In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

07 November 2007
Company

Les défis de certains programmes majeurs en développement pèsent sur le redressement d’EADS

Amsterdam

  • L’EBIT* chute à – 343 millions d’euros
  • L’EBIT* des 9 premiers mois est pénalisé par les charges liées à l’A400M (T3 2007), à Power8 et à l’A350 XWB (S1 2007)
  • EADS prévoit un EBIT* 2007 globalement à l’équilibre
  • Les flux de trésorerie disponible ont progressé grâce à de meilleurs contributions des activités. La position nette de trésorerie s’élevait à 4,5 milliards d’euros
  • Les prises de commandes ont plus que triplé

EADS (symbole boursier EAD) a enregistré de bonnes performances commerciales et opérationnelles dans ses programmes en cours de production. Toutefois, l’EBIT* des neufs premiers mois a souffert des charges de restructuration et des coûts de développement de nouveaux programmes. Les conséquences financières du programme A400M ont notamment amené EADS à réviser ses perspectives d’EBIT* pour 2007. Le Groupe prévoit désormais un EBIT* globalement à l’équilibre pour l’ensemble de l’exercice.

« Ce n’est pas le moment de baisser la garde», assure Louis Gallois, CEO d’EADS. La baisse du dollar confirme la nécessité persistante de mettre en œuvre et de renforcer Power8. Cette obligation, ajoutée à la complexité des programmes qui déterminent notre compétitivité de demain – technologique et commerciale – signifie que nous devons poursuivre nos efforts sur la réduction de nos coûts, l’optimisation opérationnelle et, en ce qui concerne l’A400M, nous garantir un soutien suffisant de la part de nos partenaires comme de nos clients. Il n’y a pas d’autres moyens que de renforcer notre efficacité pour assurer la compétitivité d’EADS sur le long terme. Au-delà de ces difficultés, les divisions d’EADS continuent d’améliorer leurs performances opérationnelles et assurent la solidité fondamentale du Groupe. »

Airbus a augmenté ses livraisons à 330 appareils sur les neuf premiers mois de l’année, notamment celles de la famille A320. Airbus enregistre par ailleurs les premiers résultats du programme de restructuration Power8. Le premier A380 livré à Singapore Airlines a commencé son exploitation commerciale le 25 octobre 2007. Eurocopter a assuré avec succès la montée en cadence de sa production d’hélicoptères de série, et ses activités de service. EADS Astrium bénéficie du développement des services Paradigm et a augmenté le rythme de production de ses lanceurs Ariane 5. La division Défense & Sécurité a accru son efficacité opérationnelle, dans ses activités Systèmes Aériens Militaires comme dans ses activités Systèmes de Défense et de Communication.

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 27,8 milliards d’euros sur 9 mois, (9m 2006: 27,5 milliards d’euros). Cette évolution reflète l’augmentation du nombre d’avions commerciaux livrés par Airbus (330 appareils contre 320 sur la même période en 2006). Le chiffre d’affaires bénéficie également de la hausse des volumes chez Eurocopter et EADS Astrium. Cette évolution légèrement favorable a été obtenue malgré la diminution du chiffre d’affaires généré par l’A400M (- 677 millions d’euros), en raison de moins d’étapes d’avancement et malgré l’impact défavorable du dollar (- 660 millions d’euros).

L’EBIT* d’EADS a chuté sur les 9 premiers mois de 2007 (hors écarts d’acquisition et éléments exceptionnels à - 343 millions d’euros, (9m 2006 : 1 426 millions d’euros). L’EBIT* a été lourdement pénalisé par des provisions de 1,37 milliard d’euros au titre du programme A400M, dont 1,1 milliard d’euros chez Airbus. L’EBIT* des neufs premiers mois a également été affecté par les charges de restructuration du plan Power8 et par les coûts de lancement de l’A350 XWB. (Ces deux charges ont été comptabilisées au premier semestre 2007). Toutefois, le Groupe a enregistré sur les neuf premiers mois de l’année une amélioration continue de la performance opérationnelle de ses programmes en production. L’augmentation des livraisons Airbus et la croissance des activités des hélicoptères civils, de l’espace et de la défense y contribuent positivement.

EADS a enregistré une perte nette de 705 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2007, contre un résultat net de 867 millions
d’euros sur les neufs premiers mois de 2006. La perte par action ressort à 0,88 euro, contre un bénéfice par action de 1,08 euro sur les neuf premiers mois de 2006.

Les dépenses de R&D autofinancées ont augmenté de 1 691 à 1 906 millions d’euros. Ce chiffre reflète la poursuite des programmes de développement chez Airbus.

Les flux de trésorerie disponible avant financement client se sont élevés à 216 millions d’euros (9m 2006 : - 695 millions d’euros), grâce à l’amélioration des flux de trésorerie provenant de l’exploitation et à la diminution des investissements. L’augmentation des avances clients a que partiellement compensé la hausse des stocks et des règlements aux fournisseurs. Les flux de trésorerie disponible avant financement clients se sont légèrement améliorés, à 159 millions d’euros (9m 2006 : - 153 millions d’euros). Les effets favorables décrits ci-dessus ont été partiellement affectés par une moindre contribution du financement des clients. La trésorerie nette a légèrement progressé sur les neuf premiers mois de 2007, pour s’établir à 4,5 milliards d’euros (4,2 milliards d’euros à fin 2006).

Les prises de commandes d’EADS ont atteint 82,6 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année (25,7 milliards d’euros 9m 2006). Cette performance reflète l’augmentation significative des prises de commandes enregistrées par Airbus (+ 374 %), par Eurocopter (+ 43 %) et par la division Défense & Sécurité (+ 38 %). Le Groupe a bénéficié de la solidité de la demande et d’un portefeuille de produits compétitifs. Cette croissance a été en partie gommée par la faiblesse de l’USD.

A fin septembre 2007, le carnet de commandes d’EADS s’élevait à 304,7 milliards d’euros, (262,8 milliards d’euros à fin 2006), en dépit d’un ajustement de - 13 milliards d’euros dû au fléchissement du dollar. Les commandes d’avions commerciaux sont calculées sur la base de prix catalogue. Le carnet de commandes des activités de défense du Groupe a continué à s’étoffer grâce aux nouveaux contrats des divisions Eurocopter et Défense & Sécurité. Il atteint 55,4 milliards d’euros au 30 septembre 2007, (52,9 milliards d’euros à fin 2006).

Au 30 septembre, EADS employait 117 266 personnes (fin 2006 :116 805 personnes).

Perspectives

Le chiffre d’affaires d’EADS devrait légèrement baisser en 2007 par rapport à l’exercice 2006, sur la base de 440 à 450 avions livrés – essentiellement en raison de la prise en compte d’un taux de change de 1 euro = 1,40 dollar.

Dans le contexte actuel, l’EBIT* annuel est attendu globalement à l’équilibre pour 2007, reflétant les bons résultats des programmes en cours de production, et une détérioration plus faible qu’attendue du prix des avions livrés. Cette prévision d’EBIT* se fonde sur les mêmes hypothèses pour l’A400M que celles qui ont conduit à une prise de provisions sur le troisième trimestre. Elle ne tient pas compte d’un réajustement potentiel des provisions dues aux fluctuations à court terme des taux de change.

Les flux de trésorerie disponible devraient être supérieurs à 1 milliard d’euros en 2007 compte tenu de la vente des revenus générés par Paradigm auprès du MOD britannique.

Même si cette opération n’est pas réalisée, le flux de trésorerie disponible devrait rester positif dans tous les cas.

Divisions : solidité des fondamentaux

Le chiffre d’affaires de la division Airbus s’établit à 18 856 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2007, en légère progression par rapport aux 18 570 millions d’euros affichés sur la période équivalente de 2006. Cette augmentation reflète un effet de volume favorable, en dépit de la baisse du chiffre d’affaires comptabilisé sur le programme A400M (-250 millions d’euros pour la part d’activité d’Airbus) et de l’impact négatif de l’évolution de l’USD (- 660 millions d’euros). Airbus a livré 330 appareils sur les trois premiers trimestres de 2007, contre 320 appareils sur la période équivalente de 2006. L’EBIT* des neuf premiers mois de 2007 s’est contracté à - 677 millions d’euros, contre 1 150 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2006. Il subit notamment l’impact d’une provision liée à la révision du calendrier de livraison de l’A400M. L’EBIT* à fin septembre est également affecté de manière importante par les provisions du plan de restructuration Power8 et par les coûts de lancement de l’A350 XWB. Ces deux charges ont été comptabilisées au premier semestre 2007. Enfin, l’EBIT* a été affecté par l’augmentation des dépenses de recherche et développement. En revanche, l’EBIT* a bénéficié d’un effet volume positif et des premières économies dégagées par le plan Power8.

Le programme de restructuration Power8 est la clé de la rentabilité et de la compétitivité à long terme d’EADS. Mise en place le 1er octobre, la nouvelle organisation intégrée et transnationale est une importante étape d’harmonisation de la collaboration et des processus. Des accords ont été conclus avec les partenaires sociaux pour permettre la réduction des frais de structure. Airbus a également avancé dans son processus de sélection de partenaires à long terme pour plusieurs sites. Tous les autres modules ont enregistré des progrès et d’ici fin 2007 Airbus prévoit de dégager des économies à un rythme annuel d’environ 300 millions d’euros.
Le maintien d’une forte demande sur le marché de l’aviation commerciale s’est traduit par de nouvelles commandes portant sur l’ensemble du portefeuille d’appareils proposés par Airbus. Airbus aura ainsi reçu 854 commandes brutes sur les neuf premiers mois de 2007. Les meilleures ventes concernent la famille A320, les commandes s’élèvent à 525 appareils. 320 commandes ont été obtenues sur le segment des long-courriers et neuf A380 supplémentaires ont été vendus. À fin septembre, Airbus avait reçu 173 commandes fermes et intentions d’achat pour son très gros porteur. British Airways a passé une commande de 12 appareils de ce type, réaffirmant ainsi l’intérêt du marché pour l’A380. Le premier A380 a été livré à Singapore Airlines le 15 octobre dernier ; il est récemment entré en service. Airbus a également annoncé 154 commandes fermes. Au 30 septembre 2007, le carnet de commandes d’Airbus s’élevait à 248,5 milliards d’euros (210,1 milliards d’euros à fin 2006), sur la base des prix catalogue. En termes d’unités, le carnet de commandes a encore augmenté pour atteindre 2 994 appareils (2 533 appareils à fin 2006).

Le chiffre d’affaires de la division Avions de Transport Militaire a chuté pour s’établir à 1 014 millions d’euros, (1 699 millions sur les neuf premiers mois de 2006). Ce repli fait suite à une baisse de 677 millions d’euros du chiffre d’affaires en raison de moins d’étapes d’avancement du programme par rapport à 2006. L’EBIT* de la division sur les neuf premiers mois de 2007 recule ainsi à - 144 millions d’euros, contre 22 millions d’euros sur la période équivalente de 2006. Ce chiffre tient compte des provisions liées au nouveau calendrier de livraison de l’A400M et de provisions pour dépréciation de stocks.

En ce qui concerne l’initiative de financement privé (PFI) du programme britannique de futurs ravitailleurs en vol (FSTA), le consortium AirTanker, (EADS détient 40 % et est fournisseur de la plateforme) a réalisé d’importants progrès dans la finalisation des contrats avec le ministère britannique de la défense, la sélection de la structure de financement et la sélection des prêteurs. Sur les autres versions d’avions ravitailleurs que la division introduit actuellement sur le marché, le système de ravitaillement par perche est en phase de finalisation et poursuit ses essais en vol.

En juillet, la division a reçu une commande de l’armée de l’air espagnole pour 2 avions de transport militaire C-295 supplémentaires. En octobre, 4 autres appareils de ce type ont été acquis par l’armée de l’air Colombienne et 3 par la marine chilienne. Enfin, le gouvernement polonais a passé commande de deux C-295 supplémentaires. Le carnet de commande de la division Avions de Transport Militaire totalisait 19,6 milliards d'euros à fin septembre 2007 (20,3 milliards d’euros à fin 2006).

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a progressé de 10 %, à 2 599 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2007, (2 364 millions d’euros sur 9m 2006). Cette augmentation est principalement due à la montée en cadence de la production d'hélicoptères de série et au développement des activités de service. En dépit d’un mix produits favorable, et de l’amélioration des volumes – en particulier pour les hélicoptères civils -, l’EBIT* de la division a légèrement reculé à 113 millions d’euros sur neuf mois (131 millions d’euros sur 9 mois en 2006) en raison de coûts à terminaison du programme NH90, comptabilisés au premier semestre 2007. Eurocopter a livré 319 hélicoptères entre janvier et septembre 2007, soit 24 % de plus que sur la même période de l’année précédente. Eurocopter a livré 8 UH-72A à l’armée américaine dans le cadre du programme LUH (hélicoptères utilitaires légers) ; 12 de ces machines sont désormais entrées en service, en avance sur le calendrier.

Outre ses réalisations dans le domaine des hélicoptères militaires, Eurocopter a considérablement accru sa position sur le marché des opérateurs pétroliers et gaziers. Par ailleurs, Eurocopter a reçu d’importantes commandes, tous segments confondus, de la part de clients nord-américains. La forte demande s’est traduite par des prises de commandes record, en hausse de 43% par rapport aux trois premiers trimestres de 2006. Eurocopter a enregistré 658 commandes, contre 471 unités sur les neuf premiers mois de 2006. Son carnet de commandes représente 1 413 hélicoptères, contre 1 074 unités à fin 2006, pour une valeur de 13,9 milliards d’euros, contre 11 milliards d’euros à fin 2006.

EADS Astrium a tenu ses engagements. Son chiffre d’affaires a progressé de 12 % pour atteindre 2 191 millions d’euros (9m 2006 : 1 960 millions d’euros). Cette évolution reflète la progression des services Paradigm, la montée en puissance de la production d’Ariane 5 et la croissance des ventes de missiles balistiques. L’EBIT* a fait un bond pour atteindre 71 millions d’euros, contre 48 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2006,
notamment grâce à la hausse des volumes dans le transport spatial et les activités de services.

Quatre lancements d’Ariane 5 ECA ont été réalisés avec succès et deux autres sont prévus d’ici la fin de l’année. EADS Astrium a reçu des commandes pour quatre satellites de télécommunications sur les trois premiers trimestres de 2007, ce qui porte son carnet de commandes à 15 satellites. EADS Astrium fournira un système de communication par satellite à Yahsat (Abu Dhabi). A fin septembre 2007, le carnet de commandes de la division s’établissait à 12,8 milliards d’euros, contre 12,3 milliards à fin 2006.

Le chiffre d’affaires de la division Défense & Sécurité s’est élevé à 3 414 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2007, contre 3 553 millions d’euros sur la période équivalente de 2006 en raison d’une baisse du chiffre d’affaires des activités missiles. L’EBIT* ressort à 133 millions d’euros, contre 160 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2006. Cette évolution reflète avant tout l’impact d’éléments non récurrents intervenus en 2006, notamment la cession de LFK à MBDA. L’amélioration de la performance opérationnelle des Systèmes Aériens Militaires et des Systèmes de Défense et de Communication a compensé en partie ces évènements non récurrents constatés en 2006. Les coûts de structure ont également diminué.

L’activité missiles a obtenu un contrat du ministère de la Défense britannique, portant sur la maintenance du système de défense aérienne Rapier de ses forces armées. En septembre, le gouvernement d’Arabie Saoudite a conclu un accord avec le gouvernement britannique en vue de l’achat de 72 Eurofighter. En tant que participant au programme Eurofighter, EADS bénéficiera d’une augmentation de son plan de charge. Renforcé par de nouveaux contrats dans les activités « sécurité globale » (y compris FireControl au Royaume-Uni), Eurofighter et Eurohawk, le carnet de commandes de la division est passé de 17,6 milliards d’euros à fin 2006 à 18,1 milliards d’euros à fin septembre 2007.

Les activités institutionnelles, militaires et de sécurité d’EADS subissent de fortes influences saisonnières. L’évolution des principaux indicateurs de performance des premiers trimestres (chiffre d’affaires, EBIT* et flux de trésorerie) n’est donc généralement pas représentative de la performance sur l’ensemble de l’exercice pour ces activités.

Sièges et Autres Activités (n’étant rattachées à aucune division)

Le chiffre d’affaires des Autres Activités (ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma) s’est élevé à 877 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2007, contre 922 millions d’euros sur les neuf premiers mois de 2006. Cette évolution traduit notamment la vente des activités maintenance de EADS Sogerma à TAT Groupe en 2006, en partie compensée par une augmentation des chiffres d’affaires d’ATR, EADS EFW et EADS Socata. L’EBIT* a augmenté de manière significative. Il s’établit à 69 millions d’euros, (- 187 millions d’euros pour la période équivalente de l’exercice précédent, qui avait été affectée par des provisions chez EADS Sogerma liées à la vente de certaines de ses activités). Chacune des quatre entités a contribué de manière positive à l’EBIT* des trois premiers trimestres de 2007.
Le constructeur d’avions régionaux ATR a reçu 75 commandes au cours des trois premiers trimestres de 2007, grâce à une conjoncture très favorable aux turbopropulseurs. Le carnet de commandes à fin septembre s'élève à 165 appareils. ATR a récemment annoncé le lancement des nouvelles versions de sa famille d’appareils : les nouveaux ATR 42-600 et ATR 72-600 bénéficieront des toutes dernières technologies dans le domaine de l’avionique et des moteurs. Ils offriront une capacité accrue tout en bénéficiant de l’efficacité démontrée des versions actuelles. EADS EFW a livré 14 avions convertis en appareils de fret et développé sa production d’aérostructures, afin de répondre à l’augmentation des cadences de production d’Airbus. Dans le cadre de la coopération portant sur la conversion d’A320 en appareils de fret, les partenaires ont lancé la construction de leurs centres en Russie et en Allemagne. EADS Socata a livré 28 exemplaires de son TBM 850 et reçu 61 nouvelles commandes pour cet appareil sur les neuf premiers mois de 2007, confortant ainsi le succès international de son mono-réacteur très rapide à turbo-propulsion. Le carnet de commandes des TBM 850 s’établit à 58 avions. La valeur totale du carnet de commandes des Autres Activités s’élève à 2,3 milliards d’euros au 30 septembre 2007, contre 2,3 milliards d’euros à fin 2006.

EADS est un leader mondial de l’aérospatiale, de la défense et des services associés. En 2006, EADS a généré un chiffre d’affaires de 39,4 milliards d’euros et employait environ 117 000 personnes. Le Groupe comprend l’avionneur Airbus, Eurocopter, premier constructeur d’hélicoptères au monde, et le leader européen des programmes spatiaux d’Ariane à Galileo, EADS Astrium. EADS est également le principal partenaire du consortium Eurofighter et l’architecte de l’avion de transport militaire A400M. Le Groupe détient une partie du capital de la joint venture MBDA, leader mondial des systèmes de missiles.

EADS Corporate Communications:

Alexander Reinhardt Tel.: +49 89 60 74 42 35
Edmund Reitter Tel.: +49 89 60 73 45 10
Corinne Meutey Tel.: +33 1 42 24 20 63
José María Palomino Tel.: +34 91 5 85 77 88

EADS – Résultats des neuf premiers mois de 2007

(Montants en euros)

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice de la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS
  4. En 2006, EADS a changé de méthode comptable pour le traitement des retraites, en passant de la méthode du corridor à la constitution de provision par situation nette. Les plus-values et moins-values actuarielles sont donc comptabilisées directement au bilan en provisions pour retraites, en réduction des capitaux propres. L’EBIT des neuf premiers mois de 2006 a donc été ajusté à hauteur de 33 millions d’euros (Airbus : 9 millions d’euros ; Eurocopter : 6 millions d’euros ; EADS Astrium : 3 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 12 millions d’euros ; Siège : 3 millions d’euros). L’EBIT du T3 2006 a été ajusté à hauteur de 11 millions d'euros (Airbus : 3 millions d’euros ; Eurocopter : 2 millions d’euros ; EADS Astrium : 1 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 4 millions d’euros ; Siège : 1 millions d’euros)
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent au prix catalogue.
  6. L’EBIT* du Siège inclut la plus-value réalisée sur la cession de la participation détenue par EADS dans Embraer, sur la cession de locaux à Vélizy (deux opérations réalisées au premier semestre de 2007), les sites de Neuaubing et Nabern et la contribution de Dassault
  7. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

(Montants en millions d’euros)

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice de la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS
  4. En 2006, EADS a changé de méthode comptable pour le traitement des retraites, en passant de la méthode du corridor à la constitution de provision par situation nette. Les plus-values et moins-values actuarielles sont donc comptabilisées directement au bilan en provisions pour retraites, en réduction des capitaux propres. L’EBIT des neuf premiers mois de 2006 a donc été ajusté à hauteur de 33 millions d’euros (Airbus : 9 millions d’euros ; Eurocopter : 6 millions d’euros ; EADS Astrium : 3 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 12 millions d’euros ; Siège : 3 millions d’euros). L’EBIT du T3 2006 a été ajusté à hauteur de 11 millions d'euros (Airbus : 3 millions d’euros ; Eurocopter : 2 millions d’euros ; EADS Astrium : 1 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 4 millions d’euros ; Siège : 1 millions d’euros)
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent au prix catalogue.
  6. L’EBIT* du Siège inclut la plus-value réalisée sur la cession de la participation détenue par EADS dans Embraer, sur la cession de locaux à Vélizy (deux opérations réalisées au premier semestre de 2007), les sites de Neuaubing et Nabern et la contribution de Dassault
  7. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

(Montants en millions d’euros)

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice de la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS
  4. En 2006, EADS a changé de méthode comptable pour le traitement des retraites, en passant de la méthode du corridor à la constitution de provision par situation nette. Les plus-values et moins-values actuarielles sont donc comptabilisées directement au bilan en provisions pour retraites, en réduction des capitaux propres. L’EBIT des neuf premiers mois de 2006 a donc été ajusté à hauteur de 33 millions d’euros (Airbus : 9 millions d’euros ; Eurocopter : 6 millions d’euros ; EADS Astrium : 3 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 12 millions d’euros ; Siège : 3 millions d’euros). L’EBIT du T3 2006 a été ajusté à hauteur de 11 millions d'euros (Airbus : 3 millions d’euros ; Eurocopter : 2 millions d’euros ; EADS Astrium : 1 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 4 millions d’euros ; Siège : 1 millions d’euros)
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent au prix catalogue.
  6. L’EBIT* du Siège inclut la plus-value réalisée sur la cession de la participation détenue par EADS dans Embraer, sur la cession de locaux à Vélizy (deux opérations réalisées au premier semestre de 2007), les sites de Neuaubing et Nabern et la contribution de Dassault
  7. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

EADS – Résultats du troisième trimestre (T3) 2007

(Montants en euros)

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice de la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS
  4. En 2006, EADS a changé de méthode comptable pour le traitement des retraites, en passant de la méthode du corridor à la constitution de provision par situation nette. Les plus-values et moins-values actuarielles sont donc comptabilisées directement au bilan en provisions pour retraites, en réduction des capitaux propres. L’EBIT des neuf premiers mois de 2006 a donc été ajusté à hauteur de 33 millions d’euros (Airbus : 9 millions d’euros ; Eurocopter : 6 millions d’euros ; EADS Astrium : 3 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 12 millions d’euros ; Siège : 3 millions d’euros). L’EBIT du T3 2006 a été ajusté à hauteur de 11 millions d'euros (Airbus : 3 millions d’euros ; Eurocopter : 2 millions d’euros ; EADS Astrium : 1 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 4 millions d’euros ; Siège : 1 millions d’euros)
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent au prix catalogue.
  6. L’EBIT* du Siège inclut la plus-value réalisée sur la cession de la participation détenue par EADS dans Embraer, sur la cession de locaux à Vélizy (deux opérations réalisées au premier semestre de 2007), les sites de Neuaubing et Nabern et la contribution de Dassault
  7. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

(Montants en millions d’euros)

La perte de l’EBIT* provient essentiellement d’Airbus. La provision de 1,1 milliard d’euros pour perte à terme du contrat A400M et la charge trimestrielle liée à l’A380 ont pesé sur l’EBIT d’Airbus au troisième trimestre. Le recul dans la Division Avions de Transport Militaire résulte de l’impact A400M et de la dépréciation des stocks. Les améliorations opérationnelles ont été significatives dans les autres Divisions.

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice de la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS
  4. En 2006, EADS a changé de méthode comptable pour le traitement des retraites, en passant de la méthode du corridor à la constitution de provision par situation nette. Les plus-values et moins-values actuarielles sont donc comptabilisées directement au bilan en provisions pour retraites, en réduction des capitaux propres. L’EBIT des neuf premiers mois de 2006 a donc été ajusté à hauteur de 33 millions d’euros (Airbus : 9 millions d’euros ; Eurocopter : 6 millions d’euros ; EADS Astrium : 3 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 12 millions d’euros ; Siège : 3 millions d’euros). L’EBIT du T3 2006 a été ajusté à hauteur de 11 millions d'euros (Airbus : 3 millions d’euros ; Eurocopter : 2 millions d’euros ; EADS Astrium : 1 millions d’euros ; Défense et Sécurité : 4 millions d’euros ; Siège : 1 millions d’euros)
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent au prix catalogue.
  6. L’EBIT* du Siège inclut la plus-value réalisée sur la cession de la participation détenue par EADS dans Embraer, sur la cession de locaux à Vélizy (deux opérations réalisées au premier semestre de 2007), les sites de Neuaubing et Nabern et la contribution de Dassault
  7. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

* EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne des postes tels que les charges d’amortissement des réévaluations d’actifs liées à la fusion d’EADS, au regroupement d’Airbus et à la constitution de MBDA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles de ces écarts d’acquisition.

Mentions légales :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits mais à des prévisions futures ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document. Ces points de vue et ces hypothèses sont sujets à des risques et incertitudes, connus ou inconnus. Les résultats réels, les performances ou les événements futurs sont donc susceptibles de varier de manière très significative par rapport à ceux présentés, de façon expresse ou implicite, dans ces déclarations.
Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses, concernant notamment, mais pas exclusivement : la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.
Les déclarations prévisionnelles sont sujettes à des incertitudes. Les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative par rapport à ces prévisions, en fonction de nombreux facteurs y compris, à titre non limitatif, les facteurs suivants : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d’EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l’euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.
Le « Document d’Enregistrement » de la société daté du 25 avril 2007 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs.

Airbus delivers 50th A320 Family aircraft assembled in the U.S.

en

Azores Airlines takes delivery of its first A321neo

en

Airbus Board of Directors Announces Top Management Succession Plan

en fr de es
Back to top