In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

Search
Newsroom
Search
Newsroom
02 October 2006
Company

EADS et Airbus finalisent la revue du programme A380

Amsterdam

  • Des nouveaux délais significatifs pour les livraisons de l’Airbus A380
  • Pertes cumulées d’EBIT* de 2,8 milliards d’euros liées à la production en série de l’A380 jusqu’en 2010
  • Airbus lance le programme « Power8 » pour compenser la dégradation financière et accélérer les processus de développement
  • Plan d’optimisation des coûts et d’amélioration de l’efficacité pour l’ensemble du Groupe
  • Certification Type de l'A380 en bonne voie pour la fin de l'année

A la suite d’une revue détaillée du programme A380 menée conjointement par Airbus et EADS, Airbus a révisé son calendrier de livraison sur la période allant de 2007 à 2010. Le premier exemplaire de série de l’Airbus A380 sera livré au deuxième semestre 2007. En 2008, Airbus prévoit de livrer 13 exemplaires. En 2009, 25 A380 devraient sortir des chaînes d’assemblage final, suivis de 45 autres en 2010, dont les premiers exemplaires de la version cargo. Au terme du Conseil d’Administration qui s’est tenu mardi, EADS a déclaré que les livraisons seraient décalées en moyenne d’un an par rapport au calendrier annoncé le 13 juin dernier, et a précisé les conséquences financières qui en résulteraient.

Cependant, la revue du programme A380 a également confirmé que la Certification Type de l'appareil pourrait être obtenue d’ici la fin de l'année. Alors que les essais en vol se poursuivent comme prévu, l’A380 atteint, voire dépasse ses objectifs de performance et se révèle un avion extrêmement fiable et confortable.

Comparaison avec le plan initial (avant juin 2006)

Le nouveau calendrier de livraison de l’A380 entraîne une dégradation cumulée de 4,8 milliards d’euros sur l’EBIT* cumulé par rapport à la contribution aux marges du plan initialement établi pour la période comprise entre 2006 et 2010 (à 1,30 USD pour 1,00 euro) :

  • Ainsi, près de 2 milliards d’euros d’EBIT* cumulé initialement attendu entre 2006 et 2010 seront décalés au-delà de 2010 en raison du rééchelonnement des livraisons.
  • De plus, les dépassements de coûts et les pénalités de retard entraîneront des pertes sèches correspondant à une réduction de 2,8 milliards d’euros de l’EBIT* cumulé précédemment attendu entre 2006 et 2010.

Contribution à l’EBIT*, perspectives 2006

En termes de compte de résultats, la Direction estime que la production en série de l’A380 entraînera une perte d’EBIT* cumulé lié au programme d’environ 2,8 milliards d’euros pour la période comprise entre 2006 et 2010, dont environ 1,1 milliard d’euro anticipé en 2006 et environ 0,7 milliard d’euro en 2007. La première contribution positive du programme A380 à l’EBIT* interviendra en 2010. La Direction estime que les contributions liées au programme A380 seront conséquentes au-delà de 2010.

La perte de l’EBIT* 2006 lié au programme décrite ci-dessus inclut une provision pour pertes sur contrats A380 estimée à 0,6 milliard d’euro. Les charges inhérentes à l’A380 et celles pouvant être générées par les décisions à venir sur le programme A350, de même que le montant et l’échelonnement des charges non récurrentes du programme « Power8 », invalident les perspectives d’EBIT* 2006 précédemment annoncées. Jusqu’à nouvel ordre, EADS ne publiera pas de perspectives 2006 actualisées. Les éventuelles résiliations de contrats liées au nouveau calendrier de livraison de l’A380 n’ont pas été prises en compte dans les estimations financières.

Le programme de compétitivité « Power8 »

Pour restaurer sa compétitivité et compenser la dégradation financière de ces retards, Airbus lance le programme « Power8 » destiné à générer des économies annuelles durables d’au moins 2 milliards d’euros à partir de 2010. De plus, « Power8 » vise à accélérer les processus de développement et à réaliser une économie cumulée d’environ 5 milliards d’euros de trésorerie d’ici à 2010. Le Conseil d’administration soutient entièrement les mesures présentées par le président d’Airbus Christian Streiff.

Un plan d’optimisation des coûts et d’amélioration de l’efficacité sera également mis en œuvre dans l’ensemble du Groupe. En outre, EADS poursuivra le processus d’intégration de l’ensemble du Groupe, afin de réduire les coûts et d’obtenir des structures de direction plus efficaces et plus performantes.

Le conseil d’administration a décidé de conduire une analyse indépendante sur les responsabilités individuelles ayant entraîné les retards de l’A380. Cette enquête ira jusqu’à examiner en détail les responsabilités potentielles au niveau de la direction. La société réserve tous ses droits dans ces circonstances.

EADS est un leader mondial de l’aérospatial, de la défense et des services associés. En 2005, EADS a enregistré un chiffre d’affaires de 34,2 milliards d’euros avec un effectif de plus de 113 000 personnes. Le Groupe EADS comprend le constructeur d'avions Airbus, le plus grand hélicoptériste mondial Eurocopter et la joint venture MBDA, leader mondial dans le domaine des missiles. EADS est également le partenaire majeur du consortium Eurofighter, le maître d'œuvre du lanceur d'Ariane, l’architecte de l'avion de transport militaire A400M et le plus grand partenaire industriel pour le système européen de navigation par satellite Galileo.

EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne les éléments, tels que les charges d’amortissement de réévaluation d’actifs, relative à la constitution d’EADS par fusion, au statut d’Airbus et à la formation de MDBA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles d’écarts d’acquisition.

Contact presse

Michael HaugerEADS
Tel.: +49 89 60 73 42 35
Isabelle DesmetEADS
Tel.: +33 1 42 24 20 63
Miguel SanchezEADS
Tel.: +34 91 5 85 77 89

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits historiquement avérés, mais à des prévisions futures ou à des estimations basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent ce que sont les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date où elles sont faites : elles comprennent donc une part de risques et d'incertitudes, connus et inconnus, susceptibles de conduire à ce que les résultats réels, la performance ou les événements diffèrent matériellement de ceux qui sont exprimés, de façon expresse ou implicite, dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter », et autres verbes similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.
Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d'hypothèses, concernant notamment, mais pas exclusivement, la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes et les coûts, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours, et la disponibilité de certains outils, matériels et ressources.

Les déclarations prévisionnelles sont sujettes à des incertitudes et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de différer matériellement de ces prévisions, en fonction d’un certain nombre de facteurs, et notamment, sans toutefois s’y limiter : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.

De plus amples informations relatives à ces différents facteurs sont mentionnées dans le « document de référence » de la société daté du 26 avril 2006.

Qatar Airways reconfirms and upsizes its order for 50 A321neo ACF

en fr de es

Peruvian Government: “Satellite investment recovered after first year of operations”

en fr de es

American Airlines is first retrofit customer for Airbus’ new Airspace XL luggage bins on its A321 fleet

en
Back to top