In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

15 May 2006
Company

Les bonnes performances du 1er trimestre confirment les perspectives de forte croissance

Amsterdam

  • Chiffre d’affaires : 9,1 milliards d’euros - en hausse de 30 %
  • EBIT * : 780 millions d’euros - en hausse de 19 %
  • Résultat net : 516 millions d’euros - en hausse de 26 %

EADS (symbole boursier : EAD), leader mondial de l’aérospatial, de la défense et des services associés, a fortement amélioré ses performances financières au cours du premier trimestre 2006 par rapport à la même période de 2005. De janvier à mars 2006, le Groupe a enregistré une hausse de 30% de son chiffre d’affaires à 9,1 milliards d’euros (T1 2005 : 7,0 milliards d’euros). L’EBIT* (résultat opérationnel avant amortissement de la survaleur et exceptionnels) a progressé de 19% à 780 millions d’euros (T1 2005 : 657 millions d’euros). EADS a publié mardi ses résultats pour le premier trimestre et confirmé ses perspectives positives pour l’exercice 2006.

« Les bénéfices au premier trimestre soulignent une fois de plus le dynamisme de la croissance d’EADS. Cependant, nous devons faire face à de nombreux défis opérationnels et la direction focalise ses efforts sur la montée en puissance des programmes clé », ont déclaré Thomas Enders et Noël Forgeard, Présidents Exécutifs d’EADS.

Forte progression du chiffre d’affaires et de l’EBIT*

Au cours des trois premiers mois de l’exercice 2006, le chiffre d’affaires a progressé de 30% pour s’établir à 9,1 milliards d’euros (T1 2005 : 7,0 milliards d’euros). Les divisions Airbus, Eurocopter, Avions de Transport Militaire, et Systèmes de Défense et de Sécurité (DS) ont toutes enregistré une hausse de leurs revenus. Les activités défense d’EADS représentent un chiffre d’affaires cumulé de 2,0 milliards d’euros (T1 2005 : 1,3 milliards d’euros). Ce montant inclut les 0,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires générés par l’A400M qui devaient être initialement pris en compte au quatrième trimestre 2005.

Toutes les divisions enregistrent une amélioration de leur résultat opérationnel (EBIT*) par rapport au premier trimestre 2005. Parallèlement à l’augmentation de livraisons enregistrée par Airbus (101 contre 87), l’amélioration de la rentabilité des divisions Espace, Eurocopter, Systèmes de Défense et de Sécurité (DS) et Avions de Transport Militaire a contribué aux fortes performances du premier trimestre. L’EBIT* s’est inscrit en hausse malgré un taux moyen de couverture du risque de change moins favorable de 1 euro = 1,09 Dollar US (T1 2005 : 1 euro = 0,98 Dollar US) et une augmentation des dépenses de Recherche & Développement (R&D). La marge opérationnelle EBIT* a progressé à 8,6 %.
Les dépenses autofinancées de R&D s’élevaient, au premier trimestre 2006, à 536 millions d’euros (T1 2005 : 422 millions d’euros). Cette hausse, conforme aux prévisions, résulte essentiellement de l’évolution des programmes Airbus. La capitalisation inhérente à la R&D est restée quasiment inchangée (56 millions d’euros) par rapport à la même période l’année dernière (T1 2005 : 52 millions d’euros).

Un résultat net en hausse de 26 % - Nouvelle hausse de la Trésorerie

Le résultat net d’EADS a augmenté de 26 % à 516 millions d’euros (T1 2005 : 410 millions d’euros) soit 0,65 € par action (T1 2005 : 0,52 €). Cette progression résulte des bonnes performances opérationnelles générales du Groupe au premier trimestre 2006. Le résultat net a de plus bénéficié d’un taux d’imposition effectif favorable, mais impacté par la ligne « Autres résultats financiers » en raison de la détérioration du taux de clôture de l’Euro face au dollar US à fin mars 2006 comparé à décembre 2005.

Les flux de trésorerie disponible après financement client se sont élevés à 363 millions d’euros (T1 2005 : 641 millions d’euros) en raison de la vente d’expositions du financement client aux marchés financiers. Les flux de trésorerie disponible avant financement client se sont chiffrés à -67 millions d’euros (T1 2005 : 704 millions d’euros). Cette réduction par rapport à la même période de 2005 résulte du moindre volume des paiements anticipés réalisés dans le cadre des grands programmes de défense. A fin mars 2006, la position de trésorerie nette s’élevait à 5,9 milliards d’euros (fin 2005 : 5,5 milliards d’euros).

Des prises de commande en hausse de 18 %

Reflet des succès commerciaux du Groupe, les prises de commande d’EADS se sont élevées à 10,5 milliards d’euros au cours des trois premiers mois de 2006 (T1 2005 : 8,9 milliards d’euros). Ce montant en hausse de 18 % est supérieur au chiffre d’affaires trimestriel. Cette forte dynamique des prises de commande a été soutenue en particulier par les divisions Avions de Transport Militaire, Eurocopter et Espace.

A fin mars 2006, le carnet de commandes d’EADS demeurait robuste à 248,6 milliards d’euros (les contributions des activités avions commerciaux s’entendent prix catalogue). Sa valeur globale a légèrement diminué par rapport à celle enregistrée fin 2005 en raison de l’incidence d’un taux de change Euro/Dollar US moins favorable. Le carnet de commandes Défense d’EADS s’élevait à 52,0 milliards EUR au 31 mars 2006 (fin 2005 : 52,4 milliards d’euros).

Au premier trimestre 2006, EADS a créé environ 1000 nouveaux emplois. A fin mars 2006, EADS comptait 114 203 salariés (fin 2005 : 113 210).

Perspectives 2006 : Confirmation d’une croissance continue

EADS confirme ses perspectives 2006 publiées le 8 mars 2006.
EADS attend une progression de son chiffre d’affaires 2006 supérieur à 37 milliards d’euros (Exercice 2005 : 34,2 milliards d’Euros) en raison d’une hausse de 10% des livraisons d’Airbus et d’un volume d’affaires de l’ensemble des activités Défense plus important. EADS table sur un taux de change moyen de 1 Euro = 1,30 Dollar US.

Le résultat opérationnel EBIT* devrait s’établir entre 3,2 milliards d’euros et 3,4 milliards d’euros (exercice 2005 : 2,85 milliards d’euros) reflétant la hausse des volumes chez Airbus mais également une meilleure efficacité opérationnelle dans toutes les divisions (programme de réduction des coûts Route06 compris). Toutefois cette progression devrait être affectée par des pertes plus importantes que prévu enregistrées par Sogerma et l’incidence négative du dollar US en raison de l’arrivée à maturité de couvertures de change à des taux moins attractifs. En prenant en compte les éléments ci-dessus EADS confirme ses prévisions d’EBIT* pour 2006. Cette fourchette de prévisions d’EBIT induit que certaines performances peuvent être amenées à être ajustées au cours de l’exercice.

Les flux de trésorerie disponible avant financement client devraient rester soutenus en 2006, en dépit de la hausse des stocks liée à la montée en puissance des livraisons, en particulier pour l’A380.

En 2006, le bénéfice par action devrait progresser pour s’élever entre 2,35 euro et 2,55 euro (2005 : 2,11 euro), sur la base d’un volume moyen attendu d’environ 795 millions d’actions et d’un taux de clôture du dollar US du même ordre que celui de fin 2005.
Ces perspectives ne tiennent pas compte de l’impact de l’éventuel exercice de l’option de vente des 20 % de parts détenues par BAE Systems dans le capital d’Airbus.

Divisions

Airbus a vu son chiffre d’affaires progresser de 28 % à 6 362 millions d’euros (T1 2005 : 4 989 millions d’euros) en raison de la hausse de livraisons (101 appareils contre 87). Le résultat opérationnel EBIT* du premier trimestre s’est accru de 8 % à 681 millions d’euros (T1 2005 : 628 millions d’euros), principalement grâce à l’augmentation du volume d’affaires. Cependant, l’EBIT* a été affecté par une hausse des dépenses de R&D (104 millions d’euros de plus qu’au premier trimestre 2005) et l’impact du dollar US (-320 millions d’euros) par rapport à la même période de l’exercice 2005. La marge opérationnelle EBIT* a atteint 10,7 %. Sans la comptabilisation des recettes générées par l’A400M, initialement prévue pour le quatrième trimestre 2005 la marge EBIT* aurait été 11.1%.

Airbus a enregistré 90 commandes brutes au cours des trois premiers mois de 2006 (T1 2005 : 123). 60 % des prises de commande proviennent de la région Asie-Pacifique témoignant du dynamisme persistant de ce marché. A fin mars 2006, le carnet de commandes d’Airbus s’élevait au total à 197 milliards d’euros sur la base des prix catalogue, soit 2146 avions (fin 2005 : 2177 avions).

La certification de l’A380 est en bonne voie, le programme ayant franchi deux étapes importantes dans les campagnes d’essais au début du mois de mai. Un exemplaire de l’avion totalement équipé a subi avec succès ses premiers tests de cabine au sol et cumulé à ce jour 10 000 cycles de vol dans le cadre de ses essais de fatigue. Déjà, au cours du premier trimestre 2006, les autorités de certification ont approuvé les essais, d’évacuation des passagers, dont l’importance est cruciale pour le programme, et validé la capacité maximale de l’avion à 853 passagers. Le premier exemplaire de l’A380 devrait être livré à la fin de l’année 2006 et la planification des cadences de livraison est revue afin de prendre en compte la charge de travail et les implications pouvant émaner des différentes phases de certification.

Une analyse du programme A350 est en cours et des options tenant compte de l’avis des clients et la compatibilité avec les objectifs à long terme d’Airbus sont considérées. Les actionnaires d’Airbus en tireront les conclusions et leur décision sera communiquée en temps requis.

La division Avions de Transport Militaire a réalisé un chiffre d’affaires de 822 millions d’euros (T1 2005 : 108 millions d’euros). Le décalage au premier trimestre 2006 du revenu d’une étape interne initialement imputable au quatrième trimestre 2005 a fortement contribué à cette hausse. La Division a enregistré un résultat opérationnel EBIT* de 9 millions d’euros (T1 2005 : -6 millions d’euros).

Au premier trimestre 2006, conformément au calendrier, le programme A400M a franchi avec succès une étape contractuelle importante, liée au système de propulsion. Globalement, le développement de l’avion se déroule comme prévu. La commande de la Malaisie pour 4 exemplaires a porté le total des ventes fermes à 192 A400M à ce jour. Au cours des trois premiers mois de l’année 2006, le Portugal a signé un contrat d’acquisition de 12 avions de transport moyen C-295 et, en mai, la Finlande s’est également engagée sur deux appareils de ce type. La valeur globale du carnet de commandes est restée quasiment stable à 20,8 milliards d’euros (fin 2005 : 21,0 milliards d’euros).

Courant mars 2006, le premier CN-235 destiné au programme Deepwater des Garde-côtes américains (USCG) est sorti d’usine. La participation d’EADS au processus d’appel d’offres émis par le Pentagone (RFP) dans le cadre du programme d’avion-cargo interarmées JCA (Joint Cargo Aircraft) montre également que le groupe est perçu comme un partenaire fiable aux Etats-Unis. Sur le créneau des ravitailleurs, EADS a également fait valoir ses capacités en menant avec succès le premier essai en vol de sa perche caudale de ravitaillement ARBS de toute dernière génération.

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a progressé de 26 % à 656 millions d’euros (T1 2005 : 519 millions d’euros), en raison d’une hausse des livraisons par rapport à la même période de l’année dernière (64 unités contre 56). Les performances de la Division ont continué à s’améliorer tout au long du premier trimestre 2006. Son résultat opérationnel EBIT* a doublé pour atteindre 26 millions d’euros (T1 2005 : 13 millions d’euros). Cette forte progression s’explique notamment par un effet de volume positif, malgré l’arrivée à maturité de couvertures de change à des taux moins favorables. Eurocopter a enregistré 147 nouvelles commandes fermes (T1 2005 : 71), dont 63 % hors Europe.

La Division a confirmé sa position de leader mondial sur le marché parapublic, avec le choix de 51 exemplaires de l’EC135 par les forces de police espagnoles pour la modernisation de leur flotte. Sur le marché américain, Eurocopter a reçu une commande de 10 EC120 de la part du Département de la Sécurité du Territoire. A terme, ce contrat pourrait porter sur un total de 55 hélicoptères de ce type. La Bulgarie a décidé d’acheter 15 hélicoptères de la famille Cougar et Panther. La qualification client de l’hélicoptère de transport tactique NH90 TTH (Tactical Transport Helicopter) destiné à l’aviation de l’armée de Terre allemande a franchi une nouvelle étape dans son processus de mise en service opérationnelle. Le carnet de commandes s’établit à 10,3 milliards d’euros au 31 mars 2006 (fin 2005 : 10 milliards d’euros).

Au premier trimestre 2006, la division Espace a réalisé un chiffre d’affaires de 493 millions d’euros (T1 2005 : 516 millions d’euros) et un résultat opérationnel EBIT* positif (T1 2005 : -6 millions d’euros). Cette amélioration de la rentabilité résulte de la montée en cadence de la production du lanceur Ariane 5 et par les économies liées à d’importantes mesures de restructuration. La contribution de la Division aux bénéfices du Groupe devrait ainsi progresser en 2006.

Sur le marché des satellites, EADS a enregistré d’importantes commandes, notamment de satellites de télécommunications et d’observation optique de la Terre de la part du Canada et de l’Algérie. Ceci souligne l’attrait suscité par l’offre d’Astrium et des liens solides avec ses clients. Dans le cadre de la phase de validation en orbite (IOV) du système de navigation par satellite Galileo, la Division joue un rôle clé dans la fabrication des quatre premiers satellites et du segment sol de contrôle déployé à l’échelle planétaire. Le carnet de commandes totalisait 11,9 milliards d’euros au 31 mars 2006 (fin 2005 : 10,9 milliards d’euros).
La sonde spatiale européenne Venus Express, fabriquée par EADS Astrium, a réussi avec succès son insertion en orbite autour de Vénus au début du mois de mai 2006. L’activité Lanceurs d’EADS a profité du succès du lancement de la version lourde (dite « 10 tonnes ») d’Ariane 5. Début mai, le laboratoire européen Columbus a été livré à l’Agence Spatiale Européenne (ESA), en vue d’être arrimé à la Station Spatiale Internationale (ISS) dans le courant de l’automne 2007.

Le chiffre d’affaires de la division Systèmes de Défense et de Sécurité (DSS) a progressé de 8 % à 1000 millions d’euros (T1 2005 : 925 millions d’euros). Au premier trimestre 2006, le résultat opérationnel EBIT* s’est fortement amélioré par rapport à la même période de 2005 en atteignant 35 millions d’euros (T1 2005 : -35 millions d’euros). Cette hausse résulte de meilleures performances opérationnelles générées par l’augmentation des activités Eurofighter et Missiles, ainsi que du gain en capital généré par la cession d’EADS/LFK à MBDA. Elle a cependant été partiellement affectée par le renforcement des mesures de restructuration engagées au sein de l’Unité opérationnelle Defence & Communications Systems (DCS) par rapport au premier trimestre 2005.

Les prises de commande ont largement profité des succès remportés dans les branches Défense et Communication. EADS a signé un contrat portant sur la fourniture, à la Hongrie, de l’infrastructure du réseau national de radiocommunication de type Tetra, dont la mise en service est prévue fin janvier 2007. Le carnet de commandes de DS totalisait 17,5 milliards d’euros au 31 mars 2006 (fin 2005 : 18,5 milliards d’euros).

Dans le cadre de l’appel d’offres allemand relatif à la fourniture d’un réseau de transmission numérique voix-données aux autorités et organisations de sécurité nationale, EADS a proposé la solution la plus compétitive. Le potentiel d’exportation de l’Eurofighter a été renforcé par la soumission d’une offre sur mesure au gouvernement norvégien. Le 1er mars 2006, l’intégration d’EADS/LFK dans MBDA s’est déroulée avec succès, marquant ainsi une nouvelle étape dans le processus de consolidation de l’industrie missilière européenne.

Les activités institutionnelles, militaires et de sécurité sont sujettes à de fortes influences saisonnières. Par conséquent, les premiers trimestres de chaque exercice ne sont généralement pas représentatifs des performances annuelles de ces secteurs.

Sièges et Autres activités (n’étant rattachées à aucune division) :

Le chiffre d’affaires des Autres Activités (ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services) a fortement progressé de 43 % pour s’élever à 330 millions d’euros (T1 2005 : 231 millions d’euros), notamment grâce aux performances des Unités opérationnelles EADS EFW, Sogerma et ATR. Le résultat opérationnel EBIT* du premier trimestre 2006 s’établit à -4 millions d’euros (T1 2005 : -2 millions d’euros) sous l’effet des contributions positives d’ATR et EADS EFW.

EADS Sogerma Services a enregistré une perte opérationnelle au cours du premier trimestre 2006. Le Conseil d’administration a demandé à ce qu’un plan de restructuration et de réduction des coûts soit mis en place, afin de permettre un retour à l’équilibre d’EADS Sogerma Services d’ici à 2007. Ceci devrait conduire à la fermeture d’un site affectant 1000 emplois, à la réorganisation de l’activité sièges d’avions, au renforcement des activités aérostructures et avions d’affaires et à une amélioration de la synergie avec le reste du Groupe EADS.

Grâce à la croissance économique et la forte demande d’avions de transport régionaux hautement économiques, le marché des avions à turbopropulseurs a poursuivi sa reprise. ATR a reçu 18 nouvelles commandes, toutes en provenance d’Asie. EADS EFW a doublé ses livraisons d’avions-cargos convertis (quatre exemplaires au premier trimestre 2006 contre deux l’année dernière à la même époque). China Eastern Airlines a commandé la conversion de trois avions de ligne en version fret. Dans le cadre de leur activité Aérostructures, EADS EFW et Sogerma ont fortement augmenté leurs livraisons d’ensembles structuraux, correspondant à l’accélération des cadences de production d’Airbus. EADS Socata a reçu la certification de son nouvel avion turbopropulsé TBM 850 et a été sélectionné par l’armée de l’Air française pour assurer la maintenance de son parc de TBM 700. A fin mars 2006, le carnet de commandes des Autres activités s’élevait à 2,2 milliards d’euros (fin 2005 : 2,1 milliards d’euros).

Leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés, le Groupe EADS comprend le constructeur d’avions Airbus, mais aussi Eurocopter, numéro un mondial dans le domaine des hélicoptères, ou MBDA, leader mondial dans le domaine des missiles. EADS est également le principal partenaire du consortium Eurofighter, le maître d’œuvre du lanceur Ariane, l’architecte de l’avion de transport militaire A400M et le plus important partenaire industriel du système de navigation satellitaire européen Galileo.

Contacts média:

Michael Hauger Tel.: +49 89 60 73 42 35
Edmund  Reitter Tel.: +49 89 60 73 45 10
Isabelle Desmet Tel.: +33 1 42 24 20 63
Miguel Sanchez Tel.: +34 91 5 85 77 88

EADS - Résultats du 1 er trimestre (T1) 2006

(Montants en euros)

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, taxes, dépréciation, amortissement et éléments exceptionnels
  2. Résultat opérationnel avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux actionnaires de la société mère, comme le définit la norme IFRS ; L’application révisée des normes IAS 32 a entraîné des changements relatifs à la comptabilisation de l’option de vente accordée à BAE Systems en tant qu’actionnaire minoritaire d’Airbus (20%). Au premier trimestre 2006, ces changements ont contribué au résultat net à hauteur de 84 millions d’euros (T1 2005 : 82 millions d’euros), soit 0,11 euro au bénéfice par action (T1 2005 : 0,10 euro). De plus, ces changements ont également entraîné la reconnaissance d’une dette pour option de vente dans le bilan à hauteur de 3,5 milliards d’euros. Cette dette se substitue à la ligne « intérêts minoritaires » de BAE dans Airbus (part de 20 %).
  4. Les prises de commandes et le carnet de commandes sont basés sur les prix catalogue.

par Division

  1. Résultat opérationnel avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  2. Les unités opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière
  3. Les prises de commandes et le carnet de commandes sont basés sur les prix catalogue

par Division

  1. Résultat opérationnel avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels
  2. Les unités opérationnelles ATR, EADS EFW, EADS Socata et EADS Sogerma Services sont classées dans la catégorie « Autres activités », laquelle ne constitue pas une division d’EADS à part entière
  3. Les prises de commandes et le carnet de commandes sont basés sur les prix catalogue

* EBIT

EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne les éléments, tels que les charges d’amortissement de réévaluation d’actifs, relative à la constitution d’EADS par fusion, au statut d’Airbus et à la formation de MDBA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles d’écarts d’acquisition.

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits historiquement avérés, mais à des prévisions futures ou à des estimations basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent ce que sont les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date où elles sont faites : elles comprennent donc une part de risques et d'incertitudes, connus et inconnus, susceptibles de conduire à ce que les résultats réels, la performance ou les événements diffèrent matériellement de ceux qui sont exprimés, de façon expresse ou implicite, dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter », et autres verbes similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.
Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d'hypothèses, concernant notamment, mais pas exclusivement, la demande de produits et services d’EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Les déclarations prévisionnelles sont sujettes à des incertitudes et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de différer matériellement de ces prévisions, en fonction d’un certain nombre de facteurs, et notamment, sans toutefois s’y limiter : conditions macroéconomiques, conditions de travail et ce notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les Etats ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques.
De plus amples informations relatives à ces différents facteurs sont mentionnées dans le « document de référence » de la société daté du 26 avril 2006.

Airbus delivers 50th A320 Family aircraft assembled in the U.S.

en

Azores Airlines takes delivery of its first A321neo

en

Airbus Board of Directors Announces Top Management Succession Plan

en fr de es
Back to top