In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

Search
Newsroom
Search
Newsroom
26 July 2006
Company

EADS réalise une solide performance semestrielle sur des marchés en croissance

Amsterdam

  • Croissance du chiffre d’affaires à 19 milliards d’euros (S1 2005 : 16 milliards d’euros)
  • Progression de l’EBIT* à 1,6 milliard d’euros (S1 2005 : 1,5 milliard d’euros)
  • Airbus prévoit un niveau record de livraisons de 430 appareils en 2006
  • Percée sur le marché de la défense aux Etats-Unis
  • Mise en place d’une nouvelle équipe de direction prête à relever les défis
  • Les perspectives de l’année peuvent être affectées par des charges non récurrentes

EADS (symbole boursier : EAD) a réalisé de solides performances au premier semestre 2006, tout en affrontant les difficultés opérationnelles liées au calendrier de livraisons de l’A380, en définissant la toute nouvelle famille d’A350 XWB et en abordant les changements intervenus au niveau de la direction du Groupe. De janvier à juin 2006, le Groupe a bénéficié des évolutions favorables intervenues sur ses marchés porteurs. Son chiffre d’affaires a progressé, toutes divisions confondues, de 18% à 19 milliards d’euros (S1 2005 : 16 milliards d’euros) et l’EBIT* (résultat opérationnel avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels) enregistre une hausse de 6 % à 1,6 milliard d’euros (S1 2005 : 1,5 milliard d’euros).

La stratégie de croissance du Groupe aux Etats-Unis a été confortée par sa sélection récente par l’U.S. Army pour la fourniture d’un maximum de 322 hélicoptères UH-145. Cela marque la percée d’EADS sur le marché américain de défense. Grâce à la solidité de ses acquis commerciaux, Airbus prévoit de livrer 430 avions sur la totalité de l’année.

“La solidité de nos performances au cours du premier semestre confirme les perspectives de croissance annoncées au sein de toutes les divisions. Ensemble, nous allons relever les défis immenses qui nous attendent, notamment s’agissant de l’A380, de l’A350 et du dollar américain”, ont déclaré Tom Enders et Louis Gallois, les Présidents Exécutifs d’EADS. “Nous allons reconquérir la confiance des marchés. Le groupe dispose de solides fondamentaux : ses technologies, ses produits, ses collaborateurs et la fidélité de ses clients. Etre performant, tel est le principal défi du Groupe à ce jour. Nous allons poursuivre notre travail afin de progresser encore, favoriser la transparence et adapter nos processus et notre organisation.”

La contribution du chiffre d’affaires d’EADS à 19 milliards d’euros (S1 2005 : 16 milliards d’euros) a été réalisée dans toutes les divisions du Groupe, notamment chez Airbus, au sein des divisions Avions de Transport Militaire et Eurocopter. La contribution d’Airbus au chiffre d’affaires du Groupe a essentiellement résulté de l’augmentation des livraisons qui ont atteint le chiffre record de 219 (S1 2005 : 189). La progression du chiffre d’affaires de la division Avions de Transport Militaire a été soutenue par la prise en compte de recettes plus importantes générées par l’A400M. De son côté, Eurocopter a bénéficié d’un solide dynamisme commercial qui s’est traduit par une augmentation de ses volumes. Le chiffre d’affaires cumulé des activités de défense d’EADS s’est élevé à 4,1 milliards d’euros (S1 2005 : 3,1 milliards d’euros). Conformément aux années précédentes, la contribution des activités Défense, Hélicoptères et Espace au chiffre d’affaires et au résultat du Groupe est beaucoup plus forte sur la seconde moitié de l’exercice.

L’EBIT* enregistre une progression comparé à la même période en 2005, qui s’explique par des gains de volume et les améliorations en cours au niveau du résultat opérationnel dans toutes les divisions. L’EBIT* a en effet augmenté à 1,6 milliard d’euros (S1 2005 : 1,5 milliard d’euros), malgré l’incidence négative du dollar avec des couvertures à l’échéance affichant un taux moyen de 1 € = 1,08 USD (S1 2005 : 1 € = 1,01 US$), les charges liées à EADS Sogerma Services, les coûts supplémentaires engendrés par la révision du calendrier de livraisons de l’A380 et l’augmentation des dépenses de R&D. La marge opérationnelle EBIT* s’est élevée à 8,6 %. Au premier semestre 2006, les dépenses autofinancées de R&D se sont établies à 1 139 millions d’euros (S1 2005 : 950 millions d’euros). Cette progression résulte principalement des coûts de développement du programme A350. La hausse de 5 % du résultat net à 1 043 millions d’euros (S1 2005 : 992 millions d’euros), soit 1,31 euro par action (S1 2005 : 1,25 euro) reflète la croissance de l’EBIT* du Groupe, en partie grevée par les coûts de financement.

Les flux de trésorerie disponible après financement client ont atteint 319 millions d’euros (S1 2005 : 1 581 millions d’euros). La diminution ainsi constatée par rapport à la même période en 2005 s’explique principalement par une moindre contribution des avances clients en partie compensée par l’effet positif des financements clients. Par conséquent, les flux de trésorerie disponible avant financement client se sont établis à - 216 millions d’euros (S1 2005 : 1 477 millions d’euros). A fin juin 2006, la trésorerie nette d’EADS s’élevait à 5,3 milliards d’euros (fin 2005 : 5,5 milliards d’euros).

Au cours des six premiers mois de 2006, les prises de commandes du Groupe ont atteint 14,2 milliards d’euros (S1 2005 : 25,4 milliards d’euros). Sur la période, Airbus enregistre un nombre moins important de commandes comparé au même semestre de 2005 où l’avionneur européen avait battu un record historique de prises de commandes pour la totalité de l’exercice. Néanmoins, le niveau des prises de commandes du Groupe a bénéficié d’un afflux important de commandes enregistrées par la division Espace et Eurocopter. Plusieurs commandes de satellites et la très forte croissance commerciale des hélicoptères civils légers ont contribué au niveau remarquable de prises de commandes de ces deux divisions.

A fin juin, le carnet de commandes d’EADS s’établissait à 234,5 milliards d’euros (fin 2005 : 253,2 milliards d’euros). Les contributions des activités avions commerciaux s’entendent au prix catalogue. Le repli du carnet de commandes par rapport à fin 2005 résulte principalement de l’impact négatif d’environ 12 milliards d’euros, dû à un taux de change moins favorable entre l’euro et le dollar US. Au 30 juin 2006, le carnet de commandes Défense d’EADS s’élevait à 51,1 milliards d’euros (fin 2005 : 52,4 milliards d’euros).

Au cours des six premiers mois de 2006, EADS a créé plus de 2 000 nouveaux emplois. A fin juin 2006, EADS employait 115 247 salariés (fin 2005 : 113 210).

Le 2 juillet, Rothschild, expert indépendant désigné par accord mutuel, a fixé à 2,75 milliards d’euros le prix de la participation de 20 % détenue par BAE Systems dans Airbus. Cette évaluation a valeur contractuelle et irrévocable pour chacune des deux parties. La transaction sera soumise à l’approbation des actionnaires de BAE Systems. EADS a estimé l’option de vente à 2,75 milliards d’euros dans ses comptes du premier semestre 2006. L’évaluation initiale à 3,5 milliards d’euros qui figure dans les comptes 2005 du Groupe a également été ajustée après mise en paiement du dividende. EADS a comptabilisé le solde différentiel par rapport à cette évaluation de 2,75 milliards d’euros comme une diminution de l’écart d’acquisition, sans effet sur le compte de résultats du Groupe.

Perspectives 2006

Au vu des succès remportés au cours du premier semestre 2006 et suite à la dynamique amorcée lors du salon de Farnborough, EADS prévoit que ces activités soutenues se prolongeront tout au long de l’année 2006. Dans ce contexte commercial porteur, EADS a revu à la hausse les prévisions de livraisons d’Airbus, désormais fixées à 430 avions en 2006 et anticipe un chiffre d’affaires de l’exercice dépassant largement les 37 milliards d’euros. La conjoncture favorisera la croissance des années à venir.

Les résultats d’EADS au premier semestre 2006 sont en ligne avec un résultat opérationnel (EBIT*) d’environ 3,2 milliards d’euros en fin d’exercice et un BPA autour de 2,35 euros (après prise en compte d’un taux de clôture du dollar en fin d’année comparable à celui de 2005), soit en bas de la fourchette des prévisions initiales d’EADS. Ces prévisions, qui intègrent les nombreuses évolutions intervenues depuis mai dernier, tiennent compte des conséquences financières liées à la révision du calendrier de livraisons de l’A380 et prennent en considération les charges associées à la cession partielle d’EADS Sogerma Services.

D’ici la fin de l’année, certains éléments sont susceptibles de venir modifier ces prévisions. En effet, EADS prévoit qu’à l’occasion du lancement industriel de la famille d’avions A350 XWB, le Groupe devra évaluer les coûts et les profits liés aux contrats préalablement signés pour l’A350, ce qui pourrait donner lieu à des charges non récurrentes. En outre, l’étude menée par EADS sur le calendrier d’ingénierie, de développement et de montée en puissance de l’A380, incluant des conséquences possibles sur les autres programmes, pourrait également conduire à la reconnaissance de dépenses supplémentaires. En parallèle, les dirigeants d’Airbus se sont engagés à s’attaquer aux défis posés par la faiblesse du dollar américain et à jeter des bases solides en vue de son développement futur. Dans cette optique, ils s’apprêtent à lancer un nouveau programme de compétitivité. Enfin, l’issue du plan de restructuration, des garanties et du volet social relatifs à EADS Sogerma Services n’est pas définitive.

EADS prévoit que les flux de trésorerie disponible avant financement client seront positifs sur la totalité de l’année.

Divisions : solidité de la performance opérationnelle dans toutes les divisions

Airbus a enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 17 % à 13 154 millions d’euros (S1 2005 : 11 262 millions d’euros), principalement grâce à l’augmentation de ses livraisons au cours des six premiers mois de l’année en cours. L’EBIT* du premier semestre a augmenté de 3 % à 1 491 millions d’euros (S1 2005 : 1 444 millions d’euros). Un effet positif sur les volumes, les économies supplémentaires de coûts réalisées dans le cadre du programme Route 06 et l’augmentation de la contribution des financements clients ont permis de compenser des taux de couverture du risque de change moins attrayants, la hausse des dépenses de R&D ainsi que le dépassement des coûts sur l’A380. La marge opérationnelle EBIT* a atteint 11,3 %.

Au premier semestre 2006, Airbus a livré 219 avions, contre 189 au cours de la même période en 2005. Airbus est en bonne voie pour livrer le chiffre record de 430 appareils en 2006. L’avionneur a enregistré 117 commandes brutes au cours des six premiers mois de 2006 (S1 2005 : 276), suivies par 182 commandes fermes et intentions d’achat lors du salon aéronautique de Farnborough au mois de juillet. Le carnet de commandes d’Airbus s’élevait à 183,5 milliards d’euros (sur la base des prix catalogue) à fin juin 2006, soit un total de 2 055 appareils (fin 2005 : 2 177 appareils).

Pour Airbus, la priorité opérationnelle actuelle consiste à stabiliser le programme A380. Des revues détaillées du programme A380 sont actuellement mises en place par EADS et les dirigeants d’Airbus. La révision du calendrier de livraisons de l’A380, annoncée par EADS et Airbus le 13 juin dernier, résulte de problèmes de production, notamment au niveau de la définition, de la fabrication et de l’installation de systèmes et harnais électriques. Tout récemment, Singapore Airlines a confirmé la solidité de son engagement vis-à-vis de l’A380 en annonçant son intention d’augmenter sa commande d’A380 pour y ajouter neuf appareils, avec une option sur six unités supplémentaires.

La direction d’Airbus a désormais arrêté la conception de l’A350 XWB. Elle a déjà présenté cette nouvelle famille d’avions et reçu une première intention d’achat lors du salon aéronautique de Farnborough. Airbus entend faire de l’A350 XWB l’avion de référence sur le segment des appareils de capacité moyenne de large-corps de longue gamme. Le cahier des charges de ce nouveau produit est désormais complet et Airbus est en train de concevoir en détail les phases de développement et de construction. Une décision sur le lancement du programme industriel de l’A350 XWB devrait intervenir courant octobre 2006. Le calendrier de livraison reste fixé pour une mise en service en juin 2012.

La division Avions de Transport Militaire a dégagé un chiffre d’affaires de 1 244 millions d’euros (S1 2005 : 326 millions d’euros). Elle consolide son EBIT* à 6 millions d’euros au cours du premier semestre 2006, comparé au chiffre de -14 millions d’euros affiché au cours de la même période en 2005. Cette progression reflète la prise en compte plus importante des recettes générées dans le cadre du programme A400M.

La production du programme A400M est en cours et en juin, une étape décisive a été franchie. Avec neuf clients répartis sur trois continents, l’A400M compte, à ce jour, 192 appareils dans son carnet de commandes. Le carnet de commande est resté stable et s’établit à 20,5 milliards d’euros (fin 2005 : 21 milliards d’euros).

Au mois de juin, EADS a répondu à l’appel d’offres lancé par le Pentagone concernant le programme d’avion-cargo JCA (Joint Cargo Aircraft) pour l’US Army et l’US Air Force. Le volume de ce programme pourrait s’élever à plus de 150 avions de transport C-295/CN-235.

Eurocopter a conforté sa dynamique de croissance au premier semestre 2006 et consolidé sa position sur le marché. Son chiffre d’affaires s’est amélioré de 16 % pour atteindre 1 473 millions d’euros (S1 2005 : 1 266 millions d’euros), tiré par la hausse des livraisons d’hélicoptères civils. L’EBIT* a augmenté à 84 millions d’euros (S1 2005 : 60 millions d’euros). Ce gain de 40 % a été soutenu par une hausse des volumes dans la production d’hélicoptères de série et par les activités de support client. Eurocopter a fortement augmenté ses prises de commandes et vendu 302 hélicoptères (S1 2005 : 161).

A l’issue de sa sélection par l’US Army pour la fourniture d’hélicoptères utilitaires légers LUH (Light Utility Helicopter), EADS réalise une véritable percée stratégique sur le marché de la défense américain. En effet, pour la première fois, EADS North America agira en qualité de maître d’œuvre pour le compte du Pentagone et fournira aux forces armées américaines jusqu’à 322 hélicoptères UH-145. Il s’agit de la plus importante commande jamais enregistrée par Eurocopter en quantité. Par ailleurs, la division a consolidé son activité de défense avec la commande australienne de 34 hélicoptères de transport NH90. Le NH90 est une référence dans le domaine des hélicoptères de transport militaire et a reçu à ce jour 391 commandes fermes émanant de 11 pays. Le carnet de commandes de l’hélicoptériste s’élève à 10,2 milliards d’euros au 30 juin 2006 (fin 2005 : 10 milliards d’euros).

La division Espace enregistre une progression avec un chiffre d’affaires de    1 273 millions d’euros (S1 2005 : 1 160 millions d’euros) grâce à la montée en cadence de la production d’Ariane 5 et à la réalisation d’étapes contractuelles du programme Paradigm. Son EBIT* affiche une forte amélioration soutenue à 36 millions d’euros au cours des six premiers mois de l’année, comparé au chiffre de 7 millions d’euros enregistré sur la même période en 2005. Cette augmentation significative prouve la capacité de la Division à apporter une contribution bien plus importante aux résultats du Groupe EADS en 2006.

En juin, EADS Astrium s’est vu octroyer par Arabsat le contrat pour la fourniture d’un troisième satellite de télécommunications. Il s’agit, au total, du cinquième contrat pour un satellite de télécommunications remporté depuis le début de l’année 2006. Cumulés aux commandes en provenance de l’Agence spatiale européenne (ESA), ces chiffres confirment qu’EADS Astrium est le leader européen de la conception et de la fabrication de systèmes de satellites. L’armée allemande sera également équipée d’un réseau de communications sécurisées avec deux satellites suite à la signature du contrat pour SatcomBW Stage 2 en juillet. Le carnet de commandes de la division Espace s’établit à 11,9 milliards d’euros au 30 juin 2006 (fin 2005 : 10,9 milliards d’euros).

EADS a rationalisé la structure juridique de la division Espace et regroupé ses activités lanceur et satellites au sein d’une même entité afin de gagner en efficacité. Cette refonte a pris effet au 1er juillet 2006.

Le chiffre d’affaires de la division Systèmes de Défense et de Sécurité a augmenté de 5 % à 2 274 millions d’euros (S1 2005 : 2 172 millions d’euros). L’EBIT* du premier semestre s’est fortement apprécié par rapport à la même période en 2005 pour atteindre 96 millions d’euros (S1 2005 : -19 millions d’euros). Cette progression s’explique par d’importantes améliorations opérationnelles des activités systèmes de communications et missiles. La contribution positive de l’EBIT* liée à la cession d’EADS/LFK à MBDA a été en partie grevée par des charges de restructuration de l’Unité Opérationnelle Systèmes de Défense et de Communications.

L’activité Systèmes de Défense et de Communications a enregistré de grands succès, avec plus de dix nouveaux contrats remportés dans le domaine des Radiocommunications Mobiles Professionnelles (PMR) depuis début 2006. Dans le domaine des missiles, EADS s’est vu octroyer un contrat de fourniture pour le Pars 3 Long Range comprenant la livraison de 680 unités. Au mois de mai, EADS a procédé aux premiers essais en vol d’un démonstrateur de pointe pour les technologies de son futur drone opérationnel. Au 30 juin 2006, le carnet de commandes de la Division s’élevait à 17,2 milliards d’euros (fin 2005 : 18,5 milliards d’euros).

L’Eurofighter vient d’être introduit auprès de la première unité de l’armée de l’air allemande dédiée exclusivement à des opérations sur Eurofighter. A ce jour, l’Eurofighter est donc entré en service auprès de sept unités de l’armée de l’air appartenant aux quatre nations partenaires du programme.

EADS et ThyssenKrupp Technologies sont convenues d’un schéma pour la structure d’Atlas Elektronik qui sera une co-entreprise détenue conjointement par ThyssenKrupp Technologies (51 %) et EADS (49 %). Dans le cadre de la stratégie de croissance de ses activités de Défense et de Sécurité, notamment dans le domaine maritime, EADS a également acquis la société française Sofrelog.

Sièges et Autres Activités (n’étant rattachées à aucune division) :

Le chiffre d’affaires des Autres Activités (ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services) s’est inscrit en forte amélioration de 25 % à 660 millions d’euros (S1 2005 : 528 millions d’euros). Cette progression concerne l’ensemble de ces quatre Unités Opérationnelles. Le résultat opérationnel EBIT* au premier semestre de 2006 s’est établi à - 143 millions d’euros (S1 2005 : - 44 millions d’euros). EADS Sogerma Services a enregistré des pertes plus importantes que prévu, à –165 millions d’euros, qui une nouvelle fois ont été en partie compensées par les contributions positives d’ATR et d’EADS EFW .

Une solution industrielle est actuellement à l’étude pour le site de Mérignac. Le projet considéré envisage la cession des activités de maintenance à TAT Group, qui s’accompagnerait de la reprise de 500 salariés. De plus, EADS Sogerma Services conserverait, à Mérignac, environ 150 postes de travail dédiés aux activités d’aérostructures. Par ailleurs, EADS a fait une proposition concernant un plan de mobilité et un programme de départ à la retraite anticipée. Conformément aux normes IFRS, le règlement final de la transaction sera comptabilisé courant second semestre 2006.

Bénéficiant d’un marché en pleine expansion, ATR a enregistré 47 nouvelles commandes au premier semestre 2006 essentiellement en provenance d’Asie et d’Afrique. ATR poursuit donc sur sa lancée de l’année dernière et affiche une excellente performance commerciale. Sur la base de son carnet de commandes qui compte 112 appareils, ATR va fortement augmenter ses livraisons au cours des prochaines années.

Au cours des six premiers mois de 2006, EADS EFW a encore fait progresser son activité de conversion d’avions commerciaux en version fret, ainsi que son activité d’aérostructures. En mai, un accord préliminaire a été signé avec Irkut, qui jette les bases d’une coopération à long terme d’EADS EFW avec des partenaires russes dans le domaine de la conversion d’A320 en version fret. EADS Socata a remporté un contrat de maintenance pour l’armée de l’air en France. A fin juin 2006, le carnet de commandes pour les Autres Activités s’établissait, au total, à 2,2 milliards d’euros (fin 2005 : 2,1 milliards d’euros).

Leader mondial d’aéronautique, de défense et des services associés, le Groupe EADS comprend le constructeur d’avions Airbus, mais aussi Eurocopter, numéro un mondial dans le domaine des hélicoptères, et MBDA, leader international de la fabrication de missiles. EADS est également le premier partenaire du consortium Eurofighter, le maître d’œuvre du lanceur Ariane, l’architecte de l’avion de transport militaire A400M et le plus important partenaire industriel du système de navigation satellitaire européen Galileo.

Contacts presse :

Michael Hauger Tel.: +49 89 60 73 42 35
Edmund Reitter Tel.: +49 89 60 73 45 10
Isabelle Desmet Tel.: +33 1 42 24 20 63
Miguel Sanchez Tel.: +34 91 5 85 77 88

EADS – Résultats du premier semestre (S1) 2006

(Montants en euros)

  1. Excédent Brut d’Exploitation : résultat opérationnel avant intérêts, taxes, dépréciation, amortissement et éléments exceptionnels.
  2. Résultat opérationnel avant taxes et intérêts, amortissement des écarts d’acquisitions et éléments exceptionnels.
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux actionnaires de la société-mère, comme le définit la norme IFRS ; l’application révisée des normes IAS 32 a entraîné des changements relatifs à la comptabilisation de l’option de vente accordée à BAE Systems en tant qu’actionnaire minoritaire d’Airbus (20 %). Au premier semestre 2006, ces changements ont contribué au résultat net à hauteur de 181 millions d’euros (S1 2005 : 176 millions d’euros), soit 0,23 euro au bénéfice par action (S1 2005 : 0,22 euro). Ces changements ont également entraîné la reconnaissance d’une dette pour option de vente dans le bilan à hauteur de (2,75 milliards d’euros) (fin 2005 : dette de 3,5 milliards d’euros). Cette dette se substitue à la ligne « Intérêts minoritaires » de BAE dans Airbus part de 20 %.
  4. Les contributions des activités Avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent prix catalogue.

(Montants en millions d’euros)

  1. Résultat opérationnel avant taxes et intérêts, amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  2. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux actionnaires de la société-mère, comme le définit la norme IFRS ; l’application révisée des normes IAS 32 a entraîné des changements relatifs à la comptabilisation de l’option de vente accordée à BAE Systems en tant qu’actionnaire minoritaire d’Airbus. Ces changements ont contribué au résultat net à hauteur de 97 millions d’euros (T2 2005 : 94 millions d’euros), soit 0,12 euro au bénéfice par action (T2 2005 : 0,12 euro).
  3. Les unités opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

(Montants en millions d’euros)

  1. Résultat opérationnel avant taxes et intérêts, amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  2. Les unités opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.
  3. Les contributions des activités Avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent prix catalogue.

EADS – Résultats du deuxième trimestre (T2) 2006

(En euros)

  1. Résultat opérationnel avant taxes et intérêts, amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  2. Les unités opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.
  3. Les contributions des activités Avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d’EADS s’entendent prix catalogue.

(Montants en millions d’euros)

  1. Résultat opérationnel avant taxes et intérêts, amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  2. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux actionnaires de la société-mère, comme le définit la norme IFRS ; l’application révisée des normes IAS 32 a entraîné des changements relatifs à la comptabilisation de l’option de vente accordée à BAE Systems en tant qu’actionnaire minoritaire d’Airbus. Ces changements ont contribué au résultat net à hauteur de 97 millions d’euros (T2 2005 : 94 millions d’euros), soit 0,12 euro au bénéfice par action (T2 2005 : 0,12 euro).
  3. Les unités opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière.

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits historiquement avérés, mais à des prévisions futures ou à des estimations basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent ce que sont les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date où elles sont faites : elles comprennent donc une part de risques et d'incertitudes, connus et inconnus, susceptibles de conduire à ce que les résultats réels, la performance ou les événements diffèrent matériellement de ceux qui sont exprimés, de façon expresse ou implicite, dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter », et autres verbes similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d'hypothèses, concernant notamment, mais pas exclusivement, la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Les déclarations prévisionnelles sont sujettes à des incertitudes et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de différer matériellement de ces prévisions, en fonction d’un certain nombre de facteurs, et notamment, sans toutefois s’y limiter : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.

De plus amples informations relatives à ces différents facteurs sont mentionnées dans le « document de référence » de la société daté du 26 avril 2006.

* EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne des postes tels que les charges d’amortissement de réévaluation d’actifs, relative à la constitution d’EADS par fusion, au regroupement d’Airbus et à la formation de MBDA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles d’écarts d’acquisition en conséquence.

Azores Airlines takes delivery of its first A321neo

en

Airbus Board of Directors Announces Top Management Succession Plan

en fr de es

Delta Air Lines places order for 100 A321neo ACF aircraft

en fr de es
Back to top