (symbole boursier : EAD) annonce de meilleurs résultats qu’attendu pour les neuf premiers mois de l’exercice. Le dynamisme de l’aviation commerciale reste solide malgré les récentes turbulences qui secouent l’environnement macro-économique. Comme prévu, les marchés de la défense dans les pays occidentaux restent toutefois sous pression. Au cours des neuf premiers mois de 2011, les prises de commandes(5) se sont élevées à 93,9 milliards d’euros et le carnet de commandes d’EADS a atteint le niveau record de 503 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires s’est établi à 32,7 milliards d’euros. L'EBIT* avant éléments non-récurrents s’est élevé à 1,1 milliard d’euros environ, principalement sous l’effet d’une amélioration de la performance opérationnelle d’Eurocopter et d’Airbus Commercial, ainsi que d’un échelonnement favorable à Airbus et au Siège. L’EBIT* reporté atteint 885 millions d’euros. La génération de flux de trésorerie est restée soutenue et a porté la trésorerie nette à 11,4 milliards d’euros après acquisitions.

« Nos résultats sur les neuf premiers mois de l’exercice sont supérieurs aux prévisions grâce aux efforts consentis par le Groupe afin d’améliorer sa performance. Je suis convaincu que le marché de l’aviation commerciale combiné avec notre fort carnet de commandes, portera notre croissance dans les années à venir. S’appuyant sur les contrats existants, le Groupe EADS est disposé à entamer des discussions avec les gouvernements sur les prochains programmes de défense. Grâce à de nouvelles acquisitions, la société a élargi son offre de services », a déclaré Louis Gallois, Président exécutif d'EADS. « Le développement de nos grands programmes, notamment l’A350, reçoit toujours la plus grande attention de la part de la direction. »

La maturité des principaux composants de l’A350 XWB au début de la ligne d’assemblage reste l’une des principales priorités du Groupe. Le démarrage de l’assemblage final de l’appareil est maintenant prévu pour le premier trimestre 2012, et la mise en service est désormais programmée au premier semestre 2014.

Au cours des neuf premiers mois de l’exercice, le chiffre d’affaires d’EADS a progressé de 4 % pour atteindre 32,7 milliards d’euros (9M 2010 : 31,6 milliards d’euros). Airbus Commercial, Eurocopter et Astrium ont été les moteurs de cette croissance. Les livraisons se sont maintenues à un niveau élevé, avec 374 avions chez Airbus Commercial et 323 hélicoptères chez Eurocopter. Ariane 5 a, pour sa part, réussi son 46ème lancement consécutif.

L’EBIT* avant éléments non-récurrents (EBIT* ajusté) (indicateur de la marge commerciale sous-jacente en excluant les charges ou bénéfices non-récurrents induits par des variations des provisions ou des effets de change) s’est élevé à 1,1 milliard d’euros environ (9M 2010 : 0,8 milliard d’euros) pour EADS et à quelque 0,4 milliard d’euros pour Airbus (9M 2010 : environ 0,3 milliard d’euros). Cette hausse par rapport à l’exercice précédent s’explique essentiellement par l’amélioration de la performance opérationnelle d’Airbus et d’Eurocopter, et par un échelonnement favorable chez Airbus et au Siège.

L’EBIT* reporté d’EADS a atteint 885 millions d’euros (9M 2010 : 784 millions d’euros). Suite au report de la mise en service de l’A350 XWB au premier semestre 2014, Airbus Commercial a comptabilisé au troisième trimestre une charge de 200 millions d’euros au titre de ce programme. L’EBIT reporté inclut un élément non-récurrent positif de 192 millions d’euros, lié à la fin du programme A340. Fin septembre, l’impact négatif sur l’EBIT* d’EADS des variations de change du dollar américain incluant des réévaluations bilancielles atteignait environ 50 millions d’euros. Au cours des neuf premiers mois de l’exercice, Eurocopter a comptabilisé une charge nette d’environ 120 millions d’euros, dont 60 millions d’euros au troisième trimestre. Ces charges nettes sont essentiellement liées aux programmes gouvernementaux et au programme SHAPE.

Le résultat net a plus que doublé pour atteindre 421 millions d’euros (9M 2010 : 198 millions d’euros), soit un bénéfice par action de 0,52 euro (BPA du 9M 2010 : 0,24 €). Cette augmentation reflète la hausse du résultat net avant éléments non-récurrents(4) qui s’est élevé à 565 millions d’euros (9M 2010 : 304 millions d’euros) sur fond d’amélioration des résultats opérationnels. Le résultat financier est de -212 millions d’euros (9M 2010 : -452 millions d’euros).

Les produits nets d’intérêts de -9 millions d’euros (9M 2010 : -176 millions d’euros), se sont améliorés sous l’effet d’un élément non-récurrent positif de 120 millions d’euros en lien avec la fin du programme A340. De plus, la position de trésorerie nette moyenne est supérieure à celle de 2010. Parallèlement, les autres éléments du résultat financier s’élèvent à -203 millions d’euros (9M 2010 : -276 millions d’euros).Ce poste comprend, entre autres, une réévaluation négative des options d’EADS pour un montant d’environ 60 millions d’euros et l’actualisation des provisions pour un montant négatif de 110 millions d’euros environ.

Les dépenses de R&D autofinancées ont augmenté pour atteindre 2 151 millions d’euros (9M 2010 : 2 038 millions d’euros), principalement sous l’effet du développement du programme A350 XWB d’Airbus.

Le flux de trésorerie disponible pour les neuf premiers mois de 2011 a bénéficié d’une bonne performance opérationnelle et de prises de commandes satisfaisantes dans l’aviation commerciale. Le flux de trésorerie brute lié à l’exploitation reflète l’amélioration de la rentabilité sous-jacente. Le flux de trésorerie disponible avant financements clients s’est établi à -27 millions d’euros (9M 2010 : 882 millions d’euros). Le flux de trésorerie disponible après financements clients atteint 155 millions d’euros (9M 2010 : 791 millions d’euros). Avant l’acquisition de Vector Aerospace, le flux de trésorerie disponible s’élève à 587 millions d’euros, légèrement en recul par rapport à l’exercice précédent en raison de la dégradation du fonds de roulement. Celle-ci reflète une augmentation des stocks chez Airbus liée au décalage de certaines livraisons au troisième trimestre et la montée en puissance progressive de la production d’avions monocouloirs pour atteindre la cadence mensuelle de 38 avions. Cet impact négatif des stocks sur le flux de trésorerie devrait diminuer au quatrième trimestre. Parallèlement, l’augmentation des stocks a été en partie gommée par le niveau plus élevé des avances-clients chez Airbus et Astrium. Les financements clients ont généré quelque 180 millions d’euros de trésorerie au cours des neuf premiers mois de 2011, compte tenu du dynamisme persistant des loueurs d’avions et du secteur bancaire en dépit des récentes préoccupations. Le niveau des dépenses d’investissement est similaire à celui de 2010. Cependant, EADS prévoit une hausse d’ici la fin de l’année.

La position de trésorerie nette d’EADS, d’un montant de 11,4 milliards d’euros (fin 2010 : 11,9 milliards d’euros), demeure solide. Elle reflète également une contribution en numéraire aux actifs des régimes de retraite de 300 millions d'euros et un achat en numéraire de parts dans Dornier/DADC. EADS a racheté ces parts minoritaires auprès de Daimler AG.

Les prises de commandes(5) d’EADS ont augmenté de 63 % pour atteindre 93,9 milliards d’euros (9M 2010 : 57,7 milliards d’euros), sous l’effet du maintien d’une solide dynamique commerciale. Fin septembre 2011, le carnet de commandes(5) du Groupe affichait un niveau record de 503 milliards d’euros (fin 2010 : 448,5 milliards d’euros), étayant ainsi la croissance future du chiffre d’affaires d’EADS. Le carnet de commandes d’Airbus Commercial a été revu à la baisse en raison de l’impact d’une réévaluation négative d’environ 2,7 milliards d’euros suite à la légère détérioration du taux de clôture du dollar américain face à l’euro depuis fin 2010. Le carnet de commandes des activités de défense s'est établi en baisse à 54,5 milliards d’euros (fin 2010 : 58,3 milliards d’euros).

Fin septembre 2011, EADS comptait 128 038 salariés, dont 2 426 salariés supplémentaires suite à l’acquisition de Vector Aerospace (fin 2010 : 121 691).

Perspectives

EADS revoit à la hausse ses dernières perspectives en termes de commandes, de chiffre d’affaires, d’EBIT* avant éléments non-récurrents et de flux de trésorerie disponible, publiées en juillet.
En 2011, Airbus devrait procéder à la livraison de 520 à 530 avions commerciaux et enregistrer environ 1 500 commandes brutes. Le chiffre d’affaires 2011 d’EADS devrait progresser d’un peu plus de 4 % par rapport à celui de 45,8 milliards d’euros atteint en 2010.

EADS prévoit désormais une hausse de l’EBIT* avant éléments non-récurrents par rapport à 2010, à environ 1,45 milliard d’euros grâce à une amélioration de la performance commerciale sous-jacente.

Au titre de l’exercice 2011, EADS table sur un bénéfice par action (BPA) avant éléments non-récurrents d’environ 0,9 euro, en hausse par rapport au BPA enregistré en 2010 (0,86 euro). À l’avenir, la performance de l’EBIT* reporté et du BPA d’EADS dépendra de la capacité du Groupe à exécuter les programmes A400M, A380 et A350 XWB, conformément aux engagements pris envers ses clients. L’EBIT* reporté et le BPA dépendent également de l’évolution des taux de change. Comme annoncé précédemment, sur une hypothèse de 1 EUR pour 1,35 USD, le BPA 2011 devrait être supérieur à celui de 2010 (0,68 euro) ; sur une hypothèse de 1 EUR pour 1,45 USD, il pourrait être inférieur.

Le flux de trésorerie disponible avant investissement en acquisitions devrait, maintenant dépasser de manière significative 1 milliard d’euros.

Les dernières analyses confirment que le Groupe prévoit, en 2012, une amélioration sensible de son EBIT* avant éléments non-récurrents grâce à une hausse des volumes, à de meilleurs prix et à une amélioration de la performance de l’A380.

Divisions d’EADS : Forte demande commerciale chez Airbus et Eurocopter. Marchés institutionnels sous pression, conformément aux prévisions, en raison des coupes budgétaires décidées par les gouvernements

Airbus
affiche un chiffre d’affaires consolidé de 22 411 millions d’euros, en hausse de 3 % par rapport à la même période de l’année précédente (9M 2010 : 21 740 millions d’euros). L’EBIT* consolidé d’Airbus est resté stable, à 295 millions d’euros (9M 2010 : 296 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Airbus Commercial s’est élevé à 21 120 millions d’euros (9M 2010 : 20 446 millions d’euros). Le nombre de livraisons a atteint 376 avions commerciaux comptabilisés en chiffre d’affaires, un nombre identique à celui de l’exercice précédent. En comparaison avec l’année dernière, le chiffre d’affaires d’Airbus Commercial a bénéficié d’effets favorables en termes de mix et de prix. La cession de deux contrats de location simple de long-courriers au troisième trimestre a eu un impact favorable sur le chiffre d’affaires et la marge opérationnelle comptabilisés. Les livraisons de certains appareils ont été rééchelonnées au cours du troisième trimestre. Les prévisions annualisées concernant les livraisons demeurent toutefois inchangées. L’EBIT* reporté d’Airbus Commercial s’est établi à 306 millions d’euros (9M 2010 : 328 millions d’euros). En comparaison avec l’exercice précédent, l’EBIT* avant éléments non-récurrents d’Airbus Commercial, de 380 millions d’euros environ (9M 2010 : 280 millions d’euros environ), a bénéficié d’effets favorables de prix nets d’inflation, d’une certaine amélioration de la performance opérationnelle et d’un rééchelonnement favorable. L’amélioration en glissement annuel est en partie gommée par une détérioration des taux de couverture d’environ 220 millions d’euros et par une augmentation des dépenses de R&D, notamment au titre du programme A350 XWB.

Le chiffre d’affaires d’Airbus Military a augmenté de 13 %, à 1 747 millions d’euros (9M 2010 : 1 540 millions d’euros), grâce à la comptabilisation d’un chiffre d’affaires plus élevé au titre du programme A400M et des avions ravitailleurs. L’EBIT* d’Airbus Military a progressé à 5 millions d’euros (9M 2010 : -35 millions d’euros). Les résultats des neuf premiers mois de l’exercice précédent avaient subi l’impact négatif de coûts liés à l’A400M.

À fin septembre 2011, Airbus Commercial a enregistré 1 038 commandes nettes et a livré 374 avions commerciaux, dont 16 A380. Le troisième trimestre a été marqué par des engagements majeurs de la part de clients opérant dans le monde entier. Air France-KLM s’est engagé à hauteur de 60 A350 XWB et Lufthansa a passé commande et pris des engagements pour, entre autres, 30 appareils A320neo et deux A380. Qantas et Airbus ont signé, en octobre, la plus importante commande de l’histoire de l’aviation australienne qui porte sur 110 avions de la famille A320. Airbus a confirmé sa stratégie dans ses activités de services avec les acquisitions de Satair A/S, implantée au Danemark, et de l’américain Metron Aviation, fournisseur de solutions avancées de gestion du trafic aérien.

Le programme A350 XWB se poursuit. Sur tous les sites de pré-assemblage final, la fabrication et le pré-assemblage de l’A350-900 avancent. Le démarrage de la ligne d’assemblage final est désormais prévu pour le premier trimestre 2012, avec une mise en service programmée au premier semestre 2014, ce qui induit une charge au niveau de l’EBIT* de 200 millions d’euros.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, Airbus Military a livré 12 appareils, dont deux avions ravitailleurs multi-rôle A330 à l'armée de l'air australienne. L’avion de transport militaire A400M a passé avec succès de nouveaux essais en vol majeurs tandis que sa procédure de certification se poursuit. La cause des incidents rencontrés au niveau des moteurs en début d’année a été identifiée et la résolution de ces problèmes est en très bonne voie. Les essais en vol se poursuivent à un rythme maximal afin d’achever la certification à temps, Le futur avion de transport stratégique (Future Strategic Transport Aircraft) de l’armée de l’air britannique après avoir obtenu la certification civile et militaire au troisième trimestre est actuellement en phase d’essais en vol, en vue de sa mise en service.

En septembre 2011, le carnet de commandes consolidé d’Airbus était évalué à 456,8 milliards d’euros (fin 2010 : 400,4 milliards d’euros). Le carnet de commandes d’Airbus Commercial s’est élevé à 436,4 milliards d’euros (fin 2010 : 378,9 milliards d'euros), ce qui représente 4 216 appareils, soit plus de sept ans de production à plein régime (fin 2010 : 3 552 appareils). Il a été revu à la baisse en raison de l'impact d'une réévaluation négative d’environ 2,7 milliards d'euros suite à la légère détérioration du taux de clôture du dollar américain face à l'euro depuis fin 2010. Airbus Military a enregistré deux nouvelles commandes, ce qui porte ainsi son carnet de commandes à 231 avions. Le carnet de commandes d’Airbus Military a atteint 21,7 milliards d’euros (fin 2010 : 22,8 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a progressé de 12 % pour s’établir à 3 458 millions d’euros (9M 2010 : 3 085 millions d’euros). Au total, 323 hélicoptères ont été livrés (9M 2010: 367 hélicoptères). L’EBIT* de la Division a augmenté de 30 %, à 157 millions d’euros (9M 2010 : 121 millions d’euros). L’augmentation du chiffre d’affaires et de l’EBIT* par rapport à l’exercice précédent est liée à un effet de mix favorable au niveau des livraisons commerciales et des activités de support, ainsi qu’à une meilleure performance opérationnelle. Le chiffre d’affaires comprend également 96 millions d’euros induits par l’acquisition de Vector Aerospace. Une charge nette d’environ 120 millions d’euros a été comptabilisée au titre des neuf premiers mois de l’année, dont 60 millions d’euros au troisième trimestre. Ces charges nettes sont pour l’essentiel enregistrées au titre des hélicoptères gouvernementaux et du programme de transformation SHAPE. Le résultat 2010 comprenait une charge nette de 70 millions d’euros.

Eurocopter constate actuellement une reprise du secteur civil des hélicoptères légers et moyens, dont l’impulsion est donnée par les États-Unis et l’Europe de l’Est. Dans l’ensemble, la tendance des commandes nettes au cours des neuf premiers mois de 2011 est plus favorable qu’à la même période de l’année précédente, notamment grâce à un regain de vigueur des marchés pétrolier et gazier. Au total, 67 hélicoptères ont été commandés au troisième trimestre, dont 43 Écureuil. Une commande supplémentaire significative portant sur 20 EC225 a été signée en septembre 2011 par l’entreprise canadienne CHC Helicopter ; elle n’apparaît cependant pas encore dans le carnet de commandes. Au cours des neuf premiers mois de l’année, Eurocopter a enregistré 259 commandes nettes d’hélicoptères, contre 230 pour la même période de l’exercice précédent. La Division a franchi un nouveau point d’étape majeur dans sa feuille de route d’innovation avec le lancement des essais en vol d’un démonstrateur de l’hélicoptère hybride AS350.

Le carnet de commandes de la Division a reculé à 13,9 milliards d’euros (fin 2010 : 14,6 milliards d’euros), avec 1 058 hélicoptères (fin 2010 : 1 122 hélicoptères).

Au cours des neuf premiers mois de 2011, le chiffre d’affaires d’Astrium a progressé de 7 %, à 3 440 millions d’euros (9M 2010 : 3 226 millions d’euros), sous l’effet d’une hausse de l’activité lanceurs et satellites et malgré la baisse des activités de services en volume. Quatre satellites de télécommunication d’Astrium ont été livrés au troisième trimestre. L’EBIT* a progressé de 4 %, à 165 millions d’euros (9M 2010 : 158 millions d’euros), l'augmentation en volume et en productivité de l'activité lanceurs et satellites ayant été contrebalancée par la baisse de l'activité de services.

Les prises de commandes ont atteint 2,3 milliards d’euros au cours des neuf premiers mois de l’exercice. Les commandes enregistrées au troisième trimestre comprennent le satellite de télécommunication Eutelsat 3B. Toujours au troisième trimestre, Ariane 5 a réalisé son 46ème lancement consécutif réussi, illustrant une nouvelle fois la grande fiabilité du système. À l’issue de sa revue de qualité, l’Agence spatiale européenne a accepté les deux premiers satellites de validation en orbite Galileo dont la construction a été pilotée par Astrium. Cette acceptation constitue une étape majeure dans ce programme phare de l’Union européenne. Après le succès de leur lancement, ces deux satellites fonctionnent nominalement. Astrium a conclu un contrat portant sur l’acquisition de Vizada, pour un montant de 960 millions de dollars américains, afin de dynamiser son activité de services. Les autorités de réglementation devraient donner leur accord dans les prochains mois.

Astrium poursuit le développement de son programme de transformation, AGILE, dans le but d’accroître ses gains d’efficacité et sa compétitivité. Ce programme se traduit d’ores et déjà par des dépenses de R&D plus élevées et devrait entraîner des coûts non-récurrents au quatrième trimestre. À fin septembre 2011, le carnet de commandes d’Astrium s’élevait à 14,7 milliards d’euros (fin 2010 : 15,8 milliards d’euros).

Cassidian a enregistré un chiffre d’affaires de 3 419 millions d’euros (9M 2010 : 3 470 millions d’euros). L’EBIT* est en recul à 170 millions d’euros (9M 2010 : 204 millions d’euros). Comme indiqué dans de précédents communiqués, la Division est confrontée à un environnement économique en pleine mutation. Des discussions ont été lancées avec les gouvernements, mais les perspectives demeurent inchangées depuis le premier semestre 2011. La tranche 3A de production de l’Eurofighter est assurée jusqu’en 2017. Cassidian fonctionne à présent selon sa nouvelle organisation et la mise en œuvre du programme de transformation a été lancée. Les coûts non-récurrents afférents devraient être comptabilisés au quatrième trimestre. Fin septembre, le chiffre d’affaires et l’EBIT* étaient conformes aux prévisions et suivaient le caractère saisonnier habituel qui se traduit par un regain d’activité au quatrième trimestre.

Les prises de commandes à fin septembre s’élevaient à 2,6 milliards d’euros. Cassidian poursuit ses avancées dans le domaine des drones. Mi-octobre, Cassidian a fait l’acquisition de SurveyCopter afin d’accroître davantage sa présence sur le segment des drones tactiques. Fruit d’un programme conjoint réunissant Cassidian et Northrop Grumman, le premier drone EuroHawk a effectué son vol de convoyage à destination de l’Allemagne ; le système de mission SIGINT y sera intégré pour répondre aux besoins de l’armée de l’air allemande et les essais en vol y seront conduits. Parallèlement, les campagnes Eurofighter se poursuivent en Inde et Suisse.

Siège et Autres Activités (non rattachées à une Division)

Le chiffre d’affaires des Autres Activités a augmenté de 3 %, à 833 millions d’euros (9M 2010 : 805 millions d’euros). La hausse du chiffre d’affaires d’EADS North America s’explique par la montée en cadence des livraisons d’hélicoptères utilitaires légers (LUH) et des livraisons auprès des gardes-côtes américains. Chez Sogerma, la hausse des cadences de production et la progression de l’activité de sièges de cabine ont compensé l’ajustement de périmètre qui fait suite à l’acquisition de Vector Aerospace par Eurocopter. Ces augmentations ont été en partie atténuées par une baisse des livraisons chez ATR au troisième trimestre, qui, comme prévu, affichent déjà un redressement. L’EBIT* des Autres Activités qui s’est élevé à 20 millions d’euros (9M 2010 : -6 millions d’euros) tient compte de la croissance chez ATR et Sogerma, ainsi que d’une plus-value suite à la cession, en mai dernier, de Defense Security and Systems Solutions (DS3) par EADS North America.

ATR a réalisé un nouveau record annuel en matière de prises de commandes. À fin septembre, 145 commandes fermes d’avions étaient enregistrées (9M 2010 : 63 commandes d’appareils), ainsi que 72 options supplémentaires. Ces commandes fermes représentent plus de 80 % de l’ensemble des commandes d’avions régionaux dans la gamme des appareils de 50 à 90 sièges depuis le depuis de l’année. Le carnet de commandes totalise 274 avions. Au cours des neuf premiers mois de 2011, ATR a livré 30 appareils (9M 2010 : 35 appareils). En août, EADS North America a livré la moitié du contrat des hélicoptères UH-72A Lakota de l’armée américaine. Fin septembre, plus de la moitié des 345 Lakotas prévus ont été remis au client, et ce dans un parfait respect du calendrier et du budget.
À fin septembre 2011, le carnet de commandes des Autres Activités a progressé de 27 %, à 3,2 milliards d’euros (fin 2010 : 2,5 milliards d’euros).

* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur-clé de ses performances économiques. L’expression « éléments exceptionnels » se réfère aux éléments, tels que les dotations aux amortissements des ajustements à la juste valeur se rapportant à la fusion EADS, à la création de la société Airbus intégrée et à la création de MBDA, ainsi que les dépréciations constatées en résultat sur les écarts d’acquisition générés à l’occasion de ces transactions.

EADS est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2010, le Groupe – qui comprend Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – a dégagé un chiffre d’affaires de 45,8 milliards d’euros, avec un effectif de près de 122 000 personnes.

Notes de bas de page:
1) Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciation, amortissements et éléments exceptionnels.
2) Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d’acquisition et éléments non-récurrents.
3) EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.
4) Le résultat net avant éléments exceptionnels correspond au résultat net hors éléments non-récurrents de l’EBIT*. Il n’inclut pas les autres éléments du résultat financier (à l’exception de l’actualisation des provisions), l’élément non-récurrent du produit net d’intérêt lié à la fin du programme A340 et tous les effets fiscaux sur les éléments mentionnés.
5) Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent sur la base des prix catalogue.
6) Suite à l’intégration de l’ancienne division Avions de Transport Militaire au sein de la division Airbus, Airbus répartit ses activités et ses résultats en deux pôles : Airbus Commercial et Airbus Military. Le périmètre d’Airbus Commercial comprend EFW et les aérostructures, mais exclut l’activité liée à l’A400M. Airbus Military intègre l’ancienne division Avions de Transport Militaire, ainsi que l’ensemble des activités liées à l’Airbus A400M. Les éliminations sont traitées au niveau de la Division.
 

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits, mais à des prévisions ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document et supposent certains risques et incertitudes, connus ou inconnus, susceptibles d’induire d’importantes différences entre les résultats, performances ou événements réels et ceux anticipés dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses concernant notamment, à titre non-limitatif : la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Ces informations prévisionnelles ne sont assorties d’aucune certitude et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative par rapport à ces prévisions, en fonction de nombreux facteurs, y compris, à titre non-limitatif, les facteurs suivants : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aéronautique et spatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques. Le « Document d’Enregistrement » de la Société daté du 19 avril 2011 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs. Pour plus d’informations, voir www.eads.com.
 

EADS est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2010, le Groupe – qui comprend Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – a dégagé un chiffre d’affaires de 45,8 milliards d’euros, avec un effectif de près de 122 000 personnes.

http://twitter.com/EADSpress

Un dossier sur les résultats financiers d'EADS est disponible sur :
www.eads.com/dossiers-presse-finances

Point presse :
Téléconférence en direct sur Internet destinée aux analystes
Vous pouvez écouter, aujourd’hui à 11h00 CET, la téléconférence avec les analystes donnée par Hans Peter Ring, Directeur financier d’EADS, sur le site Internet d’EADS www.eads.com.
Cliquez sur la bannière située sur la page d’accueil. Une version enregistrée sera disponible après la transmission en direct.

EADS – Résultats des neufs premiers mois de 2011 (revus)
(en euros)
 


EADS – Résultats du Résultats du troisième trimestre (T3) 2011
(en euros)

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2011 est en recul de 4 % par rapport au troisième trimestre 2010. Il reflète une baisse des livraisons d’avions chez Airbus Commercial par rapport à 2010, mais une hausse de l’activité au sein d’Eurocopter, Airbus Military et des Autres Activités. Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a bénéficié d’un effet de mix favorable au niveau des hélicoptères commerciaux et de l’impact induit par l’acquisition de Vector Aerospace pour un montant de 96 millions d’euros.

L’EBIT* du troisième trimestre 2011 est en baisse de 15 %, à 322 millions d’euros. L’EBIT* du troisième trimestre d’Airbus Commercial reste globalement stable par rapport à l’exercice précédent. L’amélioration de la performance opérationnelle, incluant de meilleurs prix et un échelonnement favorable, compense la diminution des volumes, la détérioration des taux de couverture et la baisse des éléments exceptionnels moins positifs. L’EBIT* du troisième trimestre reflète un effet de mix favorable au niveau des hélicoptères commerciaux d’Eurocopter et l’amélioration de la productivité chez Astrium. Chez Airbus Military, l’EBIT* du troisième trimestre a bénéficié d’un impact de change positif lié à la réévaluation de la provision pour contrats déficitaires au titre du programme A400M.
 

Delta Air Lines places order for 100 A321neo ACF aircraft

en fr de es

Project Eagle takes flight

en

Airbus selected by ESA for Copernicus Data and Information Access Service (DIAS)

en fr de es
Back to top