In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

25 July 2007
Company

Les résultats semestriels d’EADS soulignent la nécessité de restructurer

Amsterdam

  • Record de prises de commandes reflétant les succès d’Airbus et d’Eurocopter au salon du Bourget
  • L’EBIT* de 367 millions d’euros intègre les coûts de restructuration d’Airbus et les charges liées aux programmes
  • Confirmation des perspectives de l’exercice 2007, qui témoignent des bonnes performances opérationnelles mais soulignent également d’importants défis sur les programmes
  • Le flux de trésorerie disponible 2007 attendu positif
  • Management structure simplified by recent nominations
  • Simplification des structures de direction et récentes nominations

Les résultats semestriels d’EADS (symbole boursier : EAD) reflètent les efforts de restructuration déployés et les coûts engagés afin d'assurer la réussite des grands programmes du groupe. Les décisions prises récemment par les actionnaires en matière de gouvernance et de structure vont permettre de renforcer la direction, de clarifier les responsabilités et d'optimiser le processus de prise de décision.

Soutenu par les livraisons d’Airbus, d’Eurocopter et d’EADS Astrium, le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 18,5 milliards d’euros, contre 19 milliards d’euros au premier semestre 2006. Ce léger recule s’explique par l’absence d'étape du programme A400M au premier semestre 2007 et l’impact négatif de l’évolution du dollar (USD).

L’EBIT* hors écarts d'acquisition et éléments exceptionnels recule à 367 millions d'euros, contre 1 654 millions sur la même période de l’exercice précédent, principalement affecté par le plan de restructuration Power8, les charges liées aux programmes chez Airbus, ainsi qu’une charge sur le programme NH90.

«Les défis bien connus se reflètent toujours sur la performance financière d’Airbus, mais l’activité reste soutenue et les commandes engrangées récemment prouvent la compétitivité de nos produits, ont commenté Tom Enders et Louis Gallois, présidents exécutifs d’EADS. La rentabilité reste notre premier indicateur de succès. Dans nos nouvelles fonctions et au sein d’une structure allégée, nous poursuivrons nos efforts pour offrir à nos clients les meilleurs produits et à traduire notre carnet de commandes en bénéfices, ce qui implique une gestion encore plus rigoureuse de nos programmes. »

Le résultat net d’EADS pour le semestre s’élève à 71 millions d’euros, soit un bénéfice par action de 0,09 euro (à comparer à un résultat net de 1 056 millions d'euros au premier semestre 2006, soit un BPA de 1,32 euro).

Les frais de R&D autofinancée sont passés de 1 268 millions d'euros au S1 2006 à 1 139 millions d'euros au S1 2007. Cette évolution reflète, outre la poursuite du développement des programmes d'Airbus, l'augmentation des efforts de Recherche et Technologie (R&T).

Les flux de trésorerie disponible après financement clients sont passés de 319 millions d’euros au S1 2006 à -40 millions d’euros au S1 2007. Cette situation reflète une baisse de la contribution de rétro cessions d’actifs de financement-clients et l’accroissement des besoins en fonds de roulement. Les stocks ont augmenté dans toutes les Divisions. Cette augmentation a été compensée par les avances reçues des clients et par une amélioration des performances opérationnelles. Les flux de trésorerie disponible avant financement clients se sont améliorés, passant de -216 millions d’euros au S1 2006 à -2 millions d’euros au S1 2007. La trésorerie nette à fin juin 2007, soit 4,2 milliards d’euros, est stable par rapport au niveau enregistré à la fin de l’exercice 2006.

A partir du second semestre 2007, la Société mettra en place un Contractual Trust Arrangement – CTA (contrat de gestion fiduciaire), conformément à la volonté du Comité d’administration de financer certains plans de retraite dont le montant sera fixé tous les ans. Les fonds ainsi transférés dans le CTA seront exclusivement réservés à la couverture de ces plans de retraite. L’investissement initial sera de 500 millions d’euros pour le second semestre de l’exercice avec une diminution équivalente des provisions de retraites.

Le marché de l'aérospatial et de la défense reste dynamique et profite à EADS. Tirées par les succès commerciaux d'Airbus et d'Eurocopter, les prises de commandes du groupe ont atteint 70,2 milliards d'euros au S1 2007 (14,2 milliards d’euros au S1 2006) malgré l’impact négatif de la faiblesse du dollar.

Le carnet de commandes d’EADS atteint 308,2 milliards d’euros à fin juin 2007, contre 262,8 milliards d’euros à fin 2006, en dépit d’un ajustement de -5,4 milliards d'euros dû à la faiblesse du dollar. Les commandes d’avions commerciaux sont calculées sur la base des prix catalogue. Le carnet de commandes des activités Défense a continué à se développer grâce aux nouveaux contrats engrangés par les divisions Eurocopter et Défense&Sécurité. Il s'élève à 55,9 milliards d'euros au 30 juin 2007, contre 52,9 milliards d'euros à fin 2006. Ces performances commerciales fondent la solidité de notre croissance future. Les effectifs d’EADS au 30 juin 2007 sont de 116 848 personnes, contre 116 805 personnes à fin 2006.

Perspectives

EADS confirme ses perspectives de chiffre d'affaires et d'EBIT* pour 2007.

Le chiffre d’affaires devrait connaître une léger recul inférieur à 10% sur la base de 1 € = 1,35 USD.

En 2007, l’EBIT* devrait rester à peu près stable, au niveau de l’année précédente. Ce chiffre repose sur des hypothèses de livraisons comprises entre 440 et 450 appareils chez Airbus. La combinaison des risques et opportunités sous-tendant les prévisions de résultat évolue. Il serait imprudent dans le contexte actuel de les modifier : bien que les performances opérationnelles, toutes activités confondues soient bonnes, notamment chez Airbus, les risques liés à certains programmes clés demeurent.

L’EBIT* non Airbus devrait atteindre près d’1 milliard d’euros, avant tout possible impact résultant de l’évaluation des coûts de l’A400M.

EADS prévoit désormais des flux de trésorerie disponible positifs grâce aux commandes enregistrées lors du salon du Bourget et aux performances de trésorerie, supérieures aux prévisions, réalisées depuis le début de l’année.

Divisions : importants succès commerciaux au premier semestre 2007

La division Airbus a livré 231 avions au cours du premier semestre 2007, contre 219 au premier semestre 2006. Le chiffre d’affaires recule à 12 889 millions d’euros au S1 2007 (13 154 millions d’euros au S1 2006), en raison de l’absence d'étape du programme A400M durant le semestre écoulé et de l’évolution défavorable du dollar. L’EBIT* du S1 2007 s’élève à 19 millions d’euros contre 1 497 millions au S1 2006, largement affectés par les coûts de lancement de l'A350XWB (-500 millions d'euros) et la provision de restructuration Power8 (-688 millions d'euros) constituée au premier trimestre. De plus, l’EBIT* a été affecté par des coûts liés au programme A380 et par une augmentation des coûts de R&D. L'EBIT* de la Division a en revanche bénéficié d'un effet volume et d'un mix produits favorables. Au second semestre l’impact sur l’EBIT* des taux de couverture euro dollar sera encore plus négatif qu’il ne l’a été sur les six premiers mois de l'année. Il en sera de même des prix de vente et de l'augmentation des coûts de R&D.

Le plan Power8 est désormais en vigueur dans tous les domaines ne nécessitant pas de négociations avec les partenaires sociaux. Des discussions portant sur la baisse des frais généraux sont menées dans les quatre pays domestiques d’Airbus. Pour les sites en recherche de partenaires, Airbus a reçu plusieurs offres en cours d’évaluation et les parties intéressées ont accès aux data rooms. Plusieurs projets de Power8 présentent déjà des résultats : réduction de coûts, optimisation de la trésorerie et amélioration de la productivité opérationnelle. L’implication en amont des fournisseurs du programme A350XWB a notamment permis à Airbus de resserrer les calendriers de développement.

Les succès commerciaux enregistrés durant le semestre, notamment à l’occasion du salon du Bourget, ont confirmé la compétitivité des produits d’Airbus. La reprise constatée sur l’ensemble de la gamme s’est manifestée par la signature de 680 commandes brutes sur les six premiers mois de 2007, dont 392 portent sur des appareils de la famille A320. Le secteur long courrier a permis d’engranger 279 commandes, dont 152 concernent l’A350XWB lancé récemment. Egalement, le carnet de l’A380 a augmenté de neuf unités, ce qui porte à 165 le total des commandes enregistrées pour cet appareil, commandé par 14 clients. Le premier appareil sera livré à Singapore Airlines en octobre 2007. La production augmentera progressivement dans un premier temps, puis de manière très nette en 2009/2010. Le semestre a également été marqué par la signature, fin juin, d’un accord de joint venture entre Airbus et un consortium chinois, afin d'installer à Tianjin une ligne d’assemblage final des appareils de la famille A320. L'assemblage du premier avion sera lancé en août 2008, pour livraison au premier semestre 2009. Le carnet de commandes d’Airbus au 30 juin 2007 s’élève à 251,7 milliards d’euros sur la base des prix catalogue, contre 210,1 milliards d’euros à fin 2006. Il représente 2 925 appareils à fin juin, contre 2 533 appareils à fin 2006.

La division Avions de Transport Militaire a réalisé un chiffre d’affaires de 307 millions d’euros au S1 2007, contre 1 244 millions d’euros au S1 2006. Cette baisse du chiffre d’affaires reflète l’absence d’étape du programme A400M depuis le début de cette année, compensée en partie par la livraison de quatre avions C-295 au Brésil. L’EBIT* de la Division s’élève donc à -29 millions d’euros au S1 2007, contre 6 millions d’euros au S1 2006.

La direction d’Airbus Military et le responsable du programme A400M chez Airbus ont été remplacés. Le calendrier global du programme présente des risques, et les fournisseurs de systèmes font toujours face à des difficultés qui pourraient entraîner des modifications tardives dans la conception. L'assemblage final devrait commencer fin août 2007; le premier vol devrait avoir lieu au cours de l'été 2008 et la nouvelle direction du programme étudie actuellement les conséquences sur les livraisons et les coûts.

AirTanker, dont EADS est le principal actionnaire, a lancé début juin un appel d'offre visant à lever 2 milliards de livre sterling de capital dans le cadre de du Partenariat Public/Privé - PPP, pour le financement du programme britannique FSTA des futurs ravitailleurs stratégiques du Royaume Uni. Par ailleurs, le premier A330 MRTT totalement équipé destiné au programme australien de ravitailleurs a effectué avec succès son premier essai en vol. La conformité au cahier des charges du système de ravitaillement par perche rigide a été démontrée lors d’une série approfondie d'essais au sol. EADS et Northrop Grumman ont en outre répondu conjointement à l’appel d’offre lancé en début d’année pour le programme de remplacement des ravitailleurs de l’US Air Force. Enfin, sur les six derniers mois, la Division a également reçu commande de cinq avions CN-235 de patrouille maritime pour le programme Deepwater des garde-côtes des Etats-Unis. Le carnet de commande de la division Avions de Transport Militaire s'élève à 20,3 milliards d'euros à fin juin 2007 (20,3 milliards d’euros à fin 2006).

Les excellentes performances commerciales d’Eurocopter se sont confirmées au premier semestre de l’exercice. Le chiffre d'affaires de la Division a progressé à 1 644 millions d’euros au S1 2007 (1 473 millions d'euros au S1 2006). Cette évolution est due pour l’essentiel à la montée en puissance des livraisons d’hélicoptères de série. La division Eurocopter a livré 209 hélicoptères au cours du premier semestre 2007 (180 unités au premier semestre 2006). En dépit d’un mix produit favorable, d’une augmentation des volumes et de la réduction des coûts, l’EBIT* de la Division recule à 35 millions d'euros au S1 2007 (88 millions d’euros au S1 2006), en raison d’un impact de 105 millions dû à un ajustement du coût à terminaison du programme NH90.

Eurocopter a enregistré de nombreuses commandes dans le monde entier. Les capacités de l’hélicoptère de transport militaire NH90 ont été confirmées par la commande de 42 appareils supplémentaires par l’Allemagne et par une commande de huit unités par la Belgique. Au total, Eurocopter a vendu 480 hélicoptères sur les six premiers mois de 2007 (302 appareils : S1 2006). Son carnet de commandes à fin juin représente 1346 machines, (1074 à fin 2006). La valeur de ce carnet de commandes est de 13,7 milliards d’euros (11 milliards à fin 2006).

Le chiffre d’affaires d’EADS Astrium a progressé de 12% à 1 420 millions d’euros au S1 2007 (1 273 millions enregistrés au S1 2006). Cette augmentation s’explique par la montée en puissance des services Paradigm, par l’augmentation de la production d’Ariane 5 et par l’activité Missiles balistiques. Tiré par la hausse des volumes, l’EBIT* s’inscrit à 47 millions d’euros (38 millions d’euros au S1 2006).

EADS Astrium et Arianespace ont signé, durant le salon du Bourget, un accord de principe portant sur la production de 35 lanceurs Ariane 5 ECA. Cet accord permet d’assurer la continuité de la production du lanceur après 2010. Le satellite radar allemand TerraSAR-X a été lancé avec succès au mois de juin 2007. Il a émis ses premières images haute-résolution dans un délai record. Le carnet de commandes de la Division est passé de 12,3 milliards d’euros à fin 2006 à 13,1 milliards d’euros à fin juin 2007, incluant quatre nouveaux satellites de télécommunications commandés au cours du semestre.

Le chiffre d’affaires de la division Défense et Sécurité est resté stable sur les six premiers mois de 2007. Il représente 2 235 millions d’euros contre 2 274 millions sur les six premiers mois de 2006. Le léger repli du chiffre d’affaires de l’activité Missiles a effacé la hausse enregistrée par les activités Réseaux Sécurisés et Systèmes de mission. Au premier semestre 2006, l’EBIT de la Division a reculé, à 77 millions d’euros contre 104 millions, en raison d’événements non récurrents plus importants (cession de LFK à MBDA, pour l’essentiel). Enfin, l'unité Systèmes de défense et de communications et le programme Eurofighter ont enregistré de bonnes performances opérationnelles.

En juin, la Division a obtenu un contrat de fourniture et d’intégration concernant un système national de protection et de sécurité au Qatar. Les ministères français, allemand et espagnol de la Défense ont annoncé un accord technique en vue du développement conjoint d'un drone modulaire hautes performances. En Hongrie, la Division a mis en place, avec succès et en un temps record, un réseau radio TETRA pour l’ensemble du pays. En Allemagne, les autorités en charge de la protection du territoire ont mis en service la plate-forme de référence du réseau de radio numérique (BOSNet) produit par la Division. Renforcé par de nouveaux contrats concernant les activités de sécurité globale (y compris FireControl au Royaume-Uni), d’Eurofighter et d’Eurohawk, le carnet de commandes de la Division est passé de 17,6 milliards d’euros à fin 2006 à 18,2 milliards d’euros à fin juin 2007.

Les activités institutionnelles, militaires et de sécurité d’EADS sont sujettes à une saisonnalité importante. Les indicateurs de performance des premiers trimestres (chiffres d'affaires, EBIT*, flux de trésorerie) ne sont en général pas représentatifs des performances de ces activités sur la totalité de l'exercice.

Sièges et Autres Activités (n’étant rattachées à aucune Division)

Le chiffre d'affaires des Autres Activités (ATR, EFW, EADS Socata et EADS Sogerma) s’est élevé à 608 millions d’euros au S1 2007 (660 millions d’euros au S1 2006). Cette baisse s’explique principalement par la cession des activités de maintenance de Sogerma au groupe TAT, intervenue au début de 2007. Cette cession a été compensée en partie par une augmentation des chiffres d’affaires d’ATR (construction d'avions de transport régional), d’EADS EFW et d’EADS Socata. L’EBIT* s’inscrit en forte hausse, à 49 millions d’euros contre -143 millions au S1 2006. Cette performance reflète les changements intervenus chez EADS Sogerma et les contributions positives d'ATR, EADS EFW et EADS Socata.

ATR, qui bénéficie de la reprise du marché des turbopropulseurs, a annoncé au cours du premier semestre 48 appareils. Son carnet à fin juin représente 144 appareils. En outre, un accord a été conclu avec l’industrie aéronautique chinoise pour permettre la production en Chine de la section arrière des ATR. Cette coopération doit entrer en vigueur d’ici fin 2007. EADS EFW a livré sur le premier semestre onze avions convertis en cargos. La hausse des cadences d’Airbus a par ailleurs permis de développer la production de l’activité aérostructures d’EFW. De son côté, EADS Socata a procédé à la livraison de 17 TBM 850 sur le premier semestre, confirmant ainsi le succès de ce modèle d’avion turbopropulseur. Le carnet de commandes à fin juin est de 31 unités. Au 30 juin 2007, la valeur totale du carnet de commandes des Autres Activités s’élève à 2,1 milliards d’euros, contre 2,3 milliards à fin 2006.

EADS est un leader mondial de l’aérospatiale, de la défense et des services associés. En 2006, EADS a généré un chiffre d’affaires de 39,4 milliards d’euros et employait environ 116 000 personnes. Le Groupe comprend l’avionneur Airbus, Eurocopter, premier constructeur d’hélicoptères au monde, et le leader européen des programmes spatiaux d’Ariane à Galileo, EADS Astrium EADS est également le principal partenaire du consortium Eurofighter et l’architecte de l'avion de transport militaire A400M. Enfin, le Groupe détient une partie du capital de la joint venture MBDA, leader mondial des systèmes de missiles.

EADS Corporate Communications:

Alexander Reinhardt Tel.: +49 89 60 74 42 35
Edmund Reitter Tel.: +49 89 60 73 45 10
Corinne Meutey Tel.: +33 1 42 24 20 63
José María Palomino Tel.: +34 91 5 85 77 88

* EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne des postes tels que les charges d’amortissement des réévaluations d’actifs liées à la fusion d’EADS, au regroupement d’Airbus et à la constitution de MDBA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles de ces écarts d’acquisition.

EADS – Résultats du premier semestre 2007 (S1 2007)

(euros)

(Montants en millions d’euros)

(Montants en millions d’euros)

EADS – Résultats du second trimestre 2007 (T2 2007)

(euros)

(Montants en millions d’euros)

L’EBIT* du T2 2007 a connu une baisse notamment du fait des résultats d'Airbus (provision pour coûts de lancement de l’A350XWB, coûts liés au soutien apporté au programme A380), par les coûts du programme NH90 et par un effet volume négatif du programme A400M en raison de retards de finalisation de développement. Cette détérioration a été partiellement compensée par une augmentation de l’EBIT* d'EADS Sogerma par rapport à la période équivalente de l’exercice précédent.

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, amortissements et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, dépréciation des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux actionnaires de la société mère, selon les normes IFRS
  4. En 2006, EADS a changé de méthode comptable pour le traitement des retraites, en passant de la méthode du corridor à la constitution de provision par situation nette. Les plus-values et moins-values actuarielles sont donc comptabilisées directement au bilan en provisions pour retraites, en réduction des capitaux propres. L’EBIT du S1 2006 a donc été ajusté à hauteur de 22 millions d'euros (Airbus : 6 millions ; Eurocopter : 4 millions ; EADS Astrium: 2 millions ; Défense et Sécurité : 8 millions ; Siège : 2 millions). L’EBIT du T2 2006 a été ajusté à hauteur de 11 millions d'euros (Airbus : 3 millions ; Eurocopter : 2 millions ; EADS Astrium: 1 millions ; Défense et Sécurité : 4 millions ; Siège : 1 million).
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent prix catalogue.
  6. L’augmentation de l’EBIT* du Siège reflète la plus-value de cession de la participation d’EADS dans Embraer et la vente de l’immeuble de Vélizy, toutes deux effectuées au premier trimestre de 2007, et l’augmentation des résultats de Dassault.
  7. Les Unités Opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma sont classées dans la catégorie « Autres activités », qui ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

Mentions légales de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits mais à des prévisions futures ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document. Ces points de vue et ces hypothèses sont sujets à des risques et incertitudes, connus ou inconnus. Les résultats réels, les performances ou les événements futurs sont donc susceptibles de varier de manière très significative par rapport à ceux présentés, de façon expresse ou implicite, dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses concernant notamment, à titre non limitatif, la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations des contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Les déclarations prévisionnelles sont sujettes à des incertitudes. Les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative par rapport à ces prévisions, en fonction de nombreux facteurs y compris, à titre non limitatif, les facteurs suivants : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.
Le « Document d’Enregistrement » de la société daté du 25 avril 2007 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs.

Airbus delivers 50th A320 Family aircraft assembled in the U.S.

en

Azores Airlines takes delivery of its first A321neo

en

Airbus Board of Directors Announces Top Management Succession Plan

en fr de es
Back to top