In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

12 May 2011
Company

Solide démarrage de l’exercice : EADS publie ses résultats du premier trimestre 2011

Leyde

• Succès commercial du lancement de l’A320neo
• Chiffre d’affaires en progression de 10 %, à 9,9 milliards d’euros
• EBIT* avant éléments non-récurrents d’environ 230 millions d’euros
• Flux de trésorerie disponible de 0,3 milliard d’euros
• Résultat net : - 12 millions d’euros, sous l’effet de réévaluations comptables négatives dues à la variation du dollar
• Trésorerie nette record à 12,2 milliards d’euros
 

Leyde, 13 mai 2011 – EADS (symbole boursier : EAD) publie des résultats encourageants pour le premier trimestre 2011 sur fond de reprise économique mondiale qui continue d’alimenter la croissance du trafic passagers. Ce dynamisme conduit Airbus à envisager une augmentation supplémentaire de la cadence de production des monocouloirs, alors qu’il est déjà prévu de l’augmenter à 40 appareils par mois d’ici le premier trimestre 2012. Une décision d’Airbus sur ce sujet est imminente. Au premier trimestre 2011, les prises de commandes(4) se sont élevées à 6,3 milliards d’euros. Avec un carnet de commandes supérieur à 422 milliards d’euros, EADS peut s’appuyer sur une base solide pour les livraisons futures. Les résultats du premier trimestre reflètent le caractère saisonnier habituel des activités institutionnelles. Le chiffre d’affaires s’est élevé à 9,9 milliards d’euros. L’EBIT* avant éléments non-récurrents, établi aux environs de 230 millions d’euros, a bénéficié de la bonne performance sous-jacente des programmes historiques et d’un échelonnement des coûts favorable chez Airbus Commercial. L’EBIT* reporté s’est élevé à 192 millions d’euros. La position de trésorerie nette de 12,2 milliards d’euros, bénéficiant d’une gestion performante des flux de trésorerie sur le premier trimestre, demeure un atout essentiel pour alimenter la croissance future. L’impact sur le marché de l’aviation commerciale des événements qui se sont déroulés au Japon et en Afrique du Nord devrait être temporaire. L’évolution de cet impact n’en est pas moins gérée de manière active, tandis que sont étroitement suivies les pressions budgétaires qui s’exercent sur les marchés institutionnels, les marchés des hélicoptères et de la défense, ainsi que la volatilité des taux de change.

« Nos résultats financiers du premier trimestre reflètent un bon démarrage de l’année 2011. Le succès immédiat rencontré par l’A320neo confirme les bonnes perspectives que nous envisageons pour ce programme. Par ailleurs, EADS a franchi une étape majeure dans l’élargissement de son offre de services avec l’acquisition de Vector Aerospace au Canada. Nous avons également signé l’amendement au contrat de l’A400M, ce qui constitue une base solide pour continuer à progresser sur ce programme clé. », a déclaré Louis Gallois, Président exécutif d’EADS. « Nous devons continuer à suivre avec la plus grande attention l’A350 XWB, programme clé qui a franchi plusieurs étapes très importantes. »

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires d’EADS a progressé de 10 %, à 9,9 milliards d’euros (T1 2010 : 9 milliards d’euros). Cette hausse résulte pour l’essentiel d’effets de mix chez Airbus Commercial et Astrium. Les livraisons se sont maintenues à un niveau élevé, avec 119 avions chez Airbus Commercial et 81 hélicoptères chez Eurocopter. Ariane 5 a, pour sa part, réussi son 42ème lancement consécutif. Airbus Military enregistre 165 millions d’euros de chiffre d’affaires pour le programme A400M au premier trimestre, en s’appuyant sur l’allocation de points d’étape internes. La production en série de l’appareil a démarré et la certification civile est prévue pour 2011. Le 7 avril 2011, les États-clients et EADS ont conclu les négociations concernant la révision du contrat de l’A400M. Celle-ci met en œuvre les changements agréés par les États-clients et EADS le 5 mars 2010.

L’EBIT* avant éléments non-récurrents (EBIT* ajusté) est un indicateur qui donne la marge opérationnelle en excluant les charges et bénéfices non-récurrents induits par des variations au niveau des provisions ou des effets de change. Il s’élève à environ 230 millions d’euros (T1 2010 : 150 millions d’euros environ) pour EADS et à environ 160 millions d’euros pour Airbus (T1 2010 : 80 millions d’euros environ). Il a bénéficié de la bonne performance sous-jacente des programmes historiques d’Airbus et des activités-clés dans les autres Divisions. Il profite également d’un échelonnement favorable des coûts, notamment des coûts non liés à la fabrication chez Airbus Commercial, qui devrait s’inverser plus tard dans l’année. L’impact de l’A380 est inchangé par rapport à l’année précédente.

L’EBIT* reporté d’EADS a atteint 192 millions d’euros (T1 2010 : 83 millions d’euros).

Le résultat net (perte) est de - 12 millions d’euros (T1 2010 : 103 millions d’euros), soit un résultat par action de - 0,01 € (BPA au T1 2010 : 0,13 euro). Le résultat financier est de - 197 millions d’euros (T1 2010 : 77 millions d’euros). Le montant des intérêts, de - 47 millions d’euros, reste globalement stable par rapport au niveau de 2010 (T1 2010 : - 53 millions d’euros). Parallèlement, les autres éléments du résultat financier se sont considérablement dégradés, avec un recul de 280 millions d’euros en glissement annuel, pour s’établir à -150 millions d’euros (T1 2010 : 130 millions d’euros). Le principal changement découle de la réévaluation comptable négative des actifs en numéraire du Groupe libellés en dollars américains et en livres sterling, en raison de la détérioration du taux de change à la clôture fin mars 2011, par rapport à fin décembre 2010. Le changement de la valeur temps des options de couverture d’EADS a également conduit à une évaluation négative.

D’autre part, la modification nette de la juste valeur des couvertures de flux de trésorerie a eu un impact positif d’1,8 milliard d’euros sur les fonds propres d’EADS.

Les dépenses de R&D autofinancées ont augmenté pour atteindre 650 millions d’euros (T1 2010 : 572 millions d’euros), principalement sous l’effet du développement de l’A350 XWB à Airbus.

Le flux de trésorerie disponible avant financement-clients s’est amélioré, pour atteindre 208 millions d’euros (T1 2010 : - 972 millions d’euros), grâce à une meilleure performance opérationnelle. L’évolution favorable du fonds de roulement, de 1,2 milliard d’euros, est tirée par la hausse des avances-clients reçues partiellement gommée par la montée en puissance des stocks, notamment chez Airbus. Comme prévu, le niveau des investissements a légèrement augmenté par rapport à l’année dernière, du fait de la poursuite des investissements pour le programme A350 XWB. Les financements-clients ont généré quelque 100 millions d’euros de trésorerie au premier trimestre compte tenu du dynamisme persistant des loueurs d’avions et du secteur bancaire. Le flux de trésorerie disponible après financement-clients s’est élevé à 309 millions d’euros (T1 2010 : - 1 124 millions d’euros).

La position de trésorerie nette d’EADS a atteint 12,2 milliards d’euros (fin 2010 : 11,9 milliards d’euros). Elle continue à offrir une base solide pour couvrir les besoins opérationnels du Groupe et alimenter sa croissance future.

Les prises de commandes(4) du Groupe, d’un montant de 6,3 milliards d’euros sont moins élevées par rapport à la même période de l’exercice précédent (T1 2010 : 14,4 milliards d’euros), un chiffre qui incluait un nombre important de commandes d’avions commerciaux A330 et A350 XWB chez Airbus. Le chiffre des prises de commandes pour le premier trimestre 2011 est net des annulations et conversions qui concernent 68 avions commerciaux. Fin mars 2011, le carnet de commandes(4) d’EADS atteignait 422,4 milliards d’euros (fin 2010 : 448,5 milliards d’euros), ce qui confère au Groupe une bonne visibilité pour l’avenir. Le carnet de commandes d’Airbus Commercial a été réévalué à la baisse en raison d’un impact négatif d’environ 22 milliards d’euros à la suite de la détérioration du taux de clôture du dollar américain face à l’euro depuis fin 2010. Le carnet de commandes des activités de défense est presque stable, à 57 milliards d’euros (fin 2010 : 58,3 milliards d’euros).

A la fin du mois de mars 2011, EADS comptait 122 899 salariés (fin 2010 : 121 691).

 

Perspectives

EADS confirme ses perspectives pour l’exercice 2011, basées sur un taux de clôture de 1 € pour 1,35 US $. En 2011, Airbus prévoit de livrer 520 à 530 avions commerciaux, avec un niveau de commandes brutes qui devrait être supérieur au chiffre des livraisons. Le chiffre d’affaires 2011 devrait être supérieur au chiffre d’affaires de l’exercice 2010.

EADS table sur la stabilité de l’EBIT* avant éléments non-récurrents en 2011 par rapport à 2010, à environ 1,3 milliard d’euros. La hausse des volumes et des prix chez Airbus Commercial est globalement contrebalancée par la dégradation des taux de couverture, l’augmentation des dépenses de R&D et un mix produits moins favorable chez Cassidian.

À l’avenir, la performance de l’EBIT* reporté et du BPA d’EADS dépendra de la capacité du Groupe à exécuter les programmes A400M, A380 et A350 XWB, conformément aux engagements pris envers ses clients.

L’EBIT* reporté et le BPA dépendent également de l’évolution des taux de change. Sur une hypothèse de 1 € pour 1,35 US $, le Groupe prévoit en 2011 un BPA supérieur à celui de 2010 qui s’élevait à 0,68 euro. EADS s’attend à un flux de trésorerie disponible positif en 2011.

En 2012, le Groupe prévoit d’enregistrer une nette amélioration de son EBIT* avant éléments non-récurrents, grâce à une hausse des volumes, à de meilleurs prix et à une amélioration de la performance du programme A380 d’Airbus.

Divisions d’EADS : poursuite de la hausse du trafic passagers, signes de reprise en vue sur le marché des hélicoptères civils et pression sur les budgets de la défense en Europe

Le chiffre d’affaires consolidé d’Airbus, d’un montant de 7 013 millions d’euros, a progressé de 12 % par rapport à la même période de l’année dernière (T1 2010 : 6 264 millions d’euros). L’EBIT* consolidé d’Airbus s’est élevé à 115 millions d’euros (T1 2010 : 7 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Airbus Commercial s’est établi à 6 707 millions d’euros (T1 2010 : 5 989 millions d’euros). 119 avions commerciaux ont été livrés, (T1 2010 : 122 avions dont 119 comptabilisés en chiffre d’affaires) dont quatre A380. En comparaison avec l’année précédente, le chiffre d’affaires d’Airbus Commercial a bénéficié d’un effet positif en termes de mix. L’EBIT* reporté d’Airbus Commercial a augmenté pour atteindre 125 millions d’euros (T1 2010 : 6 millions d’euros). En comparaison avec l’année précédente, l’EBIT* avant éléments non-récurrents d’Airbus Commercial, d’un montant d’environ 170 millions d’euros (T1 2010 : 80 millions d’euros environ) a bénéficié d’effets de mix favorables et d’une amélioration des prix nette d’inflation. Cette performance sous-jacente inclut également des effets liés à un échelonnement favorable, notamment des coûts non liés à la fabrication qui devrait s’inverser au fur et à mesure de l’année. L’amélioration par rapport au premier trimestre 2010 est en partie gommée par une détérioration des taux de couverture d’environ 110 millions d’euros et par une augmentation des dépenses de R&D, en particulier au titre de l’A350 XWB.

Le chiffre d’affaires d’Airbus Military a augmenté de 13 %, à 434 millions d’euros (T1 2010 : 384 millions d’euros), grâce à la comptabilisation d’un chiffre d’affaires de 165 millions d’euros au titre du programme A400M (T1 2010 : 0 million d’euros). L’EBIT* d’Airbus Military est resté stable, à 1 million d’euros (T1 2010 : 1 million d’euros).

Airbus a reçu 69 commandes commerciales brutes au premier trimestre, dont 10 A380. Au cours de la même période, 68 annulations ont été enregistrées. Le succès commercial immédiat de l’A320neo (option nouveau moteur) se poursuit, avec des engagements qui dépassent les 330 avions quatre mois à peine après le lancement du programme. En réponse à cet accueil positif du marché, Airbus a avancé sa date de mise en service à octobre 2015.

Les avancées se poursuivent au niveau de la production de l’A350 XWB : le panneau de fuselage le plus volumineux, en fibre de carbone, est terminé. Le démarrage de la ligne d’assemblage final est toujours programmé pour la fin d’année, l’entrée en service pour le second semestre 2013 mais le programme demeure ambitieux.

Airbus Military a livré 3 C295 au Mexique, au Chili et au Portugal. Le Yémen a passé commande d’un nouveau CN235. L’amendement au contrat de l’A400M a été signé début avril. Les essais en vol se poursuivent et la production en série du programme a démarré dès février. Le premier avion ravitailleur multirôle A330 (MRTT) destiné à l’armée de l’air saoudienne a réalisé avec succès son vol inaugural.

Au 31 mars 2011, le carnet de commandes consolidé d’Airbus était évalué à 374,9 milliards d’euros (fin 2010 : 400,4 milliards d’euros). Le carnet de commandes d’Airbus Commercial a atteint 353,6 milliards d’euros (fin 2010 : 378,9 milliards d’euros), ce qui représente 3 434 appareils (fin 2010 : 3 552 appareils). Il a été revu à la baisse à cause d’un impact négatif d’environ 22 milliards d’euros imputable à la détérioration du taux de clôture du dollar américain depuis fin 2010. Ce carnet de commandes sous-tend une augmentation significative en volume à moyen terme pour l’ensemble de la gamme de produits. Le carnet de commandes d’Airbus Military s’élève à 239 avions. Il est resté stable à 22,5 milliards d’euros (fin 2010 : 22,8 milliards d’euros). 

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter du premier trimestre 2011 a atteint 823 millions d’euros (T1 2010 : 798 millions d’euros). Au total, 81 hélicoptères ont été livrés, (T1 2010 : 86 hélicoptères). L’EBIT* de la Division est passé à 31 millions d’euros (T1 2010 : 26 millions d’euros), soutenu par un effet de mix favorable. La montée en puissance des dépenses de R&D arrivera plus tard sur 2011.

Eurocopter a participé au salon HeliExpo 2011 à Orlando, en Floride. Ce fut l’occasion de dévoiler son EC145 T2 bardé d’innovations, représentant la prochaine génération de son bimoteur EC145. Ce salon a également permis à Eurocopter de présenter l’évolution de la gamme de ses produits, désormais disponibles dans de nouvelles variantes améliorées pour quatre hélicoptères légers, moyens et lourds. Eurocopter a également signé des contrats et autres lettres d’intention concernant 68 hélicoptères, ce qui illustre les premiers signes d’une reprise, notamment sur le marché civil américain. Ces nouveaux contrats et lettres d’intention incluent 15 EC175 avec l’opérateur russe UTair. Le cumul des commandes nettes enregistrées à la fin du trimestre concernait 99 nouveaux hélicoptères, un chiffre qui dépasse les 84 commandes nettes comptabilisées l’année dernière.

En mars, Eurocopter a annoncé la signature d’un accord visant à l’acquisition de Vector Aerospace Corporation, leader mondial de la prestation de services de maintenance, réparations et entretien (MRO) pour hélicoptères multi-plateformes ainsi que pour réacteurs d’avions et moteurs d’hélicoptères. Cette acquisition marque un grand pas en avant dans la stratégie d’élargissement de l’ancrage international des services d’Eurocopter, dans le sillage des objectifs stratégiques d’EADS définis dans sa Vision 2020. La finalisation de l’opération est à présent conditionnée par l’obtention de certaines approbations réglementaires usuelles, ainsi que par l’acquisition du nombre de parts suffisant pour atteindre le seuil légal requis. Le carnet de commandes d’Eurocopter est resté stable à 14,5 milliards d’euros (fin 2010 : 14,6 milliards d’euros), avec 1 140 hélicoptères (fin 2010 : 1 122 hélicoptères).

Le chiffre d’affaires d’Astrium du premier trimestre 2011 a progressé de 27 %, à 1 171 millions d’euros (T1 2010 : 924 millions d’euros), de même que son EBIT* qui s’établit à 52 millions d’euros
(T1 2010 : 41 millions d’euros). Ces chiffres traduisent un démarrage en flèche de l’exercice, sur fond de bonnes performances opérationnelles. La hausse du chiffre d’affaires par rapport au premier trimestre 2010 est liée à des volumes plus importants dans les lanceurs, les satellites de télécommunications et d’observation de la terre. La hausse de l’EBIT a été réduite par la diminution des volumes dans les services de géo-information qui pâtissent de l’environnement actuel de cette activité. La division continue à mettre en œuvre son programme de transformation AGILE dans le but d’accroître les gains d’efficacité et de se préparer à opérer dans un environnement concurrentiel complexe. La mise en œuvre d’AGILE s’accompagnera de coûts non-récurrents supplémentaires et d’une hausse des dépenses de R&D au cours des trimestres à venir.

Astrium a procédé au premier trimestre 2011 au lancement couronné de succès du véhicule de transfert automatisé (ATV) « Johannes Kepler », marquant ainsi le 42ème lancement réussi consécutif d’Ariane 5. L’ATV, construit par Astrium, a exécuté une manœuvre parfaite pour s’arrimer automatiquement à la Station Spatiale Internationale.

Les prises de commandes d’Astrium ont atteint 781 millions d’euros au premier trimestre (T1 2010 : 1 234 millions d’euros). Ces commandes comprennent deux contrats à l’export, dont l’un concerne un satellite d’observation de la terre pour le Vietnam et l’autre un contrat d’équipement pour le centre d’essais et d’intégration de satellites du Kazakhstan. Fin mars 2011, le carnet de commandes d’Astrium s’élevait à 15,3 milliards d’euros (fin 2010 : 15,8 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires de Cassidian s’est établi à 878 millions d’euros au premier trimestre 2011 (T1 2010 : 928 millions d’euros). Parallèlement à l’effet saisonnier habituel, ce chiffre reflète un échelonnement défavorable des volumes d’Eurofighter. Cette baisse est également imputable à une diminution des volumes dans les communications sécurisées. L’EBIT a reculé pour atteindre 8 millions d’euros (T1 2010 : 21 millions d’euros). Les dépenses de R&D, d’un montant de 53 millions d’euros, se concentrent essentiellement sur les drones et les communications sécurisées.

Comme précédemment annoncé, Cassidian commence à ressentir les premiers effets des pressions qui pèsent sur les budgets de la défense dans les pays d’origine du Groupe. Cela se traduit à la fois par des prises de commandes différées, ainsi que des pressions sur les dépenses de R&D qui se maintiennent encore à un niveau élevé. Le gouvernement allemand a ainsi repoussé l’annonce de ses projets de réforme de la défense à une date ultérieure cette l’année. Parallèlement, Cassidian poursuit les préparatifs de son programme de transformation et développe sa stratégie de croissance mondiale, notamment dans le domaine de la sécurité. Au premier trimestre, Cassidian et Atlas Elektronik ont annoncé la création de Signalis, leader mondial des solutions de sûreté et de sécurité maritimes.

Les prises de commandes du trimestre ont atteint 821 millions d’euros (T1 2010 : 964 millions d’euros). Parmi les commandes de la période figurent un contrat pour EMIRAJE Systems, une co-entreprise entre Cassidian et C4 Advanced Solutions. Le contrat porte sur la première phase du système de commandement et de contrôle des Émirats Arabes Unis. Fin mars 2011, le carnet de commandes de la Division se maintient à un niveau solide, à 16,7 milliards d’euros (fin 2010 : 16,9 milliards d’euros).

Siège et Autres Activités (non rattachées à une Division)

Le chiffre d’affaires des Autres Activités est resté stable à 246 millions d’euros (T1 2010 : 246 millions d’euros), la montée en puissance des livraisons d’hélicoptères utilitaires légers par rapport au précédent exercice et la hausse du chiffre d’affaires de Sogerma ayant été contrebalancées par la diminution des livraisons chez ATR. L’EBIT* des Autres Activités s’est établi à - 3 millions d’euros (T1 2010 : - 1 million d’euros), à la suite de la baisse des livraisons chez ATR conformément aux prévisions ; celle-ci a toutefois été atténuée par la reprise des activités de maintenance, réparations et entretien des réacteurs de jets chez Sogerma.

Avec 25 commandes déjà reçues (T1 2010 : 8 commandes) et un dynamisme commercial qui ne s’essouffle pas, ATR a connu un début d’année prometteur. Les livraisons en 2011 sont plus nombreuses en fin qu’en début d’année, avec six appareils livrés au premier trimestre (T1 2010 : 13 livraisons).

En janvier 2011, EADS North America a reçu un contrat de Lockheed Martin portant sur la fourniture de son radar TRS-3D pour équiper les futurs navires de combat de la marine américaine. Aux termes de ce contrat, EADS North America livrera le premier radar à Lockheed Martin en vue d’une installation en 2012.

Au 31 mars 2011, le carnet de commandes des Autres Activités s’élevait à 2,6 milliards d’euros (fin 2010 : 2,5 milliards d’euros). Les prises de commandes, à près de 400 millions d’euros au premier trimestre, attestent de la solidité de la demande en avions ATR dans un contexte marqué par la hausse des prix du kérosène. Le carnet de commandes de Sogerma a bénéficié de la hausse des cadences de production chez Airbus et ATR.


* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur-clé de ses performances économiques. L’expression « éléments exceptionnels » désigne des éléments tels que les dotations aux amortissements des ajustements à la juste valeur se rapportant à la fusion EADS, à la création de la société Airbus intégrée et à la création de MBDA, ainsi que les dépréciations constatées en résultat sur les écarts d’acquisition générés à l’occasion de ces transactions.

EADS est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2010, le Groupe – qui comprend Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – a dégagé un chiffre d’affaires de 45,8 milliards d’euros, avec un effectif de près de 122 000 personnes.

 

Point presse :
Téléconférence en direct sur Internet de la conférence téléphonique destinée aux analystes
Vous pouvez écouter, aujourd’hui à 11h00 CET, la téléconférence avec les analystes donnée par Hans Peter Ring, Directeur financier d’EADS, sur le site Internet d’EADS www.eads.com.
Cliquez sur la bannière située sur la page d’accueil. Une version sur demande sera disponible après la transmission en direct.
 

EADS – Résultats du premier trimestre 2011 (non audités)
(en euros)

 

Notes de bas de pages :
1) Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciation, amortissements et éléments exceptionnels ;
2) Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d’acquisition et éléments exceptionnels ;
3) EADS continue d’employer le terme « Résultat net », qui est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS ;
4) Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent sur la base des prix catalogue ;
5) A la suite de l’intégration de l’ancienne Division Avions de Transport Militaire au sein de la Division Airbus, Airbus répartit ses activités et ses résultats en deux pôles : Airbus Commercial et Airbus Military. Le périmètre d’Airbus Commercial comprend EFW et les aérostructures, mais exclut l’activité liée à l’A400M. Airbus Military intègre l’ancienne Division Avions de Transport Militaire, ainsi que l’ensemble des activités liées à l’A400M. Les éliminations sont traitées au niveau de la Division.

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits, mais à des prévisions ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document et supposent certains risques et incertitudes, connus ou inconnus, susceptibles d’induire d’importantes différences entre les résultats, performances ou événements réels et ceux anticipés dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué les termes «anticiper», «estimer», «prévoir», «pouvoir»,  «projeter» et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses concernant notamment, à titre non-limitatif ; la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement-clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Ces informations prévisionnelles ne sont assorties d’aucune certitude et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative par rapport à ces prévisions, en fonction de nombreux facteurs, y compris, à titre non-limitatif, les facteurs suivants : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aéronautique et spatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques. Le « Document d’Enregistrement » de la Société daté du 19 avril 2011 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs. Pour plus d’informations, voir www.eads.com.

 

Your contact

Matthieu Duvelleroy

Corporate Media Relations France

Airbus delivers 50th A320 Family aircraft assembled in the U.S.

en

Azores Airlines takes delivery of its first A321neo

en

Airbus Board of Directors Announces Top Management Succession Plan

en fr de es
Back to top